Tanzanie – Après avoir passé l’année dernière à contester le récit mondial sur le COVID-19, les confinements et les vaccins, le président tanzanien John Pombe Magufuli a été déclaré mort le 17 mars à 61 ans. Plusieurs mystères entourent les circonstances de son décès. 

L’annonce officielle du décès du Président de Tanzanie a eu lieu le 17 mars, lorsque la vice-présidente Samia Suluhu Hassan a révélé au cours d’un discours télévisé à la nation la mort de Magufuli. «Chers Tanzaniens, il est triste d’annoncer qu’aujourd’hui, 17 mars 2021, vers 18 heures, nous avons perdu notre courageux chef, le président John Magufuli, décédé d’une maladie cardiaque à l’hôpital Mzena de Dar es Salaam où il était soigné», a proclamé Hassan.

Samia Hassan a déclaré que le président Magufuli avait été admis à l’hôpital le 6 mars mais en était sorti le lendemain. Une semaine plus tard, il a été de nouveau pris en charge pour sa maladie cardiaque, qui, selon Hassan et les autorités gouvernementales, était la cause de sa mort.

Le président Magufuli a fait la une des journaux pour avoir défié le récit mondial et refusé la réponse au COVID-19 souhaitée par les instances internationales. Le Président avait refusé la fermeture des églises, appelant au contraire les gens à prier Dieu au lieu d’avoir peur, et rassurant les autres catholiques que le virus ne serait pas transmis par la Sainte Eucharistie. «Le coronavirus ne peut pas survivre dans le corps eucharistique du Christ; il sera bientôt brûlé », avait-il dit.

Contrairement à la majorité du monde occidental, Magufuli avait  refusé de confiner le pays, et le pays n’a signalé aucune information sur le COVID-19 à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis le 29 avril 2020. En juin, Magufuli avait déclaré que le pays avait éradiqué le virus.

Ce n’était pas non plus la seule façon pour l’ancien président de la Tanzanie de mettre en colère les forces mondialistes. Après que les tests COVID aient donné des résultats «positifs» pour une chèvre et une papaye, le président Magufuli les avait rejetés comme peu fiables, affirmant qu’ils avaient des «erreurs techniques». Ses propos ont depuis été soutenus par un groupe indépendant de 22 scientifiques, qui a identifié «10 problèmes mortels» avec les tests PCR largement utilisés, notant que chaque problème à lui seul suffisait à rendre les tests «inutiles» pour identifier le COVID-19.

Magufuli, qui avait un doctorat en chimie, a également mis en garde les Tanzaniens de ne pas devenir des «cobayes» pour les diverses vaccinations expérimentales anti-COVID, en disant : «Si l’homme blanc était capable de proposer des vaccins, alors des vaccins contre le sida auraient été apportés, la tuberculose serait une chose du passé, des vaccins contre le paludisme et le cancer auraient été découverts».

Le président Magufuli a été remplacé par la vice-présidente Samia Hassan, qui a prêté serment le 19 mars avec sa main sur le Coran. Elle servira le reste du mandat de cinq ans de Magufuli, qui a débuté en novembre 2020.

Mystère entourant la mort du président Magufuli

Avec l’annonce de la mort de Magufuli, de nombreuses questions ont été soulevées par des journalistes internationaux et nationaux, ainsi que par les Tanzaniens eux-mêmes.

Après que Magufuli ait disparu des yeux du public pendant plusieurs jours, le 11 mars, des  rumeurs ont fait surface selon lesquelles il était mort. Puis, le 12 mars, les rumeurs se sont intensifiées, un certain nombre de publications sur les réseaux sociaux et de reportages dans les médias affirmant qu’il était décédé.

Le chef de l’opposition, Tundu Lissu, avait affirmé que Magufuli était traité pour COVID-19 et transporté par avion au Kenya, puis en Inde pour y être soigné. Cependant, cela a été ardemment démenti par des sources gouvernementales.

Le 13 mars, le président Magufuli était toujours porté disparu, n’ayant pas été revu depuis le 27 février, et les rumeurs tournaient à la folie.

Cependant, le 12 mars, l’ancien officier du renseignement tanzanien et analyste politique Evarist Chahali avait annoncé que le président Magufuli avait été confirmé mort plus tôt dans la soirée. Chahali a écrit que le président avait été mis sous assistance respiratoire afin d’empêcher le vice-président Hassan d’annoncer sa mort et de prendre le pouvoir. La tentative de coup d’État était orchestrée par un groupe appelé «Lake Zoners», a écrit Chahali, qui cherchait à placer le général Venance Mabeyo à la place de Magufuli.

