La récente tournée de Donald Trump au Proche-Orient est riche d’enseignements.

Le 21 mai, à Ryad, capitale de l’Arabie Saoudite, devant 37 chefs d’Etat ou de gouvernement, le Président américain a tracé sa route géopolitique au Proche-Orient.

Comme on pouvait le craindre, il s’est aligné sans la moindre ambiguïté sur les positions les plus classiques des Bush, père et fils et de leurs inspirateurs de toujours : les faucons néo-conservateurs. Hillary Clinton n’aurait pas fait pire; c’était bien la peine…

Le mal est clairement désigné : l’Iran “principal financeur et organisateur du terrorisme international”.

On croit rêver ! Tous les attentats des dernières années au Proche-Orient, aux Etats-Unis et en Europe ont été le fait de sunnites. Tous les terroristes, tous les kamikazes, tous les djihadistes sont sunnites. Toutes les mosquées salafistes du monde sont sunnites, tous les imams appelant à la guerre sainte contre l’occident sont sunnites.

Mais rien n’y fait : le mal c’est la grande puissance chiite, l’Iran.

Trump rejoint ainsi la grande cohorte des Présidents américains et leurs mensonges d’Etat, dont Bush junior fut un grand symbole avec l’invention des armes de destruction massives de Sadam Hussein, qui n’ont bien sûr jamais existé. Mais elles ont justifié l’invasion de l’Irak qui a semé la ruine et le chaos au Proche-Orient.

Le plus cocasse de l’affaire, c’est ce que c’est à Ryad que Trump a tenu ces propos. Ryad qui a engendré Ben Laden, finance chaque année la construction de milliers de mosquées salafistes dans le monde entier, armes les pires milices islamistes en Syrie (en concurrence avec le Qatar il est vrai).

Que l’on ne s’y trompe pas : les propos du Président américain sont tout à fait réfléchis et annonce la poursuite de l’immuable stratégie américaine depuis 1945 : soutien inconditionnel à la dynastie saoudienne. Le fait que le premier voyage diplomatique de Trump ait eu pour destination Ryad puis Israël n’est pas fortuit.

Bien sûr, il y a des raisons économiques à ces propos : 300 milliards de dollars de contrats sont prévus entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite. Cela vaut bien quelques compensations verbales. Mais de là à faire de l’Iran l’organisateur du terrorisme international il y avait tout de même un semblant de vraisemblance qui aurait pu être sauvegardé…

Obama, avec l’aide de la Russie et en dépit des efforts désespérés de Laurent Fabius avait remis l’Iran dans le jeu diplomatique. Les protestations d’Israël et de l’Arabie Saoudite n’y avaient rien changé.

On assiste aujourd’hui à un revirement ou, plus exactement, à un retour aux sources. C’est bien ce que laissait prévoir le bombardement symbolique d’un aéroport militaire syrien il y a quelques semaines.

Dans le même temps, on observe une augmentation des effectifs des membres des forces spéciales américaines en Syrie, vers Raqqa, capitale de l’Etat islamique, pour encadrer leurs affidés kurdes, et le long de la frontière irakienne, à Al-Tanf en particulier.

Des soldats syriens ont même été attaqués par des avions américains pour s’être un peu trop approchés d’une base de ces forces spéciales.

Est-ce à dire que les Américains prévoient une occupation partielle de la Syrie ? Il est encore trop tôt pour en être sûr, mais une telle hypothèse réjouirait assurément l’Arabie Saoudite et Israël en coupant l’arc chiite Est-Ouest que veut mettre en place l’Iran.

Il se pourrait donc que l’on assiste au retour de l’interventionnisme américain au Proche-Orient et, compte tenu de son bilan, ce n’est vraiment pas une bonne nouvelle.

Fort heureusement, par rapport à l’ère Bush, un grand changement s’est opéré entre-temps : la présence des Russes. Les Américains ont cette fois en face d’eux une puissance militaire qui tient le terrain et le connait mieux. Les deux états-majors se parlent d’ailleurs beaucoup  en ce moment.

Poutine n’a pas fait tous ces efforts pour laisser la place à l’Amérique dont la stratégie en Syrie est loin d’être définitivement arrêtée.

Les Russes ont incontestablement plusieurs coups d’avance en Syrie et Trump devra en tenir compte.

Antoine de Lacoste

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :