Mais dans tout ça le grand danger,

Ce sont nos personnes âgées.

Mais qui voudrait bien les soigner?

Finiront-elles euthanasiées?

« Dies iræ, dies illa » (Jour de colère que ce jour-là)

« Solvet sæclum in favilla » (Qui réduira en cendre le monde)

Après deux merveilleuses chansons que MPI a relayéÇa va bien aller, on s’prépare au pire » et « Les magiciens de la santé ».) voici la troisième mouture qui est dédiée à madame Tremblay. Elle personnifie toutes les personnes âgées qui ont été « sacrifiées » durant l’Opération Plandémie.

Ce titre « Berceuse de Morphine la fée » reprend l’air de « Sans travail », œuvre composée par La Bolduc (1) en 1932, lors de la Grande Dépression au Canada dans les années 1930.

Comme La Bolduc à son époque, c’est notre façon à nous, Les Belduc, de jeter un regard critique sur la société actuelle (2020-…), avec humour et compassion tout à la fois.

Les Belduc

Contact : KEBEKMUSIK@GMAIL.COM

Note : (1) Mary Travers, dite La Bolduc, est une auteur-compositrice-interprète québécoise née le 4 juin 1894 à Newport, en Gaspésie, et morte le 20 février 1941 à Montréal. Musicienne autodidacte, considérée comme la première autrice-compositrice-interprète du Québec, elle a connu un succès phénoménal auprès du public québécois et la consécration par le biais du disque.

Quelques sources

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La clef des écritures


Voici une oeuvre qui mérite de vous être proposée.

Pour comprendre les Saintes Écritures, il faut dépasser l’intelligence de la lettre et en saisir l’esprit. « L’Écriture sainte, dit saint Grégoire le Grand, par la manière même dont elle s’exprime, dépasse toutes les sciences ; car, dans un seul et même discours, tout en racontant un fait, elle livre un mystère. »

Cliquez ici pour vous le procurer.

%d blogueurs aiment cette page :