J’avançais avec 3 amis vers le rendez vous de la manifestation de dimanche quand nous avons rencontré, à contre sens, un vieux monsieur de 82 ans qui avait fabriqué son panneau . Il y avait inscrit : ”Arrière Satan, La France est ici, avec Dieu.” Ce vieil homme, issu d’une génération de combattants de Meurthe et Moselle s’était levé à 4 h du matin pour répondre aux exigences de sa foi. On l’a stoppé et son panneau a été détruit parce que ces messieurs de la com’ en avaient décidé ainsi.

Jean Yves Camus, le journaliste anciennement du Monde le plus acharné contre la famille, la tradition, l’extrême droite, quoi ! est content: il trouve notre rassemblement “apaisé, réellement bon enfant. Les slogans étaient mesurés, et les organisateurs ont plusieurs fois rappelé leur attachement aux valeurs et aux symboles de la République. Chacun était conscient qu’ il fallait éviter à tout prix les slogans et les discours outranciers. “
Et il a raison, les bonnets phrygiens, les slogans et les seuls dessins autorisés étaient républicains. L’agence de communication a bien fait son travail, les bourgeois étaient contents parce que, voyez vous, chez ces gens-là : en appeler à Dieu, à la Vierge et à tous les saints cela fait désordre, c’est outrancier, cela discrédite le mouvement… Je l’ ai entendu de mes oreilles. Il faudrait enfin comprendre que la communication n’est que le nouveau mot pour propagande avec un objectif de vente en plus. Les catholiques n’ont rien à vendre mais tout à donner.

Ils croient, les pauvres communicants, que l’on va sortir seuls de ce bourbier et de ces lois infâmes ! Que la bonne République va se pencher sur les souhaits de familles en majorité catholiques et leur accorder ce qu’elles désirent parce qu’elles défilent sagement dans un mouchoir de poche.
Nous avons défilé très nombreux, qu’importe les chiffres, 75 000 ou 600.000 puisque nous n’avons pas la majorité au Parlement où dernièrement Richard Ferrand faisait voter à mains levées une assemblée au trois quart vide. Pour avoir la majorité il faut convaincre. Le fera-t-on avec des slogans révolutionnaires ?

Lisez Dostoïevski : “Si Dieu n’existe pas tout est permis.” On y est.
Et nous ne sommes qu‘au milieu du gué, après l’avortement des bébés, l’euthanasie de Vincent Lambert, nous aurons celle des vieux encombrants, tous les soirs et pas seulement le jeudi et bien d’autres vilenies. Avoir la majorité en République signifie le droit de faire voter n’importe quoi.

Jadis , dans les périls, le peuple se ruait à l’église pour demander l’aide du ciel. Aujourd’hui l’esclave mâté parle la langue du maître et redemande des verges pour se faire battre. La République a bien travaillé, la foi ne doit pas connaître d’expression publique. L’évêché de Paris ne pourra pas construire une cathédrale temporaire en bois sur le parvis car ce dernier appartient à l’état…

Quelle belle occasion perdue de témoigner de notre foi, de la rationalité de cette foi qui protège la loi naturelle. Les organisateurs de cette manifestation qui demandent tant d’efforts à ceux qui viennent de loin ont peur de leurs manifestants. Et la peur , mauvaise conseillère, n’entraine jamais la victoire.

Nous combattrons et Dieu donnera la victoire, disait une guerrière. Encore faut-il combattre .

Anne Brassié

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

16 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :