Dans l’énième affaire Tapie, le titanesque contentieux avec le Crédit Lyonnais, le tribunal correctionnel de Paris a relaxé mardi 9 juillet, en son absence, Bernard Tapie. L’homme d’affaires, qui ne retournera donc pas en prison, était jugé au printemps pour « escroquerie » dans l’affaire de l’arbitrage controversé, qui en 2008, avait permis aux époux Tapie de toucher plus de 400 millions d’euros, dont 45 millions nets d’impôt au titre d’un supposé « préjudice moral » avant d’être annulé pour « fraude ».

Le parquet avait pourtant requis de lourdes peines à l’encontre de cinq des six prévenus – notamment 5 ans de prison ferme pour M. Tapie, 3 ans dont 18 mois avec sursis, 100 000€ d’amende et cinq ans d’interdiction de fonction publique pour Stéphane Richard, actuel PDG d’Orange. Mais le tribunal, présidé par Christine Mée, n’a retenu ni l’escroquerie, ni le détournement de fonds publics, dont l’existence fut pourtant soutenue par deux procureurs, au cours d’un réquisitoire très long mais insuffisamment étayé. Le parquet dispose de dix jours pour faire appel.

Bernard Tapie et son épouse doivent cependant rembourser les 403 millions d’euros à l’État indûment perçus en réparation d’un préjudice jugé inexistant lors de l’arbitrage et qui a donc été annulé au civil pour « fraude ». Le ministre de la Justice Nicole Belloubet a déclaré mercredi 10 juillet que tous les moyens seront mis « en œuvre  » pour récupérer cet argent.

Tapie c’est l’éternel responsable mais pas coupable… Les réseaux socialistes, devenus macroniens, fonctionnent à plein pot.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :