De nouvelles recherches en Allemagne montrent que la « vaccination » généralisée contre le COVID-19 n’arrête pas la propagation du virus parmi les personnes ayant reçu les injections successives.

Une étude publiée le 20 novembre dans la revue médicale The Lancet a examiné les taux de cas du nouveau coronavirus chez les individus qui avaient reçu le « vaccin » anti-COVID et ceux qui ne l’avaient pas reçu, découvrant que le groupe « vacciné » n’a eu aucun avantage observable contre l’infection virale par rapport au non vacciné.

« Les taux élevés de vaccination contre le COVID-19 devaient réduire la transmission du SRAS-CoV-2 dans les populations en réduisant le nombre de sources possibles de transmission et ainsi réduire le fardeau de la maladie COVID-19. Des données récentes, cependant, indiquent que la pertinence épidémiologique des individus vaccinés contre le COVID-19 augmente », indique le rapport en ouverture.

Sur la base de cette découverte, le chef de la recherche Günter Kampf – épidémiologiste hospitalier consultant et professeur agrégé à l’Université de Greifswald, en Allemagne – a postulé que les vaccinations complètes devenaient une source de propagation virale.

Kampf a écrit que les infections révolutionnaires, c’est-à-dire les infections COVID chez ceux qui ont reçu un régime complet du programme vaccinal, ont considérablement augmenté dans le groupe d’âge de 60 ans et plus.

Le 21 juillet, le taux de percée au sein de ce groupe était de 16,9%, mais trois mois plus tard, le 27 octobre, ce taux avait augmenté de plus de 2,4 fois pour atteindre 58,9%, tandis que le taux de « vaccination » n’avait augmenté que d’environ 0,2 fois. au cours de la même période. Ceci, a écrit Kampf, fournit « des preuves claires de la pertinence croissante des personnes entièrement vaccinées en tant que source possible de transmission [du virus] ».

Kampf a établi un parallèle avec les données en provenance du Royaume-Uni, qui ont montré qu’au cours d’une période de trois semaines, 89,7% des citoyens âgés de 60 ans ou plus qui avaient contracté le nouveau coronavirus avaient été complètement « vaccinées ».

« Une semaine auparavant, le taux de cas de COVID-19 pour 100 000 était plus élevé dans le sous-groupe des vaccinés par rapport au sous-groupe des non vaccinés dans tous les groupes de 30 ans [of age] ou plus », a ajouté Kampf.

En outre, a-t-il noté, une épidémie de virus dans un hôpital israélien a apparemment conduit à l’infection de 16 travailleurs de la santé et de 23 patients et de leurs familles.

« La source était un patient COVID-19 entièrement vacciné », a rapporté l’étude. « Le taux de vaccination était de 96,2 % parmi toutes les personnes exposées (151 agents de santé et 97 patients). » Alors que « [quatorze] patients entièrement vaccinés sont tombés gravement malades ou sont décédés », Kampf a écrit que « les deux patients non vaccinés ont développé une maladie bénigne ».

En conséquence, Kampf a conclu que, contrairement à la présomption des gouvernements du monde entier, dont beaucoup ont imposé  des restrictions sévères aux non-vaccinés  tout en accordant des libertés ordinaires   à ceux qui ont été entièrement piégés : « Il semble être d’une négligence grave d’ignorer la population vaccinée comme une source possible et pertinente de transmission au moment de décider des mesures de contrôle de la santé publique».

La pression pour vacciner la majorité de la population mondiale afin de prévenir les maladies graves pour ceux qui ne sont pas à risque – le CDC rapporte un taux de survie à l’infection supérieur à  99,95 % pour les moins de 50 ans  – ajoute au scepticisme.

Pendant ce temps, la liste des effets indésirables reconnus par la FDA (organisme officiel des Etats-Unis) est passée des réactions anaphylactiques graves aux événements thrombotiques mortels, à la myocardite inflammatoire  ( particulièrement répandue  chez les jeunes hommes) et aux maladies neurologiques invalidantes comme le  syndrome de Guillain Barré, ainsi que des dizaines de milliers de décès enregistrés et des incapacités permanentes.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Mots clefs

Les commentaires sont fermés

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :