grignotage_enfant10 heures : Le petit goûter du matin s’impose, maman se prend un carré de chocolat, quand tout à coup débarquent trois adorables marmots, qui, il semblerait, sentent les sucreries à 100m … et de s’écrier chacun : Maman, moi aussi, moi aussi  ! C’est l’heure de l’encas du matin, difficile de leur dire non. Le ménage étant effectué, arrivent les 11 heures, où à nouveau, notre estomac gargouille : prenons vite une petite récompense, en vérifiant à droite et à gauche que des yeux malicieux et observateurs n’en profitent pas pour réclamer leurs parts….Arrive l’heure du déjeuner, où nous n’avons plus vraiment faim pour les haricots verts, et la viande blanche. L’après midi voit défiler à peu près le même programme, entre le café-chocolat, le goûter, les petits morceaux de saucissons de 18 h, qu’à chaque fois les enfants peuvent s’empresser de réclamer. Parfois même, il arrive que les enfants se servent dans les placards ou les tables de cuisine, sans vraie gronderie de maman, et lorsque le déjeuner arrive, les assiettes restent à moitié pleines sur la table et le contenu finit à la poubelle : quel gâchis !

Pourquoi donc le grignotage est-il si mauvais ? Et pourquoi devons-nous conserver des temps bien définis pour se nourrir ? Tout d’abord, parce qu’il n’est pas bon de céder toujours à ses envies, c’est la porte ouverte à la sensualité, et si nous n’éduquons pas nos enfants à résister aux envies physiques, nous aurons de mauvaises surprises lors de leurs adolescences. De plus, ils deviendront capricieux en cédant sans cesse à leurs petites faims. Quant à nous, ce n’est pas une conduite vertueuse que de vivre selon ses envies de gourmandise, et ce n’est certainement pas un chemin du ciel.

Une autre raison, est tout simplement d’ordre physique : il n’est pas bon pour la santé, de grignoter sans cesse entre les repas, et si nous avons tant de problèmes de surpoids, c’est en grande partie dû à ces mauvaises habitudes d’alimentation. Souvent les grignotages sont constitués de sucreries et de produits gras, rien de très bénéfique pour la santé, contrairement aux repas que nous pouvons rendre équilibrés, riches en légumes, en fruits et en céréales nécessaires à la santé de nos enfants et à la nôtre.

Les repas familiaux sont des moments de convivialité, et si nous voulons qu’ils le restent, il vaut mieux que les convives soient en attente de  reprendre des forces, et soient heureux de goûter les mets délicieux que maman a préparé.

Il ne s’agit aucunement de remettre en cause les encas nécessaires durant la journée, mais contentons-nous de respecter leurs horaires et de manger équilibré : un bon petit déjeuner qui nous permette de tenir au moins jusqu’à 10 heures, une collation en milieu de matinée, si nous en avons besoin pour effectuer notre devoir d’état puis un déjeuner équilibré, à table, avec tout le charme et la chaleur des repas familiaux. Prenons un petit goûter, et tenons ensuite jusqu’au dîner. Il ne s’agit donc nullement de s’interdire tout encas, mais de maîtriser les horaires de ceux-ci.

Nous ne prenons pas toujours conscience de ce que des toutes petites habitudes de vie, peuvent faire de mal ou de bien, dans nos âmes et dans celles de nos enfants. Et combien, le grignotage, qui est devenu norme générale, affaiblit la volonté et la force de maîtrise de soi, des enfants et … des parents ! Alors prenons courage, et gardons notre esprit sain grâce à un corps sain ! 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Les vaccins en question

Le livre choc de la biologiste Pamela Acker et préfacé par l’ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste des ARN messagers Alexandra Henrion-CAUDE.

Ce livre a été un énorme succès outre Atlantique. Aidez-nous à la diffuser !!!

%d blogueurs aiment cette page :