Alors que le confinement emprisonne les honnêtes citoyens chez eux, détruit leur outil de travail lorsqu’ils sont commerçants, artisans, petits entrepreneurs, dans les banlieues, le confinement, la racaille s’en balance.

Pire, ces no-go-zones s’embrasent, les violences ne cessent de croître, notamment depuis l’accident d’un motard de 30 ans, multi-récidiviste, qui s’est blessé après avoir percuté un véhicule de Police à Villeneuve-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine. 

Depuis, ceux que peu de journalistes ose dénommer selon leur comportement, des « racailles », narguent et agressent chaque nuit les forces de police et les pompiers, avec des tirs de cocktails Molotov et de projectiles par des lance-roquettes.

Mais pour le ministre de l’Intérieur venu des sombres salles de jeu, Castaner, « ces tensions ne sont pas d’un niveau de gravité exceptionnelle (…) Les causes sont nombreuses, notamment le confinement (…) ». Il faut dire que le gouvernement, via les media aux ordres, minimise largement ces faits, avant tout parce que l’État a depuis longtemps abandonné ces quartiers non pas populaires mais d’immigration aux trafics de drogue et aux caïds.

Par contre, si l’État excuse toutes ces violences en banlieue, non pas quartiers populaires mais d’immigration, il prend sa revanche sur les vrais Français populaires, tous des Gilets Jaunes en puissance qu’il faut mater, et envoie manu-militari sa police sanctionner sans trêve les honnêtes citoyens du monde rural ou les confinés des villes normales. Ainsi une petite vieille, pas riche du tout, a été verbalisée pour avoir été se promener sur un quai d’une petite ville de Bretagne. Et un cavalier parti se promener avec son cheval s’est pris une amende sur un sentier de terre, les gendarmes du petit despote Macron ne pouvant concevoir le cheval comme un honnête moyen de déplacement pour sortir en confinement. 

C’est ça, la France sous Macron…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. faut il pleurer ou en rire ,,les zumins veautent pour ca ,defendent leurs fdp ,ca chouine sur le moment et 5mn apres ca rabiboche avec “”sa police “” et recourt veauter pour la raie publique ,,,et la demon crassie ,,,BFPLG ,,,,”elle vous en a pas fait assez mme Danielle ?? “

  2. Les salauds de policiers et de gendarmes – ceux qui n’osent pas s’aventurer dans certains quartiers où ils trouveraient pourtant des multitudes à verbaliser – préfèrent s’attaquer aux braves gens, aux gens honnêtes qui ne se sentent pas prêts à leur cracher à la figure ; là, ils roulent des mécaniques, alors qu’ils font dans leur pantalon devant les autres ; ce ne sont que des lâches dignes de leurs prédécesseurs, ceux qui poussaient des familles entières dans des wagons à bestiaux à destination de l’Allemagne nazie ; la France était alors occupée ; elle l’est toujours ; seul l’occupant a changé.
    Quant aux verbalisations, vous pourrez le plus souvent les contester a posteriori tant elles manifestent des abus de pouvoir caractérisés ou des interprétations hasardeuses du décret n° 2020-293 du 23 mars 2020.

  3. petitnet says:

    CEST LA honte de la nation ce pays !!!jai honte d etre francaise aujourdui !!a part verbaliser des gens honnetes qui vont en courses ou essayer de voir des proches ..la ils sont trop forts !!!ils chient ds leurs frocs d aller ds les quartiers ….mais a quoi ils servent et Castaner dort !!!!cest honteux !!!!