Le 29 mars à l’entrée principale du Campus San Joaquin de l’Université pontificale catholique (UC) de Santiago du Chili des inconnus ont profané la croix avec une représentation d’une femme avortant.

Sur la croix, utilisée pour le chemin de croix du Vendredi Saint, ils ont placé l’image d’une femme crucifiée et nue, avec du sang sur ses organes génitaux et avec une poupée simulant le bébé dans l’utérus.

Le vice-chancelier de l’Université catholique, le Père Cristián Roncagliolo a déclaré que « profaner une croix est un acte qui viole la foi des personnes ».

Jusqu’à présent, les responsables n’ont pas été identifiés. L’image a provoqué l’indignation dans la communauté universitaire.

Le Président de la Fondation Chili Siempre, José Francisco Lagos, a estimé que ce qui est arrivé résulte du débat sur l’avortement et a déploré une « violence particulièrement intolérante ».

«C’est beaucoup plus grave que les insultes sur les réseaux sociaux parce que les gens qui ont la foi sont ouvertement insultées ».

Même la porte-parole de la jeunesse universitaire communiste, Fernanda Pérez, a désapprouvé de tels faits.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La revue 83 : Franc-maçonnerie DEUXIEME PARTIE

REVUE DISPONIBLE EN PREVENTE, ENVOI LE 13 JANVIER !

Voici la suite de ce dossier fascinant sur la franc-maçonnerie, hâtez vous pour l’avoir au plus vite ! La première partie de ce dossier en vente ici.

Cliquez ici pour obtenir la REVUE 83

%d blogueurs aiment cette page :