Depuis 30 ans, de mon observatoire hospitalier, j’ai vécu de nombreuses crises sanitaires : HIV, SRAS, MERS, résurgence de la tuberculose, bactéries multirésistantes. Nous les avons gérées dans le calme et très efficacement.

Aucune n’a donné lieu à la panique actuelle.

Je n’ai jamais vécu un tel degré d’inquiétude pour une maladie infectieuse et d’ailleurs pour aucune autre.

Et pourtant, je ne suis pas inquiet quant aux conséquences médicales du coronavirus. Rien dans les chiffres actuels sur la mortalité et la diffusion du virus ne justifie la panique mondiale sanitaire et surtout économique.

Les mesures prises sont adaptées et efficaces et elles permettront le contrôle de l’épidémie. C’est déjà le cas en Chine, foyer initial et de loin le plus important de cet agent infectieux, où l’épidémie est en train de s’éteindre.

L’avenir proche dira si je me suis trompé.

Par contre :

• Je suis inquiet des vols de masques et que ceux nécessaires à la protection des personnels soignants et des personnes à risque, nos anciens et celles déjà malades, en particulier les patients immunodéprimés, soient distribués dans les aéroports, les cafés et les centres commerciaux, pour une efficacité nulle.

• Je suis inquiet des vols de gels nettoyants.

• Je suis inquiet de ces rixes pour acheter du papier toilette et des boîtes de riz ou de pâtes.

• Je suis inquiet de cette terreur qui conduit à faire des stocks obscènes de nourriture dans des pays où elle est disponible dans une abondance tout aussi obscène.

• Je suis inquiet pour nos anciens déjà seuls et qu’il ne faut plus ni voir ni toucher de peur de les tuer. Ils mourront plus vite, mais « seulement » de solitude. Nous avions l’habitude de ne pas rendre visite à nos parents et grands-parents si nous avions la grippe, pas de les éviter « au cas où » et pour une durée indéterminée, ce n’est en rien différent pour le coronavirus.

• Je suis inquiet que la santé ne devienne un objet de communication belliqueuse et de conflit comme un autre, alors qu’elle devrait être une cause ultime de lutte dans le rassemblement.

• Je suis inquiet que notre système de santé, déjà en grande difficulté, ne soit prochainement débordé par un afflux de malades au moindre signe de syndrome grippal. Ce sont alors toutes les autres maladies que nous ne pourrons prendre en charge. Un infarctus du myocarde ou une appendicite, ce sont toujours des urgences, un virus, rarement.

La couverture médiatique sur le coronavirus est très anxiogène et elle participe à l’affolement de chacun.

Cela conduit aux théories du complot les plus folles du genre : « ils nous cachent quelque chose ». Rien n’est obscur, c’est impossible en médecine dans ce monde du numérique où la connaissance scientifique est immédiate et sans filtre.

Le coronavirus ne tue (presque) que les organismes déjà fragiles.

Je suis inquiet que ce minuscule être vivant ne fasse que dévoiler les immenses fractures et fragilités de nos sociétés. Les morts qui se compteront alors par millions seront ceux de l’affrontement des individus dans l’indifférence totale de l’intérêt collectif.

Gilbert DERAY, chef du service de néphrologie à l’Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

12 commentaires

  1. marco says:

    J ai de la famille dans trois endroits de chine ,,wuhan ,campagne de pekin et shendu ,,,pour eux il y a nada ,,,perso ,,ce connar virus je n arrive pas a gober ce scenario ficele au fluo .,un vrai navet ce film .tous les pros reflechis ,honnetes sont d accord ,,conar virus ,grosse arnaque ,il y a comme enc,,ulation sous roche .l avennir le dira ,,,

  2. sybile says:

    meme les elections vire aux cauchemards le plus grand virus cet le pèchè du mensonge quel interets de reporter les elections et de continuer a affoler les veaux quel jeu joue tils qui sont les exspert les labo le mari a buze ou voit dans tous cela le massacres de nos hopitaux on prèferes financer les dividandes et laisser crever les francais on a surpeuplers se pays et les anciens en creves on les abandonnes et ils crevent se pays et foutu pendant que vous hiberners et que vous compter les pertes chiffres truker macronsecu vient de privatiser la poste voila dividendes plus de postiers et les services surtaxer macron et un cauchemares ils travaillent pour les milliardaires encore un coup de poiniare dans le dos des francais merci m vous avez raison on a honte de se gouvernement de criminels dont la proie les gilets jaunes pacifiques cet propagandes bolcho et vraiment a vomire sourtout en tant de carème chretiens et a fermer les lieux chretiens a isoler les gens les familles ou ett notres humanitès

  3. sybile says:

    merci d avoir effacer mon commentaires

  4. la lourdeur des précédents commentaires est effarante !!! Surtout en réponse à ce professeur qui mérite autre chose de plus sensée.

  5. Soupape says:

    QUESTION pour les spécialistes.

    Selon plusieurs avis …

    le coronavirus ne serait qu’une grippe … comme tant d’autres, ….
    la seule nouveauté … étant que le virus était inconnu jusqu’à présent ……

    Mais nouveauté … ne veut pas dire catastrophe …

    En effet, les taux de mortalité … seraient normaux …

  6. Michel says:

    Tous les décès étant en principe déclarés mais pas tous les cas de contamination (notamment les cas dits asymptomatiques) – loin s’en faut – le taux de mortalité imputable au virus affiché par les médias est largement surévalué…

  7. Tout est question de foi, et pour ma part je ne crois pas (du tout) au coronavirus. La crédulité peut tuer en revanche.

  8. Steph says:

    Le virus n’était pas vraiment inconnu. Nous avons aujourd’hui une variante, mais le virus existe depuis au moins 2012.
    https://www.lavoixdunord.fr/714589/article/2020-02-24/pourquoi-y-t-il-ecrit-coronavirus-derriere-certains-flacons-de-desinfectant

  9. Je n’ai rien compris à votre dégueulis…

  10. Je n’ai rien compris à votre vomi…

  11. Ce commentaire sort des égouts…

  12. Vous seriez bien inspiré de corriger vos innombrables fautes de français en vous relisant, car même si votre commentaire peut offrir un certain intérêt, il est fatiguant à lire !..