quitter la sécuIl y a quinze ans, ils étaient peu à quitter la sécurité sociale et on n’en entendait presque pas parler. Dernièrement nous avions pu interroger un de ceux qui ont fait le pas : Laurent C. et qui raconte son histoire sur un blog. France2 vient d’y consacrer un reportage dans son 20h. Nous avons pu nous entretenir avec Philippe Letertre, chirurgien à Nice, un acteur important de ce mouvement.

Philippe Letertre est un des fondateurs de la page Facebook : « les médecins ne sont pas des pigeons », créée sur le modèle des Genopi. Avant les actes de médecine et de chirurgie esthétique bénéficiaient, comme les autres actes médicaux, d’une exonération de TVA. Depuis le 30 septembre 2012, ils sont taxés au taux de TVA normal, à 19,6 %, sauf lorsqu’ils sont pris en charge au moins en partie par l’assurance-maladie. C’est ce qui l’a motivé à quitter la sécurité sociale : « les médecins sont moins bien payés ». Il a donc rejoint le mouvement Comment quitter la Sécurité Sociale qui : «  regroupe tous les citoyens qui veulent se libérer de la cotisation sociale : maladie et retraite. » Pour lui la Sécurité Sociale n’est plus qu’ : « un ensemble de caisses privées avec des cotisations exorbitantes. » Il assure qu’il n’y a aucun danger à la quitter : « on a une meilleure couverture. On est remboursé plus vite et c’est moins cher. » Il n’y a pas de catégories socio-professionnelles plus représentées mais : « les salariés ont plus de mal à le faire ».

Comme nous l’avait déjà confié Laurent C., avec le ras-le-bol fiscal le mouvement prend de l’ampleur : « on est à la tête d’une nouvelle vague ». Ça fait un an que le mouvement fait des conférences mais ces derniers temps : « elles s’accélèrent et on a chaque fois une centaine de personnes. » Le 11 janvier, c’était à Abbeville, le 18 janvier ce sera à Maisnil Lès Rutz, le 25 à Nevers, le 1er février à Lyon, le 8 à Montech et enfin le 1er mars à Annecy. D’ailleurs le mouvement a de plus en plus de contact avec tous les mouvements de révolte fiscale : Bonnets Rouges, les Tondus etc…  C’est pourquoi, ils ont affiché leur soutien à la manifestation de Jour de Colère du 26 janvier : «  les mouvements discutent entre eux. On est en accord avec les principales revendications. Il y a une coagulation. Certains mouvements viendront avec leur bannière. » Néanmoins pour Philippe Letertre : « manifester, c’est très bien mais je suis plus pour une révolution pragmatique : quitter la Sécurité Sociale. »

Il est bien clair que le gouvernement ne compte pas laisser le mouvement se développer. Pour l’instant, l’URSSAF se contente de réclamer les cotisations tandis que les « libérés » portent plainte pour extorsion de fond.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

21 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires