souvenirs d'une ambassade à berlin

André François-Poncet fut ambassadeur de France à Berlin de 1931 à 1938, puis à Rome de 1938 à 1940. Ce livre de mémoires, grand classique de la littérature des diplomates français, est réédité chez Perrin, agrémenté d’une préface et de notes de Jean-Paul Bled, historien spécialiste de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie.

Selon les mots d’André François-Poncet, il s’agit là de “sept années pleines d’intérêt, mais aussi pleines de troubles, d’alertes, d’orages et de drames“. Avec précision, il nous décrit les hommes qu’il a croisés et les événements auxquels il a été associé. Il ne sélectionne pas ses fréquentations au gré de ses préférences, ce qui fait de lui le mieux informé de tous les ambassadeurs en poste à Berlin à cette époque, dira l’historien William L. Shirer.

Lorsqu’il arrive à Berlin en 1931, la république de Weimar est entrée en agonie. Il observe l’effondrement des derniers vestiges de la démocratie parlementaire et l’accession d’Hitler au pouvoir. François-Poncet consacre un chapitre entier à l’idéologie hitlérienne, analyse les circonstances qui l’ont aidé à capter l’adhésion de la majorité de la population allemande, dépeint son talent oratoire hors du commun et sa capacité à fasciner les foules. Un autre chapitre de ce livre est consacré à la nuit des Longs Couteaux, lorsqu’Hitler règle dans le sang le différend qui l’oppose à la SA.

En 1935 et 1936, Hitler libère l’Allemagne des dernières chaînes du traité de Versailles, rétablit la conscription, puis réoccupe la rive gauche du Rhin. André François-Poncet ne cesse d’alerter son ministre contre les menaces de guerre qui s’accumulent. Il note avec amertume que sa mission se résume le plus souvent à n’être qu’un “facteur” n’ayant que peu d’influence, voire aucune, sur les prises de décision de son gouvernement.

Cet ouvrage est d’autant plus intéressant que François-Poncet excelle dans l’art du portrait et dispose d’un authentique talent d’écrivain.

Souvenirs d’une ambassade à Berlin, André François-Poncet, préface et notes de Jean-Paul Bled, éditions Perrin, 507 pages, 24 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. “sa mission se résume le plus souvent à n’être qu’un « facteur » n’ayant que peu d’influence, voire aucune, sur les prises de décision de son gouvernement.”

    C’est cela qui est scandaleux pour le gouvernement de l’époque. Si on l’avait écouté, la France aurait pu se prémunir contre Hitler. Mais qui était au pouvoir à l’époque ?… Bizarrement, des profils juifs se profilent.

  2. La personnalité de l’auteur donne à cet ouvrage, le poids d’un témoignage exceptionnel sur Hitler et le III° Reich et ces événements, vus, vécus de l’intérieur par l’ambassadeur de France à Berlin.
    La présentation de Bled et ses notes sont un arsenal tout à fait “pédagogique” et je dirai indispensable, pour suivre les événements, les influences, les trahisons… dans ce dédale politique et militaire.

    En diffusion sur LIVRES EN FAMILLE : http://www.livresenfamille.fr/p11709-andre_francois_poncet_de_academie_francaise_souvenirs_une_ambassade_berlin.html

  3. Jean Irrubea says:

    Les causes de 39/45 ?
    Il ne faut pas oublier le traité de Versailles . “Vae Victis” semble avoir été le mot d’ordre .
    Ne pas oublier non plus l’attitude “pseudo-passive” de nos amis américains, et la non ratification du sus-dit traité .
    Le Congrès US jugeant certainement que le Pdt Wilson avait été trop tendre …

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 35.000 € pour 2019

btn_donateCC_LG

11 % 31.170 € manquants

3830 € récoltés / 35.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.170 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !