Ouganda – Les autorités ougandaises traquent les ONG qui ajoutent à leurs missions humanitaires des activités subversives.

L’ONG Refugee Law Project, dont le siège accueille la coalition d’organisations pro-LGBT, a été mis en examen par la justice ougandaise pour «promotion de l’homosexualité et du lesbianisme» depuis la mi-mars. 

NTV, l’une des principales télévisions de l’Ouganda, a rapporté mardi que le Ministre de l’Ethique Simon Lokodo avait ordonné que toutes les activités de Refugee Law Project soient suspendues en attendant les résultats de l’enquête.

Officiellement, le Refugee Law Project a pour mission de s’occuper des questions concernant les migrants installés en Ouganda (plus de 265.000 étrangers se présentant comme des réfugiés sur sol ougandais). Mais l’association a pris une part active dans l’opposition à la loi qui interdit l’homosexualité en Ouganda.

L’Ouganda s’est doté en février 2014 d’une nouvelle législation qui interdit l’homosexualité et la promotion de l’homosexualité. Une autre loi y interdit la pornographie.

L’ONU et les Etats-Unis tentent de faire pression sur le président Yoweri Museveni et le gouvernement ougandais pour mettre fin à ces législations mais la population ougandaise a organisé différentes manifestations de soutien à la politique gouvernementale de protection des bonnes mœurs.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

13 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :