Cela tourne en boucle sur toutes les ondes, des radios aux plateaux télé en passant par les salles de rédaction des médias mainstream, le gouvernement doit prendre des mesures encore plus sévères de confinement dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. C’est le Conseil d’État qui le dit, ce sont les jeunes médecins qui le réclament.

Le Conseil d’État était saisi, ce dimanche 22 mars, d’un référé-liberté introduit par le syndicat Jeunes Médecins, auquel se sont associés l’ordre des médecins et un syndicat d’internes. Ces médecins encore boutonneux mais déjà bien disposés à la soft-dictature que les gouvernements mondiaux sont en train d‘imposer à leurs pays, demandent aux juges du Conseil d’État d’enjoindre au premier ministre et au ministre des solidarités et de la santé, au titre de leurs pouvoirs réglementaires, de prononcer un confinement total de la population : fini le jogging, la sortie quotidienne, la ballade vespérale décompression… le syndicat Jeunes Médecins demande la mise en place de mesures visant à l’interdiction de sortir de son lieu de confinement (sauf autorisation délivrée par un médecin pour motif médical), l’arrêt des transports en commun, l’arrêt des activités professionnelles non vitales (autres qu’alimentaire, eau et énergie, domaines régaliens) et enfin la mise en place d’un ravitaillement de la population dans des conditions sanitaires visant à assurer la sécurité des personnels chargés de ce ravitaillement. Il requiert aussi la mise en place d’un couvre-feu généralisé sur tout le territoire. Ce référé-liberté vise donc à appliquer à la France le confinement tel que l’avait imposé la Chine communiste à ses concitoyens.

Si cette requête des jeunes médecins a été rejetée par le Conseil d’État, ce dernier a cependant enjoint au gouvernement de préciser la portée de certaines interdictions et de prendre dans les quarante-huit heures les mesures suivantes : préciser la portée de la dérogation au confinement pour raison de santé ; réexaminer le maintien de la dérogation pour « déplacements brefs, à proximité du domicile » compte tenu des enjeux majeurs de santé publique et de la consigne de confinement ; évaluer les risques pour la santé publique du maintien en fonctionnement des marchés ouverts, compte tenu de leur taille et de leur niveau de fréquentation. En clair, le Conseil d’Etat va quand même dans le sens de la requête en préconisant des mesures plus strictes, même si elles ne sont pas encore totalement radicales, de confinement.

Nous entrons en dictature avec la bénédiction d‘une sphère de la jeune population, celle boboïsée et lobotomisée, addictive de Greta Thunberg, fanatique de la censure,  pseudo-humanitariste et mondialiste zélée de l’état d’urgence républicain antichambre du Nouvel Ordre Mondial !

1984 de Georges Orwell est en marche

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

7 commentaires

  1. patricia Pérou says:

    Et si l’on est trop loin du magasin pour faire ses courses et que l’on doit prendre un bus pour les faire, comment va-t-on faire si les bus ne roulent plus ? Tout le monde n’habite pas une grande ville et tous les magasins, même dans les petites villes, ne livrent pas à domicile ou ils font payer cher la livraison. Messieurs les soit-disant les plus intelligents, pensez-y.

  2. balaninub says:

    Je l’ai dit dès que j’ai su qu’il y avait confinement ! En fait, c’est un test pour savoir si nous sommes apte à supporter des restrictions… Attention à ceusses qui n’obtempéreront pas … la prison nous guette !
    Et sachons bien qu’il n’est pas dit que nous ayons salaires, et retraites….. la pauvreté, la rue, la gale les suicides vont aller bon train sans parler d’une recrudescence des avortements suicides assistés bref la panoplie qui plaît le plus au Prince de ce monde….
    Les banques vont se frotter les mains et ceux qui tireront leur épingle du jeu de ce grand chambardement, seront toujours les mêmes, les pauvres riches !

  3. ” la prison nous guette !” C’est sûr, mais il n’y a pas de place dans les prisons. Soit:
    1) ils libèrent assassins et voleurs pour nous y mettre
    2) ils construisent des camps en 10 jours, parce que nous risquons d’être nombreux.

  4. Soupape says:

    Pour la seconde fois … le Conseil d’Etat est bien inspiré …

    1 – Il avait déjà retoqué … les principes d’obscurantisme … proposés par castaner
    (publicité restreinte … des résultats d’élection municipale !)

    2 – Aujourd’hui, il refuse … un confinement total … qui organiserait une dictature de fait
    (LE CONFINEMENT GENERAL …est réputé dictatorial)
    proposée par de … soi-disant “jeunes” médecins …
    qui n’ont jamais rien vu … et connaissent très mal leur métier …

    En effet … ces médecins de Molière … ne savent PLUS guérir …
    et le seul remède qu’ils proposent … est le tas nazi pour tous.

  5. Oui, il est symptomatique que les media du collectivisme oligarchique mettent en avant ce petit groupuscule de jeunes comme on met en avant Greta la débile de Soros, alors qu’il y a déjà un comité scientifique en place. Le système a besoin de ses jeunes gardes rouges pour accélérer la famine (et la violence résultante) qui lui donnera tous les pouvoirs. Et en régime trotskiste (donc néo-con) qui n’obéit pas, ne mange pas.

  6. ” le tas nazi pour tous.” oui, exact, pour nous l’avortement c’est trop tard, on a dépassé les délais. Ou les camps de ré-éducation surveillés par les jeunesmédecinsgardiensrougesen blouseblanche.

  7. les médecins (mais pas qu’eux) ont perdu le sens du sacrifice, ils veulent donc, parce qu’ils sont susceptibles de mourir, tuer le pays et ses citoyens avec eux.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.