André François-Poncet fut ambassadeur de France à Berlin de 1931 à 1938, puis à Rome de 1938 à 1940. Ce livre de mémoires, grand classique de la littérature des diplomates français, est réédité chez Perrin, agrémenté d’une préface et de notes de Jean-Paul Bled, historien spécialiste de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie.

Selon les mots d’André François-Poncet, il s’agit là de “sept années pleines d’intérêt, mais aussi pleines de troubles, d’alertes, d’orages et de drames“. Avec précision, il nous décrit les hommes qu’il a croisés et les événements auxquels il a été associé. Il ne sélectionne pas ses fréquentations au gré de ses préférences, ce qui fait de lui le mieux informé de tous les ambassadeurs en poste à Berlin à cette époque, dira l’historien William L. Shirer.

Lorsqu’il arrive à Berlin en 1931, la république de Weimar est entrée en agonie. Il observe l’effondrement des derniers vestiges de la démocratie parlementaire et l’accession d’Hitler au pouvoir. François-Poncet consacre un chapitre entier à l’idéologie hitlérienne, analyse les circonstances qui l’ont aidé à capter l’adhésion de la majorité de la population allemande, dépeint son talent oratoire hors du commun et sa capacité à fasciner les foules. Un autre chapitre de ce livre est consacré à la nuit des Longs Couteaux, lorsqu’Hitler règle dans le sang le différend qui l’oppose à la SA.

En 1935 et 1936, Hitler libère l’Allemagne des dernières chaînes du traité de Versailles, rétablit la conscription, puis réoccupe la rive gauche du Rhin. André François-Poncet ne cesse d’alerter son ministre contre les menaces de guerre qui s’accumulent. Il note avec amertume que sa mission se résume le plus souvent à n’être qu’un “facteur” n’ayant que peu d’influence, voire aucune, sur les prises de décision de son gouvernement.

Cet ouvrage est d’autant plus intéressant que François-Poncet excelle dans l’art du portrait et dispose d’un authentique talent d’écrivain.

Souvenirs d’une ambassade à Berlin, André François-Poncet, préface et notes de Jean-Paul Bled, éditions Perrin, 507 pages, 24 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Pierre Hillard a ici voulu cibler un autre angle d’attaque permettant d’intégrer, sur le temps long, la trame profonde — politique, économique, monétaire, géopolitique et spirituelle — expliquant les rivalités entre factions oligarchiques. Ces dernières sont en dépit de cela animées par un idéal commun : l’émergence d’une gouvernance mondiale et l’instauration d’une monnaie planétaire dématérialisée, le tout en lien avec une spiritualité bien définie.

Les volontés d’instaurer une sorte de Directoire mondial passent par une harmonisation des intérêts matériels planétaires de diverses factions oligarchiques, l’ensemble reposant sur une spiritualité globale selon les canons propres à l’idéal du mondialisme.

Cet ouvrage permettra au lecteur de comprendre, à partir d’un socle d’informations dûment référencées, le monde dans lequel il vit, mais aussi de mieux appréhender celui qui nous attend.

773 pages – 34.90 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :