Orban : «Pour les bureaucrates de Bruxelles, les immigrés clandestins sont plus importants que les citoyens européens»

La Hongrie a été condamnée ce jeudi par la Cour de Justice de l’Union Européenne à une amende de 200 millions d’euros pour ne pas avoir exécuté un arrêt de cette même Cour concernant sa politique d’asile ainsi qu’une astreinte de un million d’euros par jour tant qu’elle ne se mettrait pas en conformité avec cet arrêt.

La CJUE avait constaté en décembre 2020 que la Hongrie n’appliquait pas les règles européennes concernant des demandes d’asile et des retours de personnes en situation irrégulière.

«La Hongrie se fait violer par Bruxelles»

«Scandaleux et inacceptable», tempête le dirigeant hongrois en réaction à cette condamnation de Budapest pour avoir, selon lui, «défendu les frontières» de l’UE.

La Hongrie expulsait les demandeurs d’asile dont le dossier était refusé avant qu’ils ne puissent faire appel du rejet de leur demande.

Ce que la CJUE considère comme une «violation sans précédent et exceptionnellement grave du droit de l’UE».

Cette condamnation permet de rappeler à tout le monde – notamment aux députés fraîchement élus – que le droit européen prime sur les législations nationales.

«La Hongrie se fait violer par Bruxelles», constatait déjà Orban il y a quelques mois, en pleine fronde contre le pacte migration et asile.

Pierre-Alain Depauw

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est en vente sur MCP.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !