Les Russes ont voté majoritairement en faveur de la réforme de la Constitution de la Fédération de Russie proposée par Vladimir Poutine. Le peuple russe a largement plébiscité cette réforme ultra-conservatrice qui voit le triomphe des valeurs traditionnelles. Le texte a été approuvé par plus de 74 % des votants, la participation avoisine les 65 %.

Avec un volet familial ancré dans le réel et un volet social prometteur, ainsi que l’expression de la suprématie du droit russe sur le droit international, la Russie marque son rejet de l’idéologie arc-en-ciel, de l’ultra-libéralisme, et un retour à sa souveraineté nationale. Vladimir Poutine a tenu aussi a mentionné Dieu, une première depuis l’ère soviétique, en évoquant « la mémoire de nos ancêtres qui nous ont transmis leurs idéaux et la foi en Dieu ».

Le texte renforce les prérogatives du Parlement, sans pour autant remettre en cause le caractère présidentialiste des institutions russes. Il insiste surtout sur sa volonté de placer la Constitution du pays au-dessus du droit international dans la hiérarchie des normes ainsi que sur des contraintes supplémentaires imposées aux élus comme l’interdiction d’avoir une double nationalité.

Le « bloc social » prévoit par exemple un salaire minimum ainsi que l’indexation des retraites.

Quant au volet familial, il stipule que le mariage est exclusivement « l’union d’un homme et d’une femme », ce qui ferme la porte constitutionnellement au soi-disant « mariage » pour les duos homosexuels.

Enfin, tout en rappelant le caractère multinational du pays, un amendement qualifie la langue russe, et à travers elle la population ethniquement russe qui représente 80 % du total, par distinction avec les nombreuses autres minorités (Tatars, Ukrainiens, Bachkirs, Tchétchènes, etc.), de « constitutive de l’État ».

Cette réforme renforcera pareillement les pouvoirs de l’exécutif, ce qui pourrait permettre à Vladimir Poutine de se maintenir au pouvoir jusqu’en 2036.

En 2013, lors de sa rencontre avec des experts internationaux dans le cadre du Club Valdaï, Vladimir Poutine avait critiqué la contre-culture, non-culture, décadence du monde occidental contre laquelle s’oppose sa réforme constitutionnelle :

« Nous voyons que beaucoup de pays euro-atlantiques ont tourné le dos à leurs racines, en particulier à leurs racines chrétiennes qui constituent le fondement de la civilisation occidentale. On refuse les principes moraux et toute identité traditionnelle : qu’elle soit nationale, culturelle, religieuse ou même sexuelle. On met en place des politiques qui mettent au même niveau les familles nombreuses et les couples homosexuels, la foi en Dieu et la foi en Satan. Les manifestations du politiquement correct vont même jusqu’à parler sérieusement d’autoriser les partis faisant la propagande de la pédophilie. »

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 commentaires

  1. Ah ! une véritable bouffée d’oxygène dans ce monde pourri jusqu’à l’os. Il y a quand même des exceptions. Je pense que la rance devra encore descendre plus bas pour qu’elle donne un bon coup de pied dans le fond de la vase pour s’élever au rang qu’elle n’aurait jamais dû quitter.

  2. Tchetnik says:

    La Russie sera, au moins pour un temps, l’antineant, la locomotive culturelle que la France fût autrefois.

    Plus de 67%de votants, 77% d’approbation, c’est non seulement le vote le plus crucial de la gouvernance de VVP car il marque un enracinement de certains idéaux dans la société russe, mais aussi une telle différence avec les élections sans électeurs et les “démocraties” sans peuple de l’euroland.

  3. Longue vie à Vladimir Poutine!

  4. JF heydenreich says:

    Enfin un nouveau Tzar qui n’a pas peur de mentionner Dieu, mais pas n’importe lequel, celui de nos ancêtres, le Dieu de la Chrétienté. Longue vie au président Poutine.

  5. Mais tu ne connais ni l’un, ni l’autre, Sheldontchik.

    Et la Corée du Nord est justement un régime athée et matérialiste. Tes amis, en somme.

  6. Mais la démocratie européenne me convient mon petit Koltchak. Contrairement à vous. Bon vent pour Pyongyang..

  7. Tchetnik says:

    Bon vent à toi, surtout, ça te donnera l’occasion de sortir de ta chambre.

    N’oublie pas que les morts sont de ton côté, shekdontchik. Et que la Corée du Nord, ce sont tes potes, pas les nôtres.