Victoire contre Pfizer : la justice d’Uruguay a suspendu la vaccination des enfants via le sérum génique du laboratoire américain.

Un juge a ordonné ce jeudi la « suspension immédiate » en Uruguay de la vaccination des enfants contre le Covid-19, dans l’attente de la publication des contrats passés entre le gouvernement et le laboratoire Pfizer, ainsi que de la « composition des substances » contenue dans le produit.

La suspension, qui concerne les enfants de moins de 13 ans, sera en vigueur jusqu’à ce que « tous les contrats d’achat de ces vaccins » et les documents « détaillant la composition des substances à administrer » soient publiés dans leur intégralité, indique dans sa décision le juge Alejandro Recarey. Ce dernier a donc ordonné à la présidence, au ministère de la Santé publique, à l’Administration des services de santé de l’État (ASSE) et à Pfizer de présenter toutes les informations sur les vaccins anti-Covid-19 dans les 48 heures.

Le juge, qui officie en tant que juge suppléant d’un tribunal administratif, a fait suite à un « recours en protection » déposé par un avocat, visant à suspendre l’administration du vaccin aux enfants. Cette vaccination est autorisée dans le pays sur une base volontaire à partir de l’âge de cinq ans.

Selon le juge, il faut « fournir aux responsables des mineurs qui se vaccinent » un document « qui les informe pleinement et clairement » sur le contenu des injections, la « composition des substances » contenue, leurs bénéfices, les risques qu’elles comportent « en précisant leur nature, leur probabilité, leur ampleur », et les « effets indésirables déjà détectés, dans leur intégralité ».  « Le magistrat demande à connaître les termes de la négociation et s’il existe des clauses d’indemnité ou d’impunité. Au même moment, le décret exige que soient divulguées les informations sur la composition biochimique des vaccins contre le Coronavirus », rapporte le média Telesur. L’information a été confirmée par le média uruguayen, M24.com.uy.

Le contrat passé entre le gouvernement uruguayen et le laboratoire américain Pfizer sur la fourniture de vaccins n’a pas été rendu public dans le pays sud-américain de 3,5 millions d’habitants. Le gouvernement du président conservateur Luis Lacalle Pou a annoncé qu’il allait faire appel de la décision.

Depuