Communiqué de Nicole MINA, Conseillère Régionale Occitanie, candidate aux élections municipales à Marsillargues (liste Avenir et Traditions)

De la dédiabolisation à la soumission, on finit par perdre son âme…

Jeudi dernier, 5 mars 2020, en séance du Conseil Régional, Carole Delga et ses collabos de l’islamisation ont proposé un dossier sur « la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ».

Expliquant par ailleurs que le mot racisme s’étendait à un contexte plus large que les races, qui bien sûr n’existent pas, c’est bien connu, le texte était de nature à dénoncer le mal-être des « jeunes » souffrant (on se demande bien pourquoi) de rejet dans les lycées etc… Bien entendu, la christianophobie et le racisme anti-blancs n’étaient pas évoqués.

Mon étonnement a été de constater que nous n’avons été (moi y compris) que 6 élus à voter contre sur 158 que compte l’hémicycle. Je suppose que les 5 autres font partie du RN et ont contrevenu aux consignes de vote des instances locales préconisant le « Ne Participe Pas au Vote » (NPPV).

Comment un parti considéré comme seul opposant au métissage mondialiste des « sorosiens » (1) peut-il refuser de participer au débat par un rejet ferme sur un sujet de cette importance ? De la dédiabolisation à la soumission, le Rubicon peut se franchir d’un seul petit pas.

 

Note :

 

  1. De Georges Soros, financier milliardaire américain d’origine hongroise, fondateur de l’Open Society Foundation, accusé d’avoir mis récemment la main sur la Commission Européenne des Droits de l’Homme ; ennemi farouche des identités.

Nicole Mina (liste Avenir et Traditions) est notamment soutenue par la Ligue du Midi.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés