Florence de Baudus, écrivain, est l’auteur de plusieurs romans mais aussi de deux ouvrages consacrés à Vladimir Volkoff. Elle avait également déjà publié chez Perrin une biographie de Caroline Bonaparte. Cette fois, c’est à Pauline Bonaparte (1780-1825) qu’elle s’intéresse.

Sous la protection de la Mère de Dieu, Paolina Bonaparte, générale Leclerc, princesse Borghèse, dans la chapelle qui porte son prénom, repose entre deux pontifes, Paul V et Clément VIII, tous deux princes Borghèse.

Mais que sait-on de Pauline ? Ses lettres, aussi nombreuses soient-elles, sont souvent non datées. Les séjours qui se renouvellent dans les mêmes villes d’eau aux mêmes époques de l’année et pour les mêmes indispositions laissent le chercheur perplexe. Ecrire l’histoire de la princesse Pauline, c’est déjà accepter ces zones d’ombre.

Et lorsque l’auteur prend le prisme des événements de l’épopée impériale, c’est pour remarquer que Pauline est toujours absente au moment des décisions graves : quand se met en place le Consulat, elle est à Saint-Domingue; quand Napoléon est proclamé empereur et que se met en place la vie de cour, elle est à Rome; quand ses sœurs se battent pour obtenir duchés et royaumes, elle est en Provence.

Pauline reste, au sein de la famille impériale, une sorte de mystère. Quant aux rumeurs, nombreuses, dont elle fait l’objet, elles sont souvent dominées par la haine pour le clan Bonaparte de leurs auteurs, et alimentées plus tard par le goût du scandale.

Ce livre tente donc de débusquer le vrai du faux et de nous livrer un portrait authentique de la plus méconnue des sœurs de Napoléon, pourtant la seule de la fratrie à avoir partagé l’exil de son frère à l’île d’Elbe, et qui, après Waterloo, redevint romaine pour finir par mourir à Florence dans le palais mis à sa disposition.

Pauline Bonaparte, Florence de Baudus, éditions Perrin, 448 pages, 24 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés