À la rentrée, les dossiers de candidature des universités publiques de Californie proposeront aux étudiants de se définir selon un choix entre six « identités de genre » : homme, femme, transgenre homme, transgenre femme, queer ou différent.

Les toilettes et les vestiaires sont également revus selon cette idéologie du genre.

Le réseau des dix campus University of California, parmi lesquels on retrouve les très connues Berkeley et UCLA, regroupe près de 238.000 étudiants.

Quant à l’université du Vermont, il est permis de s’y enregistrer avec un prénom qui ne correspond pas au sexe de naissance et de demander d’être appelé par un pronom neutre, le «ze», au lieu du «il» ou «elle».

Mais à part cela, comme dirait Najat Vallaud-Belkacem, la théorie du genre, ça n’existe pas…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La vérité à la France

La France est arrivée à un moment solennel où il est nécessaire de lui dire la vérité. Si elle peut l’entendre, elle refera ses forces presque épuisées, elle reprendra une marche sûre, véritablement et solidement progressive; si elle ne peut pas l’entendre, elle marchera à une ruine certaine, à un abaissement dont elle ne se relèvera jamais.

Cliquez ici pour vous le procurer.

%d blogueurs aiment cette page :