L’annonce officielle récuse l’affirmation de Chahali, cependant, et le récit du gouvernement reste que Magufuli est décédé le 17 mars.

Outre la confusion et le secret entourant la date réelle de son décès, la période qui a précédé sa mort a été marquée par une pression internationale croissante sur le président Magufuli pour qu’il modifie sa réponse au COVID-19. Début février, le ministre de la Santé du pays a de nouveau refusé d’accepter toute vaccination COVID, ce qui a incité l’Organisation mondiale de la santé à accroître sa pression sur le pays pour qu’il rejoigne le giron et participe à la réponse de l’organisation au virus. Le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait publié une déclaration «exhortant la Tanzanie à intensifier les mesures de santé publique contre le COVID-19 et à se préparer à la vaccination».

Qualifiant la situation de «préoccupante», il avait réitéré son appel à la Tanzanie pour qu’elle participe au déploiement mondial de la vaccination, exigeant que la Tanzanie «mette en œuvre les mesures de santé publique dont nous savons qu’elles contribuent à briser les chaînes de transmission».

Puis, juste un jour après la déclaration du Directeur général de l’OMS et à la suite de la mort de Maalim Seif Sharif Hamad, le premier vice-président de Zanzibar en Tanzanie, le président Magufuli a signalé un léger changement de politique et commenté l’utilisation des masques. Tout en accordant la priorité à la «foi» comme réponse au virus, il avait également conseillé aux gens quels masques porter et avait reconnu la présence du virus.

« Je n’ai pas dit que les gens ne devraient pas porter de masques faciaux, ne me citez pas mal, cependant, certains masques faciaux sont de qualité inférieure, si vous devez les porter, veuillez considérer ceux fabriqués localement« , avait-il déclaré. «La plupart des personnes touchées se trouvent dans les zones urbaines. Nous vaincrons ce virus par la foi. »

Quelques jours auparavant, le 8 février, un article paru dans le journal britannique de gauche The Guardian attaquant la réponse du président Magufuli au COVID, le qualifiait de « danger pour la santé publique» et demandait «quel est le problème avec Magufuli ?» L’éditorial avait affirmé que le président «alimentait le déni et les complots», et avait ridiculisé son rejet des confinements et du port de masques.

L’article du journal britannique avait été parrainé par la Fondation Bill et Melinda Gates, qui investit et gagne des milliards de dollars dans la campagne mondiale de vaccination. La Fondation Gates, avec l’OMS, a été accusée  de tirer profit des vaccins DTC en Afrique, affirmant que les injections tuaient plus que la maladie dont elles sont censées protéger. 

Dans une tentative de gagner les faveurs du mouvement libéral, Melinda Gates avait proclamé en juin dernier que les vaccins expérimentaux anti-COVID devraient être administrés en premier aux «noirs» et aux «autochtones» d’Amérique.

A l’approche de sa mort, le président Magufuli avait fait face à la colère renouvelée de Bill Gates et de l’OMS, qui ont contesté son rejet de leurs mesures de confinement et de vaccination. Il reste à voir quels autres détails émergeront pour faire la lumière sur la mort de Magufuli après sa disparition de la vue du public pendant 18 jours avant qu’il ne soit annoncé qu’il décédait à seulement 61 ans.

Sa remplaçante, Samia Hassan, a fait l’éloge du président Magufuli lors de sa cérémonie de prestation de serment et a appelé à l’unité. Samia Hassan, qui travaillait auparavant pour le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, a été chaleureusement accueillie dans son nouveau rôle par le Directeur général de l’OMS, dans un changement de ton marqué par rapport à ses précédents commentaires adressés au président Magufuli : «J’ai hâte de travailler avec vous pour protéger les gens de # COVID19 , mettre fin à la pandémie et parvenir à une Tanzanie plus saine. Ensemble!« 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

9 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 40.000 € pour 2022

btn_donateCC_LG

25 % 29 955 € manquants

10045 € récoltés / 40 000 € nécessaires – depuis le 15/10/2021
Compteur mis à jour le 30/11/2021

 

MPI subit des attaques sans précédent, parce que ce média gratuit et libre dérange :

Derrière ces fermetures arbitraires, il y a l’influence d’une commission gouvernementale dont nous parlerons plus tard.

Mais rien ne nous fera taire. Seulement, pour aller toucher nos compatriotes et faire connaitre MPI, il nous faut des moyens supplémentaires.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Les plus de 1200 vidéos seront bientôt disponibles sous peu sur une autre plateforme.

Face à la haine des GAFAM et du gouverment, aidez nous !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :