Antoine Martin, diplômé de l’École nationale supérieure de Lyon et agrégé de Lettres classiques, auteur des ouvrages La Chute des astres et Le Chant dans la fournaise, revient sur les enjeux de la canonisation du pape Paul VI et les problèmes qu’elle soulève. Une mine de renseignements et d’informations.

Et une conclusion : cette « canonisation » conciliaire est une vaste escroquerie !

« Le 14 octobre prochain, le pape François entend canoniser son prédécesseur Paul VI. « Nous aussi, plus que quiconque, nous avons le culte de l’homme », avait proclamé ce dernier pour clôturer Vatican II (le 7 décembre 1965), dans une expression qui synthétisait parfaitement le concile.

   Après avoir entendu ces propos dans la bouche du Vicaire du Christ, on se trouve en droit de se poser quelques questions sur sa sainteté.

   Il y a bien sûr les doutes étayés de l’Abbé Philippe Toulza sur certains épisodes de la vie de Paul VI (ici et ), mais que voulez-vous ? L’Abbé Philippe Toulza est un affreux traditionaliste, membre de la sulfureuse Fraternité Sacerdotale Saint Pie X. Rien d’étonnant donc à ce qu’il ait voulu la peau du pape Montini. Passons.

   Vu sur KTO !

   Tournons-nous plutôt vers une télévision au-dessus de tout soupçon d’intégrisme : KTO. Le 19 octobre 2014, jour même de sa béatification, la chaîne religieuse diffuse un numéro de « La Foi prise au mot » consacré au pape du concile. Régis Burnet y reçoit deux invités : Christophe Henning, journaliste pour Pèlerin Magazine, et Philippe Chenaux, qui enseigne l’histoire de l’Église moderne et contemporaine à l’Université Pontificale du Latran, « l’université du pape », comme le précise le présentateur dès la première minute. Cette fois-ci, nous voici donc en bonne compagnie. Ouf !

   Les vingt-quatre premières minutes de l’émission se déroulent sans incident notable, lorsque tout à coup, pendant quelques instants, l’échange prend des allures proprement surréalistes :

   Philippe Chenaux : [Paul VI] a une très grande influence sur Pie XII dans ces années (à la fin de la guerre, au début des années 50)…

   Régis Burnet : Et puis… ?

   Philippe Chenaux : … ce qui déplaît à certains au sein de la Curie. Il y a quand même un parti (on l’appelle comme ça : le Parti Romain, il Partito Romano), qui est très hostile à Montini, et qui cherche l’occasion de sa disgrâce, de l’éloigner de la Curie, et finalement…

   Régis Burnet : Alors, voilà : qu’est-ce qui se passe en 54 ?

   Philippe Chenaux : Bon, les archives ne sont pas ouvertes sur cette période. Il y a toute une série d’hypothèses qui ont été émises, qu’on peut discuter, aucune n’est absolument convaincante. Il semble que, je crois, ce qui est plus ou moins sûr, c’est qu’à un moment donné, il a perdu la confiance de Pie XII. Il a perdu la confiance de Pie XII…

   Régis Burnet : Et on ne sait pas pourquoi ?

   Philippe Chenaux : On ne sait pas pourquoi. Et donc Pie XII a pris la décision de l’éloigner de la Curie…

   Arrêtons-nous un instant et relisons calmement ce qui précède. En moins d’une minute, l’air de rien quoiqu’un tantinet gêné aux entournures, l’historien de « l’Université du pape » délivre deux informations ahurissantes :

   1) En 1954, Jean-Baptiste Montini perd la confiance de Pie XII, au point que ce dernier l’éloigne du Vatican.

   2) On ne sait pas pour quelle raison, parce que les archives du Saint-Siège sur cette période ne sont pas ouvertes !

   Lu aux Éditions du Cerf !

En mai 2015, Philippe Chenaux publie aux prestigieuses Éditions du Cerf un ouvrage de 432 pages : Paul VI. Le Souverain éclairé. Avec un tel titre, pas de danger que l’auteur du livre se révèle hostile au pape du concile ! Penchons-nous donc sur cette étude. Dès les premières pages, on y apprend que l’historien a eu accès au dossier du procès de béatification (appelé Positio) :

   “Le postulateur de la cause de béatification de Paul VI, le père Antonio Marasso, a aimablement accepté de mettre à ma disposition les cinq gros volumes de la Positio, avec les dépositions de plus de deux cents témoins.” (source)

   Mais n’espérez pas pour autant apprendre la raison pour laquelle Pie XII a éloigné le futur Paul VI du Vatican. Sur ce point, Philippe Chenaux avoue son ignorance :

   “À l’automne 1954, à la suite d’une série d’épisodes encore peu clairs pour l’historien faute d’un accès direct aux archives vaticanes et alors que s’ouvrait une nouvelle phase de la politique italienne et européenne, les tenants du “parti romain”, depuis toujours hostiles à sa personne et à son action, finirent par obtenir son départ de la Curie.” (source)

   Bien sûr, Philippe Chenaux ne se fait pas faute d’insister sur l’opposition rencontrée par Jean-Baptiste Montini à la Curie : de toute évidence, on a fait de lui des rapports défavorables qui lui ont nui dans l’esprit de Pie XII. La situation n’est pas sans rappeler le récent document de Mgr Carlo Maria Viganò contre le Pape François, dont certains médias nous répètent à l’envi qu’il a été dicté par une véritable rancœur à l’égard du pape argentin. Mais dans l’un et l’autre cas, on oublie le fond du problème, qu’une brève question peut pourtant résumer : ces rapports sont-ils vrais ? Et dans le cas de Montini, ajoutons la question suivante : que contenaient ces rapports ? Sur la cause décisive de l’éloignement du futur Paul VI par Pie XII, Philippe Chenaux s’en tient à des conjectures. Attendu que l’universitaire a eu entre les mains les pièces du procès de béatification, une telle ignorance n’est pas faite pour rassurer les fidèles…

   Les « Observations complémentaires » de Monsignor Mazzotta

   Un article de Stefania Falasca, publié le 12 mai 2014 sur le site du journal italien Avvenire, nous en apprend un peu plus sur la procédure de béatification du pape Montini. La fin de ce texte révèle notamment la présence d’ « Observations complémentaires » (aussi appelées Questiones selectae), étudiées sous la direction de Monsignor Mazzotta. Ces dernières traitent des « objections avancées par des témoins, ou relatives aux moments problématiques de la vie du Serviteur de Dieu ». Et parmi ces moments problématiques est justement mentionnée la « nomination à l’archevêché de Milan » de Montini, autrement dit, son éloignement de la Curie romaine. Donc la question a été abordée par les enquêteurs. Ont-ils pu accéder aux archives vaticanes de 1954 ? Quelles sont leurs conclusions ?

   Dans un entretien (« Le tre passioni di Paolo VI ») avec Andrea Acali publié le 18 mai 2018 sur le site InTerris.it, Monsignor Guido Mazzotta, rapporteur de la cause de Paul VI, s’étend un peu plus sur les raisons de l’exil milanais :

   “Que s’est-il passé ? Il faut garder présents à l’esprit la dynamique des dernières années de la guerre, la situation italienne et l’organisation de l’apostolat. Montini venait de la FUCI, que l’on peut définir comme un environnement plus « libéral », de l’autre côté il y avait Gedda, ce qu’on appelait le parti romain, le pentagone du Vatican. On envisageait pour l’Italie d’après-guerre une solution conservatrice de type portugaise, salazarienne, tandis que Montini voulait lier complètement l’Église et le laïcat catholique à la démocratie. Il se trouvait ainsi tout naturellement en position d’interagir avec De Gasperi. Ils ne se rencontraient pas souvent mais ils échangeaient des messages. L’aile droite de la Curie était opposée à De Gasperi (nous parlons des années 44 à 46). Il se trouvait même favorable à une double représentation politique des catholiques, parmi laquelle les catholiques communistes de Franco Rodano, le conseiller de Togliatti. Mais enfin, Pie XII était à l’écoute de Montini. Après la victoire de la DC et de Gedda aux élections de 1948, Pie XII eut de plus en plus peur de voir la municipalité de Rome tomber aux mains des communistes. L’idée était de faire une liste, conduite par Sturzo, et qui aurait compris toute les forces anti-communistes, de la DC au MSI. Et là, on raconte que Montini s’employa à faire échouer le projet. Sturzo se retira le jour où le délai pour se porter candidat expirait et l’affaire tomba à l’eau. Il y avait donc de la tension. C’est sur cet arrière-plan qu’il faut repenser la destination milanaise de Montini. Trois personnalités particulièrement significatives convergent sur un point : le cardinal Siri, affirme l’un de ses biographes, déclara à propos de « l’exil » de Montini qu’il avait entendu parler de motifs politiques, parce qu’il avait rencontré des leaders du communisme international à l’insu du Souverain Pontife. Le cardinal Casaroli, qui se réfère à des bruits entendus à la Secrétairerie d’État, affirme une chose analogue. L’archéologue Margherita Guarducci, fille spirituelle de Montini, dit la même chose. C’est ainsi qu’il m’est venu à l’esprit de vérifier la correspondance avec don De Luca, qui a été publiée. J’ai commencé en juin 54 (Montini fut nommé archevêque de Milan le 3 novembre 1954), et à la mi-août je remarque quelque chose d’étrange. Le cardinal Schuster meurt. Monsignor Montini quitte Rome dans la seconde moitié du mois. De Luca lui écrit : « Quand reviens-tu ? Ici, il y a des choses sérieuses sur le feu. Je dois t’informer. Mais, ajoute-t-il, quoi que tu entendes dire de moi, interroge-moi avant d’agir. » Qu’est-ce que cela signifie ? Il voulait l’informer des bruits sur son « exil » à Milan. Mais il y a aussi l’aspect personnel. J’ai fait lire ce texte à des spécialistes de De Luca, et ils ont tous confirmé mon idée.

   -À savoir ?

   -De Luca a invité Montini à dîner et lui a fait rencontrer Togliatti. Montini, le lendemain, aurait dû en informer le Pape et il ne l’a pas fait. Heureusement, ajouterai-je, parce qu’autrement il ne serait pas allé à Milan, et il ne serait probablement pas devenu Pape. Les adversaires de Montini ont su la chose directement de De Luca, ça lui avait échappé. C’est pour cette raison qu’il lui écrit : « si tu entends dire quelque chose sur moi, interroge-moi d’abord ». Les ennemis de Montini informent Pie XII et c’est à ce moment qu’est brisée la pleine confiance qu’avait en lui le Souverain Pontife, même s’il y eut par la suite une explication entre les deux.”

   Trois remarques sur cette déclaration riche en informations :

   1) D’après Monsignor Mazzotta, le futur Paul VI a perdu en 1954 la confiance du pape Pie XII parce qu’il cultivait dans son dos des accointances avec les communistes. Le communisme avait pourtant fait l’objet d’une condamnation solennelle une quinzaine d’années auparavant, dans l’encyclique Divini Redemptoris (1937). Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner que Vatican II n’ait pas rappelé cette condamnation, rappel pourtant prévu initialement.

   2) Monsignor Mazzotta, censé avoir étudié cet épisode de la vie de Paul VI dans le but de vérifier s’il représentait ou non un obstacle sérieux à sa béatification puis à sa canonisation, ne fournit absolument aucune justification valable de cette attitude inqualifiable. Heureusement que Montini a désobéi, se contente-t-il d’avancer, sans quoi il ne serait probablement pas devenu pape. Machiavel n’aurait pas mieux dit. Avec ce type de raisonnement, on peut excuser beaucoup de comportements discutables.

   3) Sa déclaration nous renseigne également sur les sources du rapporteur de la cause : des témoignages de tiers, des biographies éditées (celle du Cardinal Siri, par exemple), de la correspondance publiée (celle avec don De Luca). C’est visiblement à partir de ces documents et en consultant des spécialistes sur don De Luca que Mgr Mazzotta s’est forgé une opinion. Aucune trace d’un accès aux archives vaticanes. Manifestement, ces dernières lui sont restées fermées pour cette période…

   Un vice dans la procédure ?

   Nous avons tous entendu parlé du déroulement des procès de béatification. On nous a toujours dit que c’était du solide, que rien n’était laissé au hasard. Et surtout, nous avons tous en tête le travail du promoteur de la foi (ou promoteur de justice), plus connu sous le nom d’avocat du diable, censé « argumenter contre la canonisation d’un candidat », comme le résume si bien Wikipédia. Avec une telle procédure, aucun risque : les catholiques peuvent se rassurer sur le compte de la personne à qui ils adresseront leurs prières.

   Et tout à coup, patatras ! On apprend que les kilomètres d’archives qui concernent la majeure partie de l’activité de Jean-Baptiste Montini au Vatican, d’abord à la Secrétairerie d’État de Pie XII, puis comme pape Paul VI, demeurent inaccessibles ! Voici pourtant en quels termes l’Instruction pour le déroulement des Enquêtes diocésaines ou éparchiales regardant les causes des Saints (aussi connue sous le nom d’Instruction Sanctorum Mater), publiée en 2007 par la Congrégation pour la Cause des Saints, définit le devoir des experts :

   “Le devoir des experts est de rechercher et de rassembler tous les écrits encore non publiés du Serviteur de Dieu, ainsi que tous et chacun des documents historiques, aussi bien manuscrits qu’imprimés, qui concernent la cause de quelque manière que ce soit.” (article 68, § 2, nous soulignons)

   Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’une telle clause n’a pas été respectée dans le cas de Paul VI (l’a-t-elle été plus dans le cas de Jean-Paul II ? Souvenez-vous : « Santo subito ! »). De toute évidence, il aurait mieux valu attendre l’ouverture des archives vaticanes. Et malgré tout, après un procès de béatification prétendument en bonne et due forme, le pape du concile s’est vu déclaré bienheureux en 2014. Dites, vous trouvez cela sérieux ? Mais à quoi l’avocat du diable pensait-il donc pendant le procès, alors même que la source principale de la documentation restait inaccessible aux enquêteurs ? Quel sens un procès de béatification peut-il avoir dans ces conditions ?

   La petite blague très révélatrice du pape François

   Le 15 février 2018, jour où il a annoncé la prochaine canonisation de Paul VI, François n’a pas pu s’empêcher d’ajouter : « Benoît et moi sommes en liste d’attente » (source). Après les récentes révélations de Mgr Viga, confirmées par son confrère Mgr Lantheaume, et auxquelles François refuse obstinément de répondre, on se dit que la cause de canonisation de Jorge Mario Bergoglio risque tout de même d’être un tantinet compliquée. Mais là encore, passons. La petite plaisanterie du pontife repose elle-même sur un présupposé de plus en plus ancré : celui selon lequel le Saint-Père serait automatiquement un saint, du fait même de sa fonction. C’est surtout vrai depuis Vatican II : saint Jean XXIII, saint Jean-Paul II, bientôt saint Paul VI, et bientôt le bienheureux Jean-Paul Ier… En fait, le projet de canoniser à tout prix Paul VI en cache (ou en révèle…) un autre : celui de « canoniser », autant que faire se peut, le dernier concile, soi-disant printemps pour l’Église. Les chiffres sont pourtant désormais là pour nous montrer que le virage conciliaire a littéralement vidé les églises de France…

   Canonisation et infaillibilité pontificale

   À la lecture de cet article, il se trouvera sûrement des catholiques pour objecter qu’à partir du moment où les canonisations sont infaillibles, il devient ipso facto illégitime de remettre en cause celle de Paul VI. Mais précisément, l’infaillibilité pontificale couvre-t-elle les canonisations ? Est-il de foi qu’un saint canonisé se trouve dans le Ciel ? Il existe, ne le nions pas, un courant théologique très ancré en faveur de ces opinions. Lisez par exemple l’article « Canonisation » du Dictionnaire de Théologie Catholique (colonnes 16391642). Il soutient ces propositions, mais sans toutefois oser nettement les déclarer de foi :

   “Elles ne sont pas directement ou explicitement de foi, non immediate de fide. Salmaticenses, loc. cit. Même après le concile du Vatican, il n’y a pas de définition expresse de l’Église à cet égard, de sorte que celui qui les nierait ne serait pas formellement hérétique. Mais ces vérités touchent à la foi avec laquelle elles ont une connexion très étroite. La première est implicitement révélée comme tout ce qui est déduit avec évidence des principes de foi. Celui qui ne l’admettrait pas serait donc virtualiter et arguitive hérétique selon l’expression de saint Thomas. Sum. theol., IIa IIae, q. XI, a. 2.

   C’est donc implicitement de foi divine que le pape est infaillible dans la canonisation des saints. Ce n’est pas également de foi divine qu’une personne canonisée soit réellement dans le ciel ; mais c’est de foi ecclésiastique. Nous devons certainement croire qu’elle jouit de la béatitude éternelle. Toutefois, nous basons notre croyance à cette vérité, non sur le témoignage de Dieu qui n’en a rien dit, ni dans l’Écriture, ni dans la tradition ; mais sur le témoignage de l’Église et de son chef visible à qui Dieu a promis l’infaillibilité.” (colonne 1642)

   Le passage que nous venons de citer ressemble étrangement à la comptine « Trois pas en avant, trois pas en arrière » ! L’infaillibilité des canonisations, soutient-il, n’est pas « directement ou explicitement de foi », mais « implicitement ». De même, celui qui la rejette n’est pas « formellement hérétique », mais il l’est virtualiter et arguitive, ce qui n’a rien de très lumineux, surtout lorsque le texte de saint Thomas qui contient ces termes ne traite absolument pas de canonisation ! Enfin, nous dit le DTC, que la personne canonisée soit dans le ciel n’est pas de « foi divine », mais « ecclésiastique » : cela repose non pas « sur le témoignage de Dieu », mais « sur le témoignage de l’Église et de son chef visible »… Le moins que l’on puisse dire, c’est donc que la proposition « l’infaillibilité pontificale couvre les canonisations » n’est pas elle-même garantie par le sceau de l’infaillibilité pontificale ! Aucun pape n’a jamais couvert cette proposition de son infaillibilité. Ceux qui disent que Benoît XIV l’a fait dans son De servorum Dei beatificatione et de beatorum canonizatione se trompent lourdement : cette œuvre a été publiée en 1734, c’est-à-dire plusieurs années avant que le Cardinal Prospero Lambertini ne devienne pape (1740). Le De servorum ne constitue donc pas un texte magistériel.

   Pour clôturer provisoirement ce débat (jusqu’à ce que l’enseignement de l’Église devienne explicite sur le sujet), vous pouvez lire ici l’opinion de l’historien Roberto de Mattei, et celle (très référencée) du théologien Mgr Brunero Gherardini, qui viennent contrebalancer celle du Dictionnaire de Théologie catholique…

   Conclusion

   Face à une telle situation, voici les différentes solutions qui se présentent :

   0) Dans les jours à venir, prier pour qu’une intervention providentielle empêche cette canonisation d’avoir lieu. Mais une fois que le pape François aura proclamé la sainteté de Paul VI, il ne restera plus guère qu’une des quatre options suivantes.

   1) considérer que l’on puisse être saint tout en s’acoquinant avec les communistes dans le dos de son supérieur le pape, et tout en provoquant un désastre sans précédent pour l’Église, pour ne reprendre que quelques faits parmi d’autres de la vie de Paul VI ;

   2) affirmer que le pape n’est pas vraiment le pape, et que c’est la raison pour laquelle cette canonisation est erronée (argument sédévacantiste) ;

   3) soutenir, contre une grande partie de la tradition théologique, que les canonisations ne sont pas infaillibles, tout le monde semblant s’accorder à reconnaître que l’infaillibilité des canonisations n’est pas explicitement ni directement de foi (option la moins risquée ?) ;

   4) faire semblant de ne pas voir le problème, renoncer à sa raison, et applaudir béatement chaque nouvel acte problématique du pape. À ceux qui ont choisi cette dernière option, nous ne pouvons que conseiller le très joli film de propagande qui sort en salle ces jours-ci : un documentaire hagiographique sur François, commandé par le Vatican lui-même…”

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

22 commentaires

  1. Daniel Daflon says:

    La seule chose qui parait claire, c’est que l’Eglise est complètement dévoyée.
    Mais cela n’est il pas écrit dans les évangiles?

  2. Je pense qu’il faut poser le problème autrement, car il y a plusieurs questions :
    1. Paul VI est-il au Paradis ? Je répondrais : plus que probablement, comme tout fidèle mort en état de grâce après s’être confessé, et sorti du Purgatoire grâce aux messes dites pour le repos de son âme et aux prières faites pour lui ?
    2. Paul VI est-il un saint pape ? Je répondrais : Non. Celui qui, quelles que soient d’autre part les fautes de son passé avant son élévation au trône de Pierre, a, en tant que pape, laissé, de son propre aveu, entrer « les fumées de Satan » dans l’Église n’a pas été un saint pape, encore qu’on puisse porter à son actif le repentir apparemment sincère qu’il a manifesté à ce sujet.
    La béatification puis le canonisation de Paul VI NE SONT DONC PAS SCANDALEUSES : bien que le nombre des fidèles qui puissent être présentés comme modèle à toute l’Église soit évidemment restreint et que tous les saints que nous reconnaissons comme tels lors de la fête de la Toussaint ne puissent être ainsi honorés, le pape est libre de canoniser qui il souhaite, à partir du moment où il est raisonnablement sûr que la personne qu’il honore ainsi n’est pas entre les griffes de Satan.
    MAIS ELLES SONT ÉVIDEMMENT INOPPORTUNES : ce n’est pas quand l’Église vacille parce qu’elle est attaquée de toutes parts (par l’athéisme militant, par d’autres religions, par l’indifférence croissante des jeunes, etc.) qu’il est bon de présenter comme « modèle de pape » quelqu’un qui ne correspond pas à cette image.

    • Paul VI au paradis ? Un des destructeurs de de l’Eglise catholique serait au paradis ? Vraiment ?

  3. Cadoudal says:

    quel miracle a-t-il fait , à part d’ avoir fait la chasse aux prêtres qui disaient la messe de st Pie V ?

    • ……..d’être un pape hérétique, qui, à lui seul a réussi à détruire l’Eglise Catholique Romaine……il n’ y a qu’à voir et constater ce qu’était l’Eglise avant Paul VI et…….ce qu’elle est aujourd’hui.!!!!

  4. Cadoudal says:

    il reste à purger la question de l ‘homosexualité de Montini; dénoncée par plusieurs auteurs sodomites.

  5. avant de travailler sur cette” canonisation” je pense que bien d’autres méritent la canonisation: Padre Pio pour commencer

  6. Cadoudal says:

    témoignage Dr Engel sur les moeurs sodomites de Montini

    En 2006, le Dr Randy Engel, grande journaliste américaine d’investigation, dans son livre The Rite of Sodomy, Homosexuality and the Roman Catholic Church (Le rite de la sodomie, l’homosexualité et l’Eglise catholique romaine), dénonce sans détour l’homosexualité de Montini.

    • DUFIT THIERRY says:

      Ce qu’il faut aussi savoir sur Montini est qu’il fut ordonné prêtre sans avoir fait de séminaire. Il avait prétendument une santé si fragile qu’il ne pouvait étudier dans un séminaire ni en interne ni en externe (il est mort à 81 ans). Il se prépara donc seul chez lui et fut ordonné prêtre. Son ordination fut du grand n’importe quoi. Voir la biographie d’Yves Chiron
      Montini était un “gosse de riches” car un enfant né dans une famille pauvre n’aurait jamais été ordonné prêtre dans de telles conditions.

  7. Cadoudal says:

    témoignage Robin Bryans

    Robin Bryans, écrivain irlandais et ouvertement homosexuel, indique dans son autobiographie que son ami Hugh Montgomery a été l’amant du jeune Montini, quand il reçoit le titre de pro-secrétaire d’Etat (affaires politiques et diplomatiques du saint Siège) de novembre 1952 à novembre 1954, sous Pie XII.

  8. Cadoudal says:

    Témoignage de Roger Peyrefitte

    Roger Peyrefitte, écrivain français et ex-ambassadeur, aborde également l’homosexualité de Paul VI.
    Défenseur du « droit des homosexuels », dans un entretien accordé en 1976 à D.W. Gunn et J. Murat, représentants de Gay Sunschine Press, il divulgue la vie dissolue de l’archevêque de Milan (plus important diocèse d’Italie). De 1954 à 1963, Montini fréquente des bordels de jeunes hommes.
    Cet entretien sera reproduit par la revue italienne Tempo. Le 26 avril 1976, le vicaire de Rome et la Conférence épiscopale italienne fixent une journée de réparation universelle, le dimanche des rameaux. De son balcon, le pape prétend qu’il est victime de calomnies sans apporter de précisions.

  9. Cadoudal says:

    témoignage de Paul Hoffmann

    Dans “O Vatican !” : A Silghtly Wicked View of the Holy See
    (Ô Vatican ! : Une opinion légèrement infernale du Saint-Siège), édité en 1984, Paul Hoffman, ancien correspondant du Vatican au New York Times, révèle qu’un célèbre acteur italien, Paolo Carlini, visitait fréquemment Paul VI, et pénétrait dans ses appartements pontificaux.

  10. Cadoudal says:

    témoignage du Professeur Bellegrandi

    L’écrivain Franco Bellegrandi, ancien membre de la Garde noble pontificale, relate en 1994 dans l’ouvrage
    “Nichitaroncalli – controvita di un Papa”
    (Nichitaroncalli – la vie inconnue d’un pape)
    que l’homosexualité de Montini est un secret de polichinelle ;
    il a été arrêté à Milan, la nuit, par la police, en habit bourgeois et en double compagnie.
    L’écrivain rapporte qu’il est lié à un acteur qui se teint les cheveux en roux et qui ne fait aucun mystère de sa relation avec le pape. Un officiel du service de Sécurité du Vatican, le préféré de Montini, a aussi l’autorisation d’entrer et de sortir à loisir de l’appartement du Pape, empruntant l’ascenseur, au milieu de la nuit.

  11. Cadoudal says:

    témoignage de Atila Guimarâes

    Dans son œuvre “Vatican II, Homosexuality & Pedophilia,” Atila Sinke Guimarâes reprend le témoignage de Franco Bellegrandi. L’écrivain brésilien expose qu’à Milan, Montini « fut pris sur le fait par la police locale », dans une ruelle pendant la nuit .
    L’archevêque y fréquente des bordels masculins.
    L’ancien garde du Vatican décrit aussi le processus de « colonisation homosexuelle » commencé sous le Pontificat de Jean XXIII, mais qui s’accentue sous le règne de Montini.

    Montini ,homosexuel canonisé par Dingoglio, grand protecteur des pédophiles.

    une certaine logique, infernale

  12. Montini est aussi coupable de l’exécution des prêtres clandestins dans les pays communistes, prêtres qui furent dénoncés aux dictateurs rouges et jaunes par des proches de Montini.( années 1950 -1960) Il a désavoué les grands cardinaux derrière le rideau de fer. Comme Bergoglio fait avec les évêques chinois fidèles.
    Seul point à peu près potable : “Humanae vitae”, et encore.

  13. Geneviève says:

    Merci Cadoudal pour tous vos rappels, et à vous aussi Toto , car il faut que la vérité sur Montini homosexuel et procommuniste soit rappelée.
    Cette canonisation montre bien que l’on a affaire à une Contre-Église qui singe celle de Notre Seigneur, afin d’entraîner par la tromperie le plus d’âmes possibles en enfer.

    Montini a aussi changé tous les sacrements pour les rendre invalides. Il faut lire les travaux de Rore Sanfificat sur ce sujet !

    • Cadoudal says:

      le pire crime de Montini:

      avoir exigé de tous les prêtres qu’ils renoncent aux rites bi millénaires de l’ Eglise, sous peine d’ excommunication de fait.

      Paul VI , 7 dec 1965 (fin du Concile Vatican II)

      ” la religion du Dieu qui s’ est fait homme s’est rencontrée avec une religion”
      (car c’en est une) de l ‘homme qui se fait Dieu.”
      Qu’est-il arrivé ? un choc , une lutte , un anathème ?”
      cela pouvait arriver ; mais cela n’ a pas eu lieu .”
      Une sympathie sans bornes pour les hommes l’ a envahi tout entier.”
      …nous aussi plus que quiconque , nous avons le culte de l ‘homme.”

      “un courant d’ affection et d’ admiration a débordé du Concile sur
      le monde moderne”
      l’ Église s’ est proclamée servante de l ‘humanité”
      le concile a tout ordonné à l ‘utilité de l ‘homme ”

      ce qui est vraiment arrivé ?

      la destruction de l’ Eglise par des papes “conciliaires,”
      plus efficaces
      que des légions de persécuteurs.

      ils ont plongé le monde dans les “Lumières” maçonniques,
      c’est à dire le nihilisme actuel , qui mène au désespoir..

    • Geneviève says:

      Rore Santifica sans t évidemment

  14. DUFIT THIERRY says:

    Paul VI fut le grand destructeur de la Foi catholique et de l’Eglise. Il n’est pas plus saint que Jean XXIII ou Jean -Paul II le pape d’Assise du baiser du coran et des droits de l’homme.
    Canoniser ces individus qui ont favorisé l’hérésie et l’apostasie relève d’une gigantesque imposture.
    On sait que les procès de canonisation sont bâclés pour favoriser la révolution conciliaire.
    Voir l’article de M l’Abbé Gaudray dans le “Ste Anne” no 306 (on le trouve sur la Porte Latine).

  15. Bergoglio va canoniser Paul VI et jettera à feu Humanae Vitae. Quel paradoxe !

  16. Cadoudal says:

    Paul VI canonisé !

    Dingoglio et son nez de clown sont passés par là

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.