Le cordonnier Demos est d’abord surpris quand on vient lui annoncer qu’il est désormais le chef de l’État, grâce à une révolution faite en son nom – mais à son insu – par quelques excités. Il est pourtant vite rassuré. En lui apportant la bonne nouvelle, l’avocat démagogue Cléon, le journaliste antireligieux Clisthène et le banquier philanthrope Ploutos se déclarent entièrement à son service : tout prêts à se dévouer pour faire tourner les rouages de l’État. Ainsi, Demos pourra jouir sans souci de son titre de souverain…

Représentée pour la première fois en 1929 – puis traduite en anglais pour être jouée à Londres en 1931 – la comédie « Demos, esclave et roi » est la seule pièce politique du répertoire d’Henri Ghéon (1875-1944), qui, après sa conversion, en 1915, traita surtout des thèmes religieux (Le Pauvre sous l’escalier, Le Saint malgré lui, Le Triomphe de saint Thomas, Le Comédien pris à son jeu, La Bergère au pays des loups, Le Noël sur la place, etc.)

Ouvertement inspirée du théâtre grec d’Aristophane (5e siècle avant Jésus-Christ), la pièce va beaucoup plus loin que lui dans la critique de la Démocratie. Elle fut saluée dans L’Action française comme une « satire étincelante », mais elle attira aussi l’attention du prix Nobel de littérature, George Bernard Shaw, pourtant situé à l’extrême opposé du spectre politique (il prônait le socialisme léniniste, le pacifisme, l’athéisme, l’eugénisme, le végétarisme et le métissage universel). Tout en critiquant la pièce, Shaw reconnut – dans une lettre privée – que le thème en était très bien trouvé et l’allégorie « très véridique » (very truthful).

En un siècle, la pièce n’a malheureusement guère vieilli. La description de la campagne électorale, à la fin du premier acte, reste très drôle, parce que tristement actuelle. Plusieurs traits du troisième acte paraissent même prophétiques, lorsque la comédie semble tourner au drame. Le happy end est toutefois de rigueur. En sera-t-il de même dans notre pays ?

Jamais rééditée depuis sa parution, cette pièce d’Henri Ghéon est reproduite dans le dernier numéro du Sel de la terre (119), avec d’autres extraits du dramaturge catholique.

 

Le Sel de la terre (revue trimestrielle)

n° 119 (hiver 2021-2022), 15 E (208 p.)

Couvent de la Haye-aux Bonshommes – 49240 Avrillé

 

Sommaire du numéro : http://www.dominicainsavrille.fr/le-sel-de-la-terre-n119/

Extrait de la pièce : http://www.dominicainsavrille.fr/?ddownload=10196/

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

Le dernier numéro de la Revue Civitas !


 

Voici la revue 81 de Civitas sortie la semaine dernière !

Ce numéro de la revue de Civitas permettra à ses lecteurs de mesurer le fossé qui séparerait un Etat catholique de la république dans laquelle nous sommes embourbés. Puisse cette lecture susciter des engagements plus ardents. Et espérons qu’elle permettra à des curieux, y compris non-catholiques, de constater qu’un Etat catholique serait bénéfique pour tout foyer recherchant sincèrement le bien commun.

Cliquez ici pour vous la procurer.

%d blogueurs aiment cette page :