Poutine assad moscouNous étions persuadés que Bachar Al-Assad comptait parmi les alliés fidèles de la Russie. Or, coup de théâtre, grand virage politique de Poutine. Le Financial Times[1] nous apprenait, le 22 janvier dernier, que Poutine lui avait demandé de quitter le pouvoir.

Le quotidien britannique affirmait[2] que, selon un rapport de deux hauts gradés des services secrets occidentaux, évidemment non sourcé, le directeur de l’agence de renseignement russe[3], Igor Sergun, aurait été envoyé à Damas par Poutine, quelques semaines avant sa mort le janvier 2016, pour lui demander de se retirer du pouvoir. Lors de la rencontre, le président syrien aurait refusé catégoriquement de se plier à une telle exigence, en faisant valoir que, pour la Russie, il n’y avait d’avenir en Syrie que s’il gardait les rênes du pouvoir.

Démenti immédiat du Kremlin

La réponse ne s’est pas fait attendre. Aussitôt, le Kremlin démentait cette information. Et précisait que Moscou n’avait jamais recommandé à Assad de se retirer. « Non, ce n’est pas le cas », a soutenu le porte-parole du président russe, Dmitri Peskow, interrogé par RIA Novosti[4].

Commentaire : Les patrons de presse britanniques auraient-ils oublié ce qu’est le véritable journalisme, ou le confondraient-ils avec la propagande… Il est vrai qu’ils sont rompus aux machinations médiatico-politiques, aux « méthodes juste en deçà de la guerre ». Le « mensonge de Tilea »[5], en mars 1939, est l’exemple parfait d’intégration à la politique de diffusion de rumeurs pratiquée par le Foreign Office. Il fut mis en circulation par ce dernier, sur la base d’un appel téléphonique fictif de Paris, et contribua grandement à l’engrenage d’une guerre voulue par la grande puissance de l’époque, qui prétendait, au nom de « l’équilibre européen », à une hégémonie sur le monde. Nous sommes aujourd’hui en plein dedans…

Source : http://www.epochtimes.de/politik/welt/politische-wende-putin-forderte-syrischen-fuehrer-assad-zum-ruecktritt-auf-a1301075.html / 22 janvier 2016 14 h 50

[1] Quotidien économique et financier britannique.

[2] http://www.ft.com/cms/s/0/735b4746-c01f-11e5-9fdb-87b8d15baec2.html / 22 janvier 2016 à 11 h 55.

[3] GRU : Direction générale des renseignements de l’État-Major des forces armées russes.

[4] Relayé aussitôt par Sputniknews (http://de.sputniknews.com/politik/20160122/307301794/kreml-assad-ruecktritt-vorschlag-dementi.html / 22 janvier 2016 à 14 h 59) et Russia Today.

[5] In Vérité pour l’Allemagne. La question des responsabilités de la Seconde Guerre mondiale, de l’historien allemand Udo Walendy, Historical Review Press, 1964 (version allemande), p. 317 et suivantes. Téléchargement gratuite du pdf : http://www.balderexlibris.com/index.php?post/2012/02/17/Walendy-Udo-Verite-pour-l-Allemagne.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :