sciencepo-MPIQu’est-ce que « l’extrême droite » ? La question anime tous les médias en ce moment, à la suite d’une offensive de Marine Le Pen qui considère ce qualificatif comme « un terme volontairement péjoratif ». De fait, l’expression vise bien à discréditer. Son utilisation « a pour objet de clore tout débat avant même que quiconque puisse en ouvrir un », estimait avec raison Jean-Marie Le Pen (1).

D’ailleurs, il est à la fois amusant et révélateur de s’intéresser aux définitions de l’extrême droite données par différents faiseurs d’opinion et maîtres à penser du politiquement correct.

Pour Alexandre Dezé, maître de conférences à Montpellier, cinq critères permettraient le classement à l’extrême droite : « le nationalisme ; la xénophobie ou le racisme ; la préférence nationale ; la demande d’un état fort et l’ »antisystémisme » ».

Quant au politologue Jean-Yves Camus, il voit l’extrême droite chez tous ceux « opposés à toutes formes d’institutions supranationales ; opposés à la société multiculturelle et à l’immigration notamment extra-européenne » et chez ceux qui « veulent remplacer la démocratie représentative par la démocratie directe » (2).

Si l’on s’en tient aux critères de ces deux « spécialistes », l’extrême droite est partout !

Jaurès qui était favorable à la préférence nationale ? D’extrême droite !

De Gaulle qui n’aimait pas les institutions supranationales ? D’extrême droite !

Le peuple suisse adepte du référendum ? D’extrême droite !

Avec des politologues d’une telle érudition, vive les simplismes ! Au fait, une telle démagogie pour analyser la politique selon des schémas aussi grossièrement simplistes, ce ne serait pas un autre signe d’extrême droite ?

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il a déclaré à la presse qu’il n’était pas d’extrême gauche…

 

(1)    In Le Monde, 20 novembre 1995.

(2)    In Le Monde, 5 octobre 2013.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :