Lors de la récente visite de la vice-première ministre chinoise Sun Chunlan à Shanghai, elle a entendu les cris de la population. « Il n’y a plus de nourriture! » et « Nous mourons de faim! » ont hurlé depuis les fenêtres de leur appartement des résidents confinés.

Une vidéo publiée par des habitants du district montrait que la ministre Sun, entourée de responsables locaux, de caméramans et de véhicules de police, n’a laissé percevoir aucune réaction aux cris des habitants, dont beaucoup sont enfermés depuis au moins le 17 mars.

Des confinements officiels de la ville ont récemment été appliqués pour la moitié est de Shanghai à partir du 28 mars et pour la moitié ouest de Shanghai à partir du 1er avril. Cependant, selon les récents tweets de l’avocat américain et résident de Pudong Jared Nelson, sa communauté d’appartements, comme la plupart des autres à Shanghai, avait déjà été confinée le 18 mars, avec pour mot d’ordre « personne n’est autorisé à entrer ou à sortir ». Le 17 mars, il avait déclaré que 80 % du personnel de son entreprise étaient confinés à domicile.

Depuis le 1er avril, Nelson a décrit ses difficultés à obtenir de la nourriture en commandant en ligne, en particulier certains aliments de base comme la viande et les fruits, en partie à cause du manque de stock.

Un habitant anonyme de Shanghai a déclaré à Epoch Times il y a environ une semaine que le 1er avril, il avait reçu un sac de riz, un petit récipient d’huile de cuisson et un paquet de lait en poudre des responsables de la communauté, notant que la faible quantité de nourriture fournie aux résidents « crée des défis majeurs pour les grandes familles », puisqu’une famille de cinq ou six personnes pourrait terminer toute sa livraison de nourriture en quelques jours seulement.

Le 2 avril, jour de la visite d’inspection de la ministre Sun, Nelson a tweeté : « Jour 16 de notre confinement Covid à Shanghai aujourd’hui et la nourriture est la chose la plus importante dans l’esprit des gens. Nous ne sommes pas autorisés à quitter la maison, la livraison est donc le seul moyen. J’étais debout à 6 heures du matin hier pour essayer d’obtenir n’importe quel type de livraison, mais rien n’était disponible toute la journée. Jusqu’à présent, mêmes résultats aujourd’hui. »

Dimanche, Nelson a partagé : « Nous luttons toujours pour trouver de la nourriture et de l’eau potable ».

Une vidéo prise le 7 avril montre des gens crier et hurler depuis les fenêtres de leur appartement à Shanghai, après que beaucoup d’entre eux aient été enfermés pendant des semaines.

Une scène « dystopique » montre également un drone qui survole les immeubles de Shanghai et s’adresse aux habitants pour les rappeler à l’ordre : « Veuillez respecter les restrictions COVID. Contrôlez le désir de liberté de votre âme. N’ouvrez pas la fenêtre et ne criez pas ».

Le 4 avril, la ministre Sun a ordonné au gouvernement municipal de « parvenir à zéro COVID dans la société dans son ensemble dès que possible », à l’exclusion des hôpitaux de quarantaine.

Shanghai n’est pas la première ville dans laquelle des habitants réclament à la ministre Sun de la nourriture pendant les restrictions COVID. Lors d’une visite en décembre 2021 dans la ville fermée de Xi’an, des habitants ont été enregistrés en train de crier : « Je veux manger ! »

La ville de Shanghai a publié un avis indiquant que le confinement se poursuivrait au moins jusqu’au 1er mai.

Avec environ 26 millions d’habitants, Shanghai est la ville la plus peuplée du monde.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :