Une crise chasse l’autre : la crise russo-ukrainienne commence à déloger la crise covid des Unes des journaux. L’attention des populations se trouve focaliser sur un nouveau danger et ainsi détourner du fiasco de la gestion covid, des effets secondaires des vaccins, et du passe vaccinal liberticide prélude à un crédit social à la chinoise et à une surveillance sans limite. Et tout comme pour la pandémie covid, elle s’apparente déjà à une vaste manipulation, dont les médias sont les complices volontaires, destinée à favoriser les intérêts de l’axe du camp du Bien, le camp des Atlantistes, des mondialistes américains et de leur satellite, l’Union Européenne.

Le journaliste et politologue américain Mike Whitney dans un récent article analyse la situation en citant en préambule un propos de George Friedman, directeur général de STRATFOR, Council on Foreign Affairs de Chicago :

« L’intérêt primordial des États-Unis, pour lequel nous avons mené des guerres pendant des siècles – la Première, la Seconde et la Guerre froide – a été la relation entre l’Allemagne et la Russie, car unies, elles sont la seule force qui pourrait nous menacer. Et nous devons nous assurer que cela ne se produise pas ».

Whitney continue en soulignant :

« La crise ukrainienne n’a rien à voir avec l’Ukraine. Il est question de l’Allemagne et, en particulier, d’un pipeline qui relie l’Allemagne à la Russie, appelé Nord Stream 2. Washington considère ce gazoduc comme une menace pour sa primauté en Europe et a tenté de saboter le projet à tout bout de champ. Malgré cela, Nord Stream 2 est allé de l’avant et est maintenant entièrement opérationnel et prêt à être utilisé. Dès que les régulateurs allemands auront délivré la certification finale, les livraisons de gaz commenceront. (…)L’establishment de la politique étrangère des États-Unis ne se réjouit pas de cette évolution. Ils ne veulent pas que l’Allemagne devienne plus dépendante du gaz russe, car le commerce crée la confiance et la confiance conduit à l’expansion du commerce. À mesure que les relations se réchauffent, les barrières commerciales sont levées, les réglementations sont assouplies, les voyages et le tourisme augmentent et une nouvelle architecture de sécurité se met en place.

« Dans un monde où l’Allemagne et la Russie sont des amis et des partenaires commerciaux, il n’y a plus besoin de bases militaires américaines, d’armes et de systèmes de missiles coûteux fabriqués aux États-Unis, ni de l’OTAN. Il n’est pas non plus nécessaire de conclure des transactions énergétiques en dollars américains ou de stocker des bons du Trésor américain pour équilibrer les comptes. Les transactions entre partenaires commerciaux peuvent être effectuées dans leurs propres monnaies, ce qui ne manquera pas de précipiter une forte baisse de la valeur du dollar et un déplacement spectaculaire du pouvoir économique. C’est pourquoi l’administration Biden s’oppose à Nord Stream 2. Il ne s’agit pas seulement d’un gazoduc, mais d’une fenêtre sur l’avenir, un avenir dans lequel l’Europe et l’Asie se rapprochent dans une zone de libre-échange massive qui accroît leur puissance et leur prospérité mutuelles tout en laissant les États-Unis à l’écart. Le réchauffement des relations entre l’Allemagne et la Russie annonce la fin de l’ordre mondial « unipolaire » que les États-Unis ont supervisé au cours des 75 dernières années. Une alliance germano-russe menace de précipiter le déclin de la superpuissance qui se rapproche actuellement de l’abîme. C’est pourquoi Washington est déterminé à faire tout ce qu’il peut pour saboter Nord Stream 2 et maintenir l’Allemagne dans son orbite. C’est une question de survie. »

Et là entre en jeu l’Ukraine explique Whitney :

« L’Ukraine est « l’arme de choix » de Washington pour torpiller Nord Stream 2 et créer un fossé entre l’Allemagne et la Russie. La stratégie est tirée de la première page du manuel de politique étrangère des États-Unis, sous la rubrique : Diviser pour mieux régner. Washington doit donner l’impression que la Russie représente une menace pour la sécurité de l’Europe. Tel est l’objectif. Ils doivent montrer que Poutine est un agresseur assoiffé de sang, au tempérament instable, à qui l’on ne peut faire confiance. À cette fin, les médias ont été chargés de répéter encore et encore que « la Russie prévoit d’envahir l’Ukraine ». Ce qui n’est pas dit, c’est que la Russie n’a envahi aucun pays depuis la dissolution de l’Union soviétique, que les États-Unis ont envahi ou renversé des régimes dans plus de 50 pays au cours de la même période et que les États-Unis maintiennent plus de 800 bases militaires dans le monde entier. Rien de tout cela n’est rapporté par les médias, au contraire… Toute cette propagande de guerre hystérique est créée dans l’intention de fabriquer une crise qui puisse être utilisée pour isoler, diaboliser et, finalement, diviser la Russie en petites unités. La véritable cible, cependant, n’est pas la Russie, mais l’Allemagne. (…) Comme l’a expliqué la sous-secrétaire d’État aux Affaires politiques, Victoria Nuland, lors d’un point de presse du département d’État le 27 janvier : ‘’Si la Russie envahit l’Ukraine, d’une manière ou d’une autre, Nord Stream 2 n’avancera pas‘’. (…) C’est écrit noir sur blanc. L’équipe Biden veut « pousser la Russie à une réponse militaire » afin de saboter Nord Stream 2.  Cela implique qu’il y aura une sorte de provocation destinée à inciter Poutine à envoyer ses troupes de l’autre côté de la frontière pour défendre les Russes ethniques dans la partie orientale du pays.»

Quelle provocation ont trouvé les Etats-Unis et leurs alliés atlantistes : élargir l’OTAN en direction des frontières russes ce que la Russie ne peut accepter ! Les chancelleries occidentales arguent du fait que les Ukrainiens souhaitent en majorité adhérer à l’alliance atlantique et que les Russes ne peuvent s’y opposer. Or ces derniers rappellent que des promesses occidentales avaient été données à l’URSS à la fin de la guerre froide afin de garantir sa sécurité face à la politique d’élargissement de l’OTAN à l’Est, promesses que les membres de l’OTAN font mine d’oublier ou de présenter comme un « mythe » tout en accusant la Russie d’activités militaires dangereuses pour l’Ukraine alors que Moscou dément catégoriquement tout projet d’invasion, les activités militaires menées sur son territoire étant conformes au droit international et ayant pour principal objectif de garantir la sécurité de la Russie face à la politique d’élargissement de l’OTAN.

Les Russes ont pour eux un témoin de choix, l’ancien chef de la diplomatie française Roland Dumas qui, à l’occasion d’un entretien publié le 13 février sur le site Les Crises, est revenu sur le sujet, rappelant avoir lui-même participé aux discussions auxquelles se réfère la Russie.

« Cette discussion [qu’il n’y ait pas de déplacement des troupes de l’OTAN dans les régions du pacte soviétique qui devaient être désarmées] a eu lieu, d’abord parce que les Russes l’ont demandée [et] parce que nous l’avons soutenue : moi le premier, les Américains aussi, et les Allemands évidemment », explique alors l’ancien haut diplomate.

La crise ukrainienne est donc liée à deux enjeux majeurs pour la survie de l’ordre mondial érigé par les Etats-Unis et dominé par eux depuis la fin de la 2e Guerre Mondiale : l’expansion de l’OTAN vers l’Est qui pose « un problème du contact direct avec la Russie – situation qu’elle considère comme inacceptable pour sa sécurité, puisqu’un incident de frontière pourrait déclencher une confrontation avec l’OTAN » écrit fort justement le journal web Les Crises. Et la construction du gazoduc Nord Stream 2, pont entre l’Allemagne et la Russie, qui ferait émerger un nouvel ordre mondial dont les Etats-Unis ne seraient plus les maîtres.

Et l’Ukraine ? Elle pourrait n’être qu’un simple pion entre les mains de Washington et de ses folles ambitions. Et les vies impactées par un possible conflit ? Elles pourraient être sacrifiées sur l’autel des intérêts américains.

Francesca de Villasmundo

  

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

14 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :