L’animateur de la chaîne de télévision américaine Fox News Tucker Carlson a dénoncé la politique canadienne de mise en quarantaine des voyageurs dans des «établissements désignés» – que le commentateur a appelés «camps d’internement».

«Et si votre voisin d’à côté devenait soudainement dangereusement fou et commençait à retenir des personnes en otage dans sa maison ?», déclara Carlson pour faire une analogie.

«Le Canada, le territoire directement sur notre nord et notre plus grand partenaire commercial, avec qui nous partageons la plus longue frontière internationale, a pris un pas dramatique vers un autoritarisme dangereux», a-t-il poursuivi. «Oui, le Canada.»

Carlson faisait référence à la politique COVID-19 du gouvernement libéral concernant les résidents canadiens qui reviennent de l’étranger et qui sont testés positifs pour le coronavirus. Lundi, le premier ministre Justin Trudeau a transmis un message à la nation demandant aux Canadiens d’annuler tout projet de vacances et leur disant à quoi s’attendre au retour d’un voyage nécessaire.

«Si vous rentrez dans le pays, vous devrez montrer un résultat de test PCR négatif avant de monter à bord de l’avion», a déclaré Trudeau. «Lorsque vous atterrirez, vous devrez passer un autre test PCR. Vous devrez ensuite attendre dans un hôtel agréé, et à vos frais, que vos résultats reviennent. »

«Si vos résultats sont négatifs pour le COVID-19, vous pourrez rentrer chez vous et y terminer votre quarantaine obligatoire», a-t-il ajouté.

Cependant, c’est la partie suivante du message qui a inspiré les craintes de Carlson pour les droits humains fondamentaux des Canadiens.

«Si les résultats de vos tests sont positifs, vous devrez immédiatement vous mettre en quarantaine dans des installations gouvernementales désignées. Ce n’est pas facultatif », a averti Trudeau.

En réponse, Carlson a déclaré que les «installations gouvernementales désignées», dans d’autres pays, seraient immédiatement considérées comme des «camps d’internement».

«La politique d’internement de Trudeau est en place depuis le mois dernier, et pour autant que nous puissions en juger, aucun grand réseau de presse américain ne l’a mentionné», a déclaré l’animateur. « Notre Département d’Etat non plus, qui semble normalement exister pour faire des commentaires mécontents sur les violations des droits de l’homme dans le monde. »

«Soudainement, le Canada est un violeur flagrant des droits humains les plus fondamentaux», a-t-il déclaré. «Échouez à un test COVID et ils vous enfermeront sans appel

En outre, quiconque tenterait d’éviter d’être détenu dans un «centre d’internement gouvernemental» risque une amende d’un million de dollars et trois ans de prison.

L’animateur de télévision Carlson a également décrit les conditions insalubres dans lesquelles les Canadiens sont détenus lorsqu’ils sont testés «positifs» pour le COVID-19 : pénuries de nourriture et d’eau, serrures manquantes aux portes, voire agressions sexuellesIl a cité l’homme d’affaires canadien Mitch Beaulieu, dont le récit de son placement dans un établissement gouvernemental désigné sonnait, a déclaré Carlson, comme un enlèvement.

Le commentateur de Fox News a également dénoncé l’attitude de la Société Radio-Canada (SRC), totalement soumise aux ordres du gouvernement d’Ottawa, répétant à leurs auditeurs que les Canadiens ne devraient pas croire à la «désinformation» au sujet des camps d’internement .

«La SRC a assuré aux Canadiens que le gouvernement préparait des« sites de quarantaine volontaires »», a rapporté Carlson. « Oui, volontaire dans le sens d’être obligatoire, c’est ce qu’ils sont. »

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :