Un taux de vaccination hallucinant

La campagne de vaccination contre le Covid-19 est un succès retentissant dans la péninsule ibérique. Le Portugal, Gibraltar et l’Espagne sont au coude-à-coude dans la course à l’injection massive de leur population. Si plus de 90% des adultes sont « complètement » vaccinés, l’Espagne culmine à plus de 80% de sa population totale ayant reçu leurs doses, et les chiffres devraient augmenter sensiblement avec l’ouverture dès la mi-décembre à la pfizerisation des enfants âgés de 5 à 11 ans.

La vie, jusqu’il y a peu, était agréable comparativement au reste de l’Europe : les magasins sont ouverts, les cafés et les restaurants sont pleins, les terrasses sont ensoleillées et les familles se retrouvent après la sainte messe pour célébrer ensemble leur culture gastronomique. Ici et là des enfants cueillent des mandarines dans les arbres de la ville, jouent ensemble et profitent du soleil et du levant, ce vent doux et humide venu d’Orient, et qui toujours caresse les façades gothiques des églises valenciennes.

Les citoyens rassurés par leur nouveau statut sérologique vaquent naturellement à leurs occupations. Fière de l’immunité de groupe atteinte en un temps record, condition sine qua non pour vivre sans restriction,  cette région d’Espagne continue à attirer les touristes de toute l’Europe, l’absence de passeport sanitaire étant un argument touristique pour les quelques récalcitrants au fichage digital perpétuel. L’économie récupère, les commerçants sont heureux et les nouvelles contaminations sont parmi les plus basses d’Europe.

La mise en place du passeport vaccinal mondial

Mais c’était sans compter sur le courroux du régime socialiste qui, dans sa logique mondialiste haineuse, attendait avec impatience une brèche pour écraser et punir un peuple pourtant si docile. L’hiver et l’apparition magique de nouveaux variants ayant scellé le sort, un passeport vaccinal a fait son entrée triomphante dans les lieux préférés des Espagnols, cafés et restaurants.

Le cadre juridique est le suivant : le tribunal suprême de la communauté valencienne (qui de facto est une entité fédérée) a permis, pour 1 mois à compter du 2 décembre 2021, l’utilisation du passeport vaccinal pour les lieux clos de plus de 50 personnes. Le lecteur averti sait que lorsqu’une liberté est volée au citoyen, elle ne lui est jamais restituée. Cette mesure qui se réclame proportionnelle permet donc aux petits commerces de continuer à fonctionner normalement. C’était sans compter sur l’excès de zèle de la population vaccinée qui exige, pour prendre un café dans un local de 15 personnes, votre code QR, votre carte d’identité ainsi que la marque de votre thérapie génique. Les injectés se discriminent entre eux en fonction du sérum qu’ils ont reçus, l’ARNm constituant l’élite de la population, tel que décrété par les médias de masse.

Puisque la discrimination est désormais la norme, les touristes, en leur qualité de moteur économique de la région, doivent avoir la marque de la bête pour accéder à leur hôtel sous peine de rester à la rue dans l’indifférence totale des passants. L’immunité collective ayant été annulée par décret, l’Espagne est entrée dans le jeu de la vaccination perpétuelle.

C’est sur ce fond de vengeance contre les peuples que commencent à apparaître des scènes cocasses : touristes refoulés de leur hôtel et condamnés à dormir à la rue, petits vieux recalés de leur café préféré, espaces intérieurs dédiés à l’hyperclasse vaccinée, terrasses réservées aux lépreux.

L’injection change le comportement des gens

Ce qui est impressionnant pour qui est attentif aux basiques des sciences sociales, c’est de voir à quel point l’humain, dès qu’il sent les volutes du pouvoir caresser ses narines, se transforme en petit tyran cruel, prenant plaisir à humilier ses semblables. Leurs petits yeux de carnassiers imbibés de haine feraient sans nul doute pâlir Milgram, dépassé par les évènements.

Si vous désirez poursuivre l’expérience sociale pour le plaisir, partagez ouvertement votre dossier médical et expliquez au garçon de café que vous êtes inoculé avec 5 doses de Sputnik et 5 doses de Sinovac « pour être sûr » et n’avez donc pas de pass européen, pour voir sa réaction. Vous y verrez un despote quelque peu apaisé, comme si la présence d’oxyde de graphène dans votre sang réveillait dans son épaule un signal de compatibilité digitale. Vous serez quand même dégagé manu militari de votre glacier préféré, mais avec une certaine bienveillance covidiste. Le système de caste étant désormais bien implanté, si votre génome ne contient pas d’ARN messager, vous restez un danger pour la société, qu’on ne s’y trompe pas.

Toujours est-il que l’instauration de l’apartheid sanitaire a fait prendre conscience à une infime minorité d’individus que cette situation est sans fin et que le but ultime est d’humilier et punir la population par représailles éternelles. Vous pensiez être complètement vacciné et avoir accompli votre devoir citoyen ? Que nenni, sans la troisième et quatrième dose, vous êtes à nouveau une bombe biologique mouvante et vos privilèges vous sont soustraits.

La vaccination des enfants

Ce qui semble avoir mis le feu aux poudres est l’annonce de la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans. Le modus operandi est éprouvé : des Pères Noël et des agents du gouvernement injectent les enfants à l’école, à l’abri du regard des parents. Rassurés par l’ajout de tromethamine (un composé chimique sensé éviter les myocardites chez les tout petits) les orques du régime piquent à tout va. C’est ainsi 330.000 bambins valenciens qui sont visés par ces directives iniques venues directement des alpes suisses.

Sur fond de révolte, les mamans ont organisé une marche à Valence. Impossible de trouver quelconque information dans les médias autorisés ni sur les murs de la ville. Les Espagnols utilisent Télégram pour rester à l’abri du régime. C’est un sympathique serveur sud-américain de mon café préféré qui, me voyant seul à la table métallique de la terrasse plutôt que dans le sofa moelleux sur lequel j’aimais lire Suétone, et comprenant que j’avais été rétrogradé socialement, me remis un flyer concernant la manifestation à venir. D’un regard complice, tous deux ayant une croix autour du cou, je lui fis signe que j’irai avec lui, sa femme et son fils. Montrez vos croix et vos médailles miraculeuses, elles vous désigneront vos frères !

La manifestation

Nous nous retrouvâmes donc le samedi à 18h devant la mairie de Valence. Premier constat, énormément de femmes. Beaucoup de mamans effrayées pour leurs progénitures. Sociologiquement, un public plutôt de gauche, ouvrier, anarchiste, punk, amoureux de liberté. Les pancartes et les slogans dénoncent l’expérimentation médicale, l’agenda mondialiste, la tyrannie sanitaire et le sacrifice d’enfants. La plupart des slogans font référence à la Quinta Columna, un groupe de scientifiques espagnols ayant identifiés les puces magnétiques présentes dans les vaccins, composées d’oxyde de graphène.

A proprement parler, il n’y avait pas de revendications religieuses ni politiques. Les différentes factions ont l’habitude de s’affronter en brandissant le drapeau royaliste ou alors celui de la république. Les frontières s’estompent, le peuple n’est pas dupe. Dans cette ambiance familiale, plus personne ne croit aux clivages traditionnels et tous rejettent le mondialisme. La masse populaire tend à la réconciliation et à la liberté. De nouvelles formes de solidarité naissent, toutes générations confondues. Les citoyens comprennent le rôle protecteur de la famille traditionnelle, et le danger que représente l’état.

Ne vous trompez cependant pas, il n’y a pas d’esprit gaulois réfractaire en ces terres ibériques, et l’excès de zèle est la norme. Même si vous obéissez à ces lois contre nature, vous serez punis. Dans les manifestations, pas de présence chrétienne ni de « droite ».

L’antenne locale de CIVITAS travaille dès a présent afin de remédier à cela et brandir à nouveau les insignes du Christ-Roi.

Soutenez-nous afin de remettre Notre Seigneur Jésus Christ et sa divine mère au centre des manifestations !

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :