Attaque de Sébastopol par Kiev avec des missiles ATACMS
Attaque de Sébastopol par Kiev avec des missiles ATACMS

Les Etats-Unis avaient tout juste donné à l’Ukraine l’autorisation de frapper à l’intérieur de la Russie que l’armée ukrainienne a lancé une attaque terroriste délibérée dans la province de Crimée, visant la ville de Sébastopol, transformant la fête russe de la Sainte Trinité en un horrible massacre. Moscou menace les Etats-Unis : « Il y aura des conséquences ».

Cinq missiles tactiques américains ATACMS armés d’ogives à fragmentation ont été lancés sur les plages de Sébastopol bondées

Cinq missiles tactiques américains ATACMS armés d’ogives à fragmentation ont été lancés sur les plages de Sébastopol bondées de baigneurs et de touristes. Quatre missiles ont été interceptés par la défense aérienne russe tandis que le cinquième a atteint sa cible, tuant des civils. Les missiles à Sébastopol ont été lancés par les forces armées ukrainiennes depuis la région de Nikolaev.

Le bilan provisoire est de 5 morts (dont 3 enfants) et 125 blessés (dont 27 enfants). Malheureusement, les autorités locales préviennent que le bilan des morts civiles pourrait s’alourdir dans les prochaines heures, car de nombreux blessés ont été hospitalisés dans des conditions très graves. Selon les autorités sanitaires, 5 enfants et 7 adultes sont dans un état critique et le personnel médical se bat désespérément pour les sauver de la mort.

Le choix de l’armement des missiles, bombes à fragmentations, de la fête locale (parmi les plus célébrées en Russie), plage pleine de baigneurs et de touristes, sont autant d’éléments qui ne laissent aucun doute : il s’agissait d’un attentat terroriste prémédité. Les cibles n’étaient pas des postes militaires ou des infrastructures stratégiques mais des civils avec la claire intention d’exterminer le plus grand nombre possible de pères, de mères et d’enfants.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a annoncé des « conséquences » après cette attaque de missile et accuse Washington

Le porte-parole adjoint du secrétaire général des Nations Unies, Farhan Haq, a condamné l’attaque ukrainienne contre Sébastopol, appelant les parties au conflit à éviter les pertes civiles. Le président Vladimir Poutine a exprimé ses condoléances aux habitants de Sébastopol. Le lundi 24 juin a été déclaré jour de deuil dans la ville de Sébastopol et dans la province russe de Crimée. La commission d’enquête russe a ouvert une procédure pénale pour terrorisme (article 205 du Code pénal russe).

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a accusé l’Ukraine, après l’attaque meurtrière de dimanche à Sébastopol, de viser intentionnellement des rassemblements massifs de civils : « Le régime de Kiev a délibérément choisi le Jour de la Sainte Trinité pour frapper Sébastopol. (…) Le régime de Kiev planifie soigneusement ses crimes… en les utilisant pour détruire au maximum la population civile et les infrastructures civiles. Kiev agit ainsi à la fois par haine et pour semer la panique parmi la population de la péninsule de Crimée. Nous ferons tout pour que la communauté internationale soit informée des derniers crimes du régime de Kiev. Je peux vous assurer que la diplomatie russe travaillera dans cette direction avec encore plus de ténacité qu’elle ne le fait déjà », a encore déclaré Maria Zakharova.

Le ministère russe de la Défense a accusé l’Ukraine d’utiliser des armes à sous-munitions : « Toutes les missions de vol des missiles opérationnels et tactiques américains ATACMS sont effectuées par des spécialistes américains sur la base de données de reconnaissance satellitaire américaines. Par conséquent, la responsabilité d’une attaque délibérée de missiles contre des civils à Sébastopol incombe principalement à Washington », a également déclaré le ministère russe de la Défense à l’agence de presse officielle russe, Tass. « La frappe des missiles américains ATACMS ne restera pas sans réponse », a-t-il encore affirmé.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a annoncé également des « conséquences » après cette attaque de missile, Moscou accusant Washington d’avoir guidé les missiles qu’il a fournis à Kiev.

L’attaque de Sébastopol intervient quelques jours après l’extension de l’autorisation américaine donnée à l’Ukraine d’utilisation d’armes américaines sur le territoire russe

Des séquences vidéo et l’analyse des restes des missiles confirment qu’il s’agit de missiles tactiques ATCMS américains. Même si les médias occidentaux (parmi les premiers le britannique The Telegraph) brouillent les pistes en parlant de missiles de fabrication ukrainienne, la Maison Blanche aurait très mal réagi en apprenant cet acte de terrorisme selon des sources diplomatiques confidentielles. L’administration Biden, le Pentagone et l’OTAN n’auraient pas été informés par Kiev des intentions de bombarder une plage bondée de baigneurs et de touristes pour contourner l’interdiction imposée sur l’usage de missiles contre des cibles civiles.

L’attaque de Sébastopol intervient quelques jours après l’extension de l’autorisation américaine donnée à l’Ukraine d’utilisation d’armes américaines dans la région de Kharkiv. Le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a notifié la presse, le 20 juin dernier, que Kiev pouvait dorénavant frapper à l’intérieur de la Fédération de Russie « partout où les forces russes traversent la frontière, du côté russe vers le côté ukrainien, pour tenter de s’emparer de territoires ukrainiens supplémentaires » et uniquement sur des cibles militaires. Il pourrait y avoir des réactions négatives à l’encontre du régime de Kiev à la suite de cet acte terroriste contraire aux règles d’engagement de l’OTAN.

Les attaques terroristes visant des civils connaissent une escalade effrayante ces derniers mois en raison de la situation militaire désastreuse. L’armée ukrainienne est perdante sur tous les fronts et ne parvient pas à stopper la progression lente mais irréversible des forces armées russes. La mobilisation a échoué, augmentant le manque d’hommes sur le front et la résistance populaire des Ukrainiens qui pourraient se transformer en révoltes armées comme le démontrent déjà divers épisodes de résistance armée à l’enrôlement forcé qui restent aujourd’hui des cas isolés. Pire encore, l’augmentation des désertions de soldats ukrainiens et des redditions aux Russes, où les soldats ukrainiens remettent des armes sophistiquées à l’OTAN, notamment des chars Leopard 2.

L’objectif de cette attaque : la stratégie de la Terreur pour affaiblir la Russie

Ni Washington ni Kiev n’ont fait, pour l’heure, de commentaires sur l’attaque de Sébastopol ni dit qu’il s’agissait d’une erreur ou quelque chose de similaire. Dans ce cas précis, la cible était pourtant civile et non militaire : la Crimée est une destination de vacances et ses plages, au moins avant la guerre, étaient envahies par les baigneurs russes, alors qu’aujourd’hui elles sont surtout fréquentées par les habitants de la péninsule.

L’objectif de cette attaque, à mettre en parallèle avec le violent attentat terroriste au Daghestan, la région russe du Caucase aux frontières de l’Arménie, qui a eu lieu au même moment, est assez évident. Les perspectives de la guerre sont désormais claires : Kiev ne peut pas gagner cette guerre sur le champ de bataille. Créer une déstabilisation en Russie, tout en tentant d’épuiser Moscou en l’obligeant à détourner des ressources vers la sécurité intérieure, a pour objectif plus ou moins irréaliste de convaincre Moscou de mettre fin au conflit en acceptant des conditions qu’elle déclare actuellement inacceptables.

Irréaliste car toutes les stratégies mises en œuvre par l’Occident pendant la guerre d’Ukraine ont été entachées d’un manque de réalisme et donc vouées à l’échec. Il est peu probable que la nouvelle stratégie de la Terreur fasse exception…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Abonnez-vous à CARITAS !

Ça y est, le numéro 1 de la tout nouvelle revue Caritas est en vente sur MCP.

Militez,

En achetant le n°1 de CARITAS : Lutter contre la haine anticatholique

En s’abonnant à cette nouvelle revue : la revue CARITAS !