Ce 2 mars a lieu un événement attendu des historiens et chercheurs : l’ouverture des archives concernant le pontificat de Pie XII. Plus de deux millions de documents relatifs au Pape, à la Curie et aux représentations pontificales, recouvrant une période allant de 1939 à 1958, en grande partie numérisés, seront désormais accessibles et permettront de se pencher sur l’histoire de l’Église durant cette époque, et le rôle de Pie XII durant la seconde Guerre Mondiale.

Les médias politiquement corrects, toujours à l’affût du moindre soupçon pouvant ternir le pontificat de Pie XII et accuser l’Église d’avoir d’une manière ou d’une autre collaboré avec les nazis contre les juifs, ressortent la légende urbaine du silence coupable du pape Pacelli vis-à-vis du traitement réservé à la communauté juive et son insensibilité face à leurs souffrances.

Le blog, peu suspect d’être d’extrême-droite Aleteia, a publié un article bien documenté sur la question prenant la défense de la mémoire de Pie XII :

« L’ouverture des archives du pontificat de Pie XII réjouit les historiens qui vont pouvoir compléter leurs sources. Mais rien ne pourra contredire ce qui est déjà connu, notamment de l’antinazisme du pape Pacelli.

C’est la bonne nouvelle que les historiens attendaient depuis longtemps : l’ouverture en 2020 des archives du pontificat de Pie XII (1939-1958). Le pape François vient de la rendre publique à l’occasion du 80e anniversaire de l’élection du cardinal Pacelli, le 2 mars 1939. Rien ne suscite plus de fantasmes que ces fameuses archives du Vatican qui renfermeraient mille secrets, les plus inavouables bien sûr, les plus terribles, ceux que l’Église veut cacher au monde pour une raison fort simple : les documents dormant au fond des dossiers poussiéreux contiendraient les preuves de la complicité de Pie XII avec le régime national-socialiste et de son silence délibéré devant le crime de la Shoah.

La pièce manquante

Ceux qui espèrent de telles révélations risquent d’être amèrement déçus. Pour la simple et bonne raison que sur cette question terrible, nous connaissons déjà l’essentiel de la vérité historique. Tout d’abord parce que la papauté elle-même, sur ordre de Paul VI, a ordonné la publication de très nombreux documents, aujourd’hui accessibles en ligne. Ensuite parce que les dépôts d’archives étrangers sont ouverts depuis longtemps et nous ont apporté une infinité d’informations sur le Vatican pendant cette période.

Si l’on se félicite de cette ouverture aux chercheurs, c’est parce que les archives de Pie XII constituent en réalité la pièce manquante au puzzle. Elles vont nous apporter des éclairages nouveaux sur ce que nous appelons le processus de décision, à savoir les discussions à l’intérieur de la Curie, les divergences ou les convergences dans l’entourage du souverain pontife, mais aussi sur la correspondance des nonces, les instructions qu’ils ont reçues, leurs actions sur le terrain, etc. Les spécialistes de Vichy, du fascisme italien, des régimes d’Europe centrale (pensons aux terribles oustachis de Croatie) ou du franquisme puiseront dans les notes et rapports déclassifiés de quoi mieux connaître la politique du Saint-Siège.

Ce que nous savons déjà

Mais aucun document ne pourra venir contredire ce que nous savons déjà : l’antinazisme de Pie XII, son hostilité au IIIe Reich, sa crainte de voir l’hitlérisme dominer l’Europe et anéantir l’Église, sa hantise du communisme athée, son rapprochement avec les États-Unis commencé dans les années 1930 ; mais aussi sa vertu de la prudence, son souci de ne pas commettre le faux pas irrémédiable, celui qui aggraverait la situation de l’ensemble des persécutés, celui qui donnerait aux tortionnaires de Berlin l’occasion de déchaîner plus encore leur haine contre les juifs, les chrétiens ou les « sous-hommes ». Déjà les archives du pontificat de Pie XI, ouvertes en 2005, ont permis de bien comprendre son implication, à la tête de la secrétairerie d’État, dans la politique antinazie du pape Ratti et de bien dessiner les contours de sa relation particulière avec ce dernier. Mieux, elles ont mis en lumière sa proximité avec les démocraties, notamment avec la France, corroborant ainsi les éléments contenus dans les archives du Quai d’Orsay.

Un procès toujours à charge

Bien sûr, les polémiques ne manqueront pas de surgir à la suite de la publication dans un quelconque journal de tel ou tel document sorti de son dossier comme un diable de sa boîte et surtout du contexte historique dans lequel il fut élaboré. Il sera, soyons-en certains, toujours à charge contre Pie XII. Car on ne cherchera pas à cette occasion la vérité historique mais à instruire le procès contre une Église marquée au fer rouge de la Shoah.

Bien sûr, il faudra toujours compter sur la lecture biaisée des pièces archivistiques par des historiens qui ne démordront jamais de leur conviction préfabriquée : Pie XII est coupable. Il s’agit juste pour eux de le prouver… Ne sous-estimons pas non plus la profonde méconnaissance dont nombre d’historiens souffrent à propos de cet univers très particulier qu’est le Saint-Siège qu’ils traitent comme n’importe quel autre État ; quand ce n’est pas du catholicisme tout court.

L’Église n’a pas peur de la vérité

Le pape François l’a martelé avec force : l’Église n’a pas peur de la vérité. À propos de ce pontificat controversé, elle a raison. D’aucuns jugeront que l’attitude de Pie XII ne fut pas celle qu’on est en droit d’attendre d’un pape, qu’il aurait dû agir de telle façon, prononcer telle parole. Mais on quitte là la salle d’étude pour entrer dans un prétoire. L’histoire est une science qui demande rigueur, recul et objectivité. Laissons donc les professionnels que sont les historiens faire leur métier. C’est ce qu’ils vont faire avec de nouveaux et précieux documents d’archives. »

Pour contrer cette légende noire contre Pie XII, inventée par des anti-cléricaux de tout poil, tel le dramaturge à l’imagination débordante Rolf Hochhuth, et des organisations communautaristes et mémorielles spécialisées dans la culpabilisation des autres, de tous les autres, pendant 7 fois 7 générations, la vie et la conversion au catholicisme du Grand Rabbin de Rome, Eugenio Zolli, sont là aussi pour témoigner du rôle bienfaisant en faveur des juifs du pape Pie XII durant la Seconde Guerre Mondiale (Eugenio Zolli, Prophète d’un monde nouveau, de Judith Cabaud, 2002, Ed FX de Guibert). M. Pinchas Lapide, consul d’Israël à Milan du vivant de Pie XII, déclara au journal Le Monde le 13 décembre 1963 :

« Je peux affirmer que le pape, le Saint-Siège, les nonces et toute l’Eglise catholique ont sauvé de 150.000 à 400.00 juifs d’une mort certaine… L’église catholique sauva davantage de vies juives pendant la guerre que toutes les autres églises, institutions religieuses et organisations de sauvetage réunis. »

De semblables paroles de gratitude de juifs envers Pie XII furent légion après la guerre. Elles demeurent pour l’éternité.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

194 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Jeanne de France

Livre d’Alain Sanders

Jeannette est une petite fille de treize ans, vive et enjouée, qui n’aime rien tant que d’aller courir à travers champs avec ses amies.

Mais saint Michel lui apparaît et lui parle de la grande pitié qui est au royaume de France, envahi et opprimé par les armées anglaises.

Alain Sanders nous raconte ici la belle histoire de sa vie.

Avec 6 illustrations à l’intérieur du livre.

11 x 16,5 cm – 120 pages (éditions Clovis)

A partir de 8 ans

%d blogueurs aiment cette page :