Moscou n’en démord pas : le Royaume-Uni est impliqué dans les attaques de septembre contre le gazoduc Nord Stream et d’octobre contre la flotte russe en mer Noire.

Le ministère des Affaires Etrangères russe a ainsi convoqué l’ambassadeur britannique à Moscou afin de se voir remettre des « preuves » de l’implication de Londres dans plusieurs attaques contre des infrastructures russes, en mer baltique et en Crimée.

L’agence de presse russe Tass communiquait hier que « la Russie présentera à l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Moscou Deborah Bronnert des preuves de l’implication de la Grande-Bretagne dans l’attaque de la base de la flotte de la mer Noire à Sébastopol et l’acte de sabotage contre les pipelines Nord Stream puis divulguera les informations de base au grand public, a déclaré mercredi lors d’un point de presse la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova ».

La Russie annonce, toujours par voie de presse, que l’ambassadeur britannique recevra les documents pertinents qui seront remis en tant que preuves à la partie britannique et seront également mis à la disposition du grand public.

« Dans ce cas particulier, explique Maria Zakharova, nous respecterons certaines formalités procédurales. Dès que l’ambassadeur convoqué aura visité notre immeuble de la place Smolenskaya, nous partagerons ces informations. »

« Elles seront publiées sur nos canaux : le site Web du ministère des Affaires étrangères et les comptes sur les réseaux sociaux », a-t-elle ajouté.

L’ambassadeur britannique Deborah Bronnert est resté une trentaine de minutes au ministère, a constaté un journaliste de Reuters. A sa sortie, Madame Bronnert s’est abstenue de tout commentaire. De son côté, Londres dément toute implication  dans les attaques contre le Nord Stream et la flotte russe en mer Noire, au large de la Crimée.  

Après avoir reçu Deborah Bronnert, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré aujourd’hui jeudi 3 novembre qu’il avait adressé, lors de cette convocation, une protestation à l’ambassadeur britannique pour l’implication supposée par la partie russe de spécialistes britanniques dans une frappe de drones ukrainiens sur la flotte russe de la mer Noire en Crimée. « La démarche vise à souligner que de telles actions conflictuelles des Britanniques menacent d’aggraver la situation et peuvent entraîner des conséquences imprévisibles et dangereuses », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Pour Noel,

offrez à vos proches un abonnement

à la revue de CIVITAS !

Le numéro 82 – Franc-maçonnerie, un excellent numéro, est le dernier sorti !

Cliquez ici pour vous abonner.

%d blogueurs aiment cette page :