“le Premier ministre français, Manuel Valls, avec une grande générosité d’esprit, a proclamé que le départ de cent mille juifs infligerait un coup plus dur à la France que celui de cent mille chrétiens”

Ce n’est pas la rédaction qui l’invente, mais l’écrivain israélien, Avraham B. YEHOSHUA, qui le rapportait le 22 janvier dernier dans une tribune  de Libération. Certes cette déclaration serait passée complètement inaperçue sans la candeur (?) de cet écrivain Israélien qui s’est fendu d’une tribune dans Libération pour expliquer que s’il y avait eu attentats islamistes en France contre des Juifs cela était tout compte fait de la faute des catholiques et de l’extrême droite. Assimilant sans détour aucun les catholiques et les Français attachés à leur civilisation chrétienne au nazisme pourtant profondément anti-chrétien: l’antisémitisme séculier et nationaliste né au milieu du XIXe siècle en Europe”, explique l’auteur qui ajoute que “cet antisémitisme ravageur”, “atteignit son point d’orgue avec la Shoah”. Voici comment cet Israélien, tellement habitué à la complicité abjecte de nos représentants, tant politiques que religieux ou médiatiques, du reste, vient nous cracher à la figure! Nous, les fiers héritiers des bâtisseurs de cathédrales!…

Voici sa prose, n’en perdez pas une miette:

TRIBUNE

Les propos adressés, à Paris, aux juifs de France par Benyamin Nétanyahou ont provoqué une controverse non seulement en France, mais aussi en Israël, et je voudrais essayer de réfléchir ici à leur caractère complexe.

La teneur de son discours se résume à ceci : l’antisémitisme que certains musulmans fanatiques manifestent à votre égard en France, par des actes meurtriers et de terreur, doit vous inciter à venir dans votre véritable pays, Israël. Ce n’est que là que vous vous sentirez en sécurité…

Cette affirmation recèle une part de vérité qu’on ne peut occulter. En effet, une partie des juifs de France, et sans doute une part non négligeable d’entre eux, sont repérables aujourd’hui non seulement par leurs caractéristiques religieuses, calotte, chapeau noir, barbes et papillotes, mais surtout à cause de leurs institutions visibles à l’œil nu : synagogues, écoles, magasins spécialisés, centres communautaires et, parfois, cités ou quartiers d’habitations communs.

Des fanatiques musulmans bénéficiant de la pleine citoyenneté française, maîtrisant la langue et les coutumes françaises, sont ainsi en mesure, facilement, de perpétrer leurs desseins diaboliques presque sans entraves. Car, après tout, il est impossible d’affecter un policier à chaque juif, et ce serait sans effet sur un terrorisme dont l’auteur est prêt à mourir et dont la puissante destructrice est énorme. C’est pourquoi cet appel de Nétanyahou aux juifs pour assurer leur propre sûreté peut paraître assez réaliste. Certes, la sécurité des Israéliens est loin d’être parfaite, que ce soit pour les individus (surtout dans les territoires occupés) ou que ce soit au plan collectif, avec les attaques de missiles de pays ennemis, mais, grosso modo, le cadre général de la défense nationale demeure plus solide et plus appliqué.

A rebours, un tel discours fustige la France comme un pays incapable de défendre convenablement ses citoyens, ce qui revient à infliger un affront à la démocratie française. Et c’est pourquoi Daniel Shek, ancien ambassadeur d’Israël en France, a eu raison d’opposer que si, au cours de la dernière campagne à Gaza, le Premier ministre français avait conseillé aux Israéliens citoyens français demeurant à Ashdod ou à Ashkelon de revenir en France pour échapper à la menace des missiles tirés depuis Gaza, ce qui pourrait sembler non moins logique, cette proposition aurait suscité un tollé en Israël…

Néanmoins, il existe une certaine différence entre ces deux affirmations. Car, au long de l’histoire, les juifs ont aspiré au retour ou à la délivrance en terre d’Israël. «L’an prochain à Jérusalem» n’est pas qu’un vain mot. Aussi, quand Nétanyahou tient ces propos, il n’a pas en tête, me semble-t-il, uniquement le problème sécuritaire, mais aussi la question identitaire. Et son discours reflète ces deux préoccupations.

Cependant, il nous faut reconnaître, hélas, que la motivation profonde et flagrante du retour des juifs en terre d’Israël et de la création de l’Etat d’Israël tirait son origine de l’antisémitisme, en particulier l’antisémitisme séculier et nationaliste né au milieu du XIXe siècle en Europe. Sans cet antisémitisme ravageur, qui atteignit son point d’orgue avec la Shoah, on peut douter que Theodor Herzl (1860-1904), le visionnaire de l’Etat juif et fondateur du Congrès sioniste, se serait employé à populariser ses idées.

C’est pourquoi le sionisme de la fuite et de la peur demeure plus fort que le sionisme mû par l’identité, la spiritualité ou la religion. Et c’est pourquoi, aussi, si le Premier ministre français, Manuel Valls, avec une grande générosité d’esprit, a proclamé que le départ de cent mille juifs infligerait un coup plus dur à la France que celui de cent mille chrétiens, il a le devoir, ainsi que son gouvernement, de lutter non seulement contre les fanatiques islamistes, mais aussi contre les dérives antisémites qui ont cours parmi les ennemis jurés de ces fanatiques, c’est-à-dire l’extrême droite française. Car l’antisémitisme chrétien de droite nourrit indirectement l’antisémitisme islamiste.

Mais Benyamin Nétanyahou ne doit pas être exempté d’un examen de conscience politique. Car il ne fait aucun doute que le conflit prolongé avec les Palestiniens alimente la flamme de l’antisémitisme. Aussi, parallèlement à ses conseils aux juifs de France, il est de son devoir d’assurer la sécurité des Israéliens et des juifs en déployant un effort sérieux pour mettre fin à l’occupation et à la colonisation, et pour parvenir à la résolution du problème palestinien, tout en garantissant la sécurité d’Israël, selon la formule bien connue et acceptée par le monde entier, y compris par une grande partie du monde arabe.

Traduit de l’hébreu par Jean-Luc Allouche.

Avraham B. YEHOSHUA Ecrivain

(Source: http://www.liberation.fr/monde/2015/01/22/l-antisemitisme-chretien-de-droite-nourrit-indirectement-l-antisemitisme-islamiste_1186501)
Ce crachat alors que les attentats de Paris sont le fruit du conflit qui oppose les musulmans aux sionistes qui viennent régler leurs différends sur le sol de France, comme ils le firent au Liban, comme ils le font en Syrie et ailleurs! Les victimes de ces attentats sont les victimes de cette haine. Une haine que Charlie hebdo n’a pas manqué une occasion d’attiser.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

55 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 30.000 € pour 2021

btn_donateCC_LG

47 % 15 795 € manquants

14 205 € récoltés / 30 000 € nécessaires – depuis le 01/10/2020

 

Votre générosité nous a permis de boucler l’année 2020, nous avons besoin de votre aide pour l’année 2021 afin de continuer à donner à un maximum de nos contemporains une réinformation gratuite et variée et sans aucune concession.

Médias Presse Info, ce sont plus de vingt-six mille articles déjà publiés à ce jour ! Médias Presse Info, ce sont aussi 1194 vidéos et plus de 43.600 abonnés à sa chaîne YouTube (près de sept mille de plus en un an !).

Tout cela en accès gratuit.

Cliquer ici pour lire l’appel de MPI et connaitre les détails de nos besoins.

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Powered by WordPress Popup

%d blogueurs aiment cette page :