Nous allons, à travers différents articles, démontrer comment des médias et des milieux politiques et communautaires tentent depuis dimanche de créer un climat d’hystérie à l’encontre de Cassandre Fristot et comment pour y arriver ils propagent plusieurs mensonges.

Premier mensonge traité ici : de nombreux médias ainsi que le ministère de la Justice affirment qu’elle est une enseignante « connue pour son appartenance à la mouvance d’extrême droite ».

Cassandre Fristot a bien été candidate du Front National, mais c’était en 2012. Elle a très brièvement travaillé pour Louis Aliot.

Plusieurs médias, se recopiant les uns les autres, affirment que Cassandre Fristot fut ensuite candidate du Parti de la France aux dernières élections municipales. C’est une fake news.

Cassandre Fristot s’est bien présentée aux élections municipales dans la commune de Hombourg-Haut. Sa liste, classée « divers droite », s’intitulait « Hombourg à cœur, le respect des valeurs ». Elle a récolté 12,05 % des voix. Elue conseillère municipale dans l’opposition, elle a préféré renoncer à son mandat.

D’où vient alors la rumeur qu’elle fut candidate du Parti de la France ? Simplement d’un très mauvais travail de journaliste. Le Parti de la France avait annoncé qu’il soutenait la candidature de Cassandre Fristot, comme il a par ailleurs soutenu entre autres les candidatures de Jacques Bompard ou de Valérie Laupies. Mais aucun de ces candidats ne se présentait sous la bannière du Parti de la France ni même n’était membre du Parti de la France. C’était simplement une façon pour le Parti de la France d’exister durant ces élections municipales en communiquant sur le soutien, uniquement symbolique, qu’il apportait à différents candidats.

Les mauvais journalistes de la presse aux ordres ont simplement fait une brève recherche sur Google Images, sont tombés sur ce communiqué de Thomas Joly, président du Parti de la France, illustré d’un selfie que celui-ci avait demandé lors de la Fête du Pays Réel.

Cassandre Fristot n’a donc jamais été ni adhérente ni candidate du Parti de la France. Ce qui, du reste, n’aurait rien eu d’infâmant. Mais puisque la chasse aux fake news est à la mode, il convient de le préciser à cette presse subventionnée si habituée à donner des leçons au petit peuple.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Colloque sur Saint Joseph

Plus de 9h de conférences pour seulement 5.00 € ! Pourquoi s’en priver ?

Cliquez ici pour vous le procurer.

%d blogueurs aiment cette page :