A Iekaterinbourg, sur le lieu même de l’horrible tragédie, des centaines de milliers de Russes ont formé une gigantesque procession jusqu’à la basilique édifiée pour honorer la famille impériale et les reliques du tsar Nicolas II canonisé par l’église orthodoxe. Iekaterinboug se situe dans l’Oural, à prés de 2000 km à l’est de Moscou.

Commémoration géante à Ekaterinbourg

Ce 17 juillet, dès 4 heures du matin, des dizaines de milliers de pèlerins se sont réunis à Ekaterinbourg, arborant 100 000 icônes du dernier tsar, sur une vingtaine de kilomètres. Une liturgie sera célébrée par le patriarche Kirill, accompagné de la totalité du Saint-Synode de Moscou. Dimanche 15 juillet, le patriarche de Moscou avait célébré à Alpaïevsk, le rite de la consécration de l’église de l’icône de la Mère de Dieu dite «de Théodore», par laquelle avait été béni Michel Ier Fiodorovitch Romanov, fondateur de la dynastie des Romanov.

La Russie commémore mardi 17 juillet le centenaire de l’assassinat du dernier tsar de Russie, Nicolas II, de la tsarine Alexandra et de leurs cinq enfants. Cent ans après, les Russes se réapproprient peu à peu l’héritage impérial malmené à l’ère bolchevique.

Loin des tourments du règne de Nicolas II, la mémoire impériale s’est réactualisée ces dernières années «grâce à des volontés politiques assumées» de faire redécouvrir ce patrimoine enseveli sous soixante-dix années de bolchevisme, relève Pierre Lorrain, journaliste et écrivain spécialiste de la Russie, affirmant que ce dernier est amplement constitutif de l’identité russe.

Nicolas II réhabilité par la cour Suprême 

Cette exécution constitue «l’une des pages les plus honteuses de notre histoire», déclarait par exemple le président russe Boris Eltsine, le 17 juillet 1998, lors de l’inhumation solennelle des restes de la famille impériale en la cathédrale Pierre-et-Paul de Saint Pétersbourg. En 2008, c’est la Cour Suprême de Russie qui réhabilitait Nicolas II et sa famille, les jugeant victimes de la répression politique bolchevique.

La ferveur populaire autour de cette période est donc aujourd’hui très prégnante dans la société russe, constate le journaliste, prenant l’exemple de la quantité d’ouvrages au sujet de la famille impériale qui abondent dans les librairies moscovites ou pétersbourgeoises.

Source Vaticannews

100 000 icônes tenues chacune par une seule personne, cela fait déjà au moins 100 000 personnes lors de cette procession. Mais ces 100 000 porteurs d’icône étaient suivis par une gigantesque foule. Ce qui fait que cette procession comptait en réalité, non des dizaines de milliers de personnes, mais des centaines de milliers. Si la vidéo était bloquée, la visionner ici.

Le 25 mai 2017, Vladimir Poutine avait vénéré les reliques authentifiées du saint orthodoxe Nicolas, le dernier des tsars:

La cérémonie avait lieu à la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou : «C’est un très grand évènement pour les croyants de Russie», avait déclaré le chef d’État.

Ci-dessous l’office liturgique qui a suivi la gigantesque procession ce mardi 17 juillet 2018, un siècle après la carnage signé par le bolchevique juif, Iakov Sverdlov selon les ordres de Lénine, alors que l’Armée blanche était aux portes de Eikaterinbourg.

Où en est le procès en béatification du roi Louis XVI, 227 ans après sa décapitation ?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

13 Commentaires
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires