Situation surréaliste et pourtant réelle : le 4 octobre dernier, jour de la saint François et veille de l’ouverture du Synode sur l’Amazonie, il y eut bien un rite païen accompli dans les jardins du Vatican par des chamans amazoniens en présence du pape François et autres membres de l’Église officielle.

Situation embarrassante pour la salle de presse du Vatican. Ainsi tandis qu’un site de magie, d’occultisme et de paganisme, Antro Magia, exulte sur internet pour « le pas important de l’Église vers la reconnaissance des religions païennes et de leur importance » et nous informe que « les sorcières sont très heureuses », au Vatican on minimise, on fait comme si on n’était au courant de rien, on joue aux trois petits singes « Je ne vois pas, je ne parle pas, je n’entends pas » !

Paolo Ruffini, nommé préfet du dicastère pour la communication vaticane par le pape argentin, présent le 4 octobre dans les jardins du Vatican, fait le naïf :

« Je crois que cela représente la vie et c’est tout. Je l’ai vue ainsi, la vie dans le moment où elle se fait vie à travers la femme. Y voir des symboles païens, je crois que c’est voir le mal où il n’est pas. »

« Mais oui, vient à son aide le père jésuite Giacomo Costa, celui qui a la mission de synthétiser les travaux synodaux journaliers. Il n’y a là rien de sacré, c’est une indigène qui porte la vie. Moi je ne l’ai même pas vue, ajoute-t-il. C’est une figure féminine qui n’a aucune valeur, ni païenne ni sacrée. »

Pourtant il s’agissait bien d’un rite païen à la fertilité « avec les chefs indigènes qui vénèrent deux statues d’une déesse de la fertilité de la Terre, qui peut être vue au centre du cercle ». Un des moments les plus importants a consisté à planter un arbre provenant d’Assise : la référence est explicite tant à la Révolution française et à l’arbre de la liberté qu’aux fameuses et scandaleuses rencontres interreligieuses, préludes à cette rencontre d’aujourd’hui, ayant eu lieu dans la ville d’Assise en Italie, la première fois à l’invitation du pape Jean-Paul II le 27 octobre 1986. François est bien le fils de Jean-Paul II, le pape du baiser sur le Coran et du bouddha sur l’autel à Assise…

Cette cérémonie païenne dans les jardins des Palais Apostoliques peut être considérée comme la voie ouverte à la nouvelle religion syncrétiste avec ce Dieu unique des religions cher à El papa argentin, fruit tant de l’indifférentisme et du relativisme du concile Vatican II que du messianisme des mondialistes contemporains.

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :