A l’heure où Donald John Trump lève la non-application du vote du Sénat américain de 1995 sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale, les sites de gauches parlent du projet d’un mystérieux Mouvement Fédéral qui prône une solution suisse ou belge pour Israël. Le profil des quatre dirigeants clé est intéressant : le premier, Emanuel Shahaf, membre du Parti Travailliste est un juif né en Allemagne qui orne son nom sur son compte Tweeter de trois parenthèses de chaque côté. Ingénieur en aéronautique, il a travaillé dans des cabinets ministériels ; le second, Shalom Kweller, est un architecte ; le troisième, Aryeh Hess, est un maillon important du judaïsme international en tant qu’ancien directeur du Conseil Sioniste d’Israël, une filiale de l’Organisation Sioniste mondiale, créée protocolairement à Bâle en 1897…  Quant au dernier, Yehonatan Ariel, il est sud-africain de naissance et bien évidemment proche de Mandela.

Le projet consiste à diviser Israël en 30 cantons composant 4 régions, avec une répartition ethnique, 20 cantons juifs, 9 cantons arabes et 1 canton druze. Israël-nord comprendrait 7 cantons, 4 juifs (Galilée supérieure autour de Safed, Galilée centrale et occidentale autour de Karmiel, Kinneret et Vallées autour de Afula, Haifa) ; 1 druze (Carmel autour de Yarka) et 2 arabes (Basse-Galilée autour de Nazareth et Wadi Ara autour d’Umm al-Fahm). Israël-ouest comprendrait 6 cantons, 5 juifs (Plaines côtières du Nord autour d’Hadera, Sharon autour de Netanya, Dan occidental autour de Tel Aviv, Dan oriental autour de Petah Tikva et Plaines côtières du Sud autour d’Ashdod) et 1 arabe (Triangle autour de Tulkarm). Israël-est comprendrait 11 cantons, 6 juifs (Grand Jérusalem, Modiin, Samarie du Sud autour d’Ariel, Vallée du Jourdain autour de Maale Efraim et Lachish autour de Kiryat Gat) et 5 arabes (Samarie centrale autour de Naplouse, Samarie du nord autour de Jénine, Ramallah, Bethlehem et Hébron). Israël-sud comprendrait 6 cantons, 5 juifs (Negev du nord autour de Beer-Sheva, Mer Morte autour de Dimona, Hauts-Negev autour de Yeruham, Eilat et Ashkelon) et 1 arabe (Bédouin autour de Segev Shalom). La bande de Gaza devient un état indépendant dont les ressortissants n’ont aucun droit en Israël.

Quand on analyse de près les tenants et les aboutissants du projet, on se trouve exactement dans Le Grande Blond avec une chaussure noire. Quand Perrache répond au colonel Bernard Milan la vraie nature du Grand Blond : « C’est un piège à cons, Monsieur ». En effet, outre Gaza dont on se débarrasse par une indépendance opportune, c’est le « droit au retour » qui est également nié. Le plan prévoit qu’Israël financera en contrepartie la transformation des camps palestiniens en « villes modernes » en y accordant une enveloppe de 3 milliards. 3 milliards de shekels, bien sûr (soit 723 millions d’€). Une agence israélienne prendra le contrôle des réseaux d’eau et d’électricité, des centres médicaux, du corps professoral, de la formation des enseignants et des chefs d’entreprises, des centres sociaux, des centres sportifs et de loisirs, du traitement des ordures et du recyclage.

Sans Gaza, les « Etats Fédérés d’Israël » compteront une population de 10 millions d’habitants dont 59 % de Juifs et 33 % de Musulmans. Les Territoires Palestiniens seraient soumis au droit israélien et bénéficierait d’un vaste programme de développement économique pour que l’enrichissement leur fasse renoncer au soutien au Hamas. Efficace ? Comme disait Giuseppe « Peponne » Botazzi dans Don Camillo et les contestataires : « Quand bien même le prolétariat aurait une 250 m² et une machine à laver, cela ne l’empêchera pas de souffrir ».  En tout cas, ce projet vaut-il seulement l’encre avec lequel il a été écrit, car comme dit le Talmud :

« Tous les biens des autres nations appartiennent à la nation juive, qui est par conséquent en droit de les saisir sans aucun scrupule. Un Juif orthodoxe n’est pas tenu d’observer les principes de la morale à l’égard des gens des autres tribus. Il peut agir contrairement à la morale, si c’est profitable pour lui ou pour les Juifs en général. » (Arach Schalchan. Choszen Hasisxpat 348).

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Un commentaire

  1. « Comme disait Giuseppe « Peponne » Botazzi dans Don Camillo et les contestataires »
    Mon cher Hristo, il faut prendre son temps et lire ce qui est sur la page, à savoir : ‹Peppone› (forme agrandissante de ‹Peppo›, variante dialectale de ‹Beppo› qui, lui, est un diminutif de ‹Giuseppe› (Joseph), mais vous n’êtes pas obligé d’apprendre tout cela par cœur; il suffit de reproduire les lettres comme vous les avez lues dans le livre ; ou peut-être quand même les vérifier un tout petit peu).

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

15 % 29.840 € manquants

5160 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 29.840 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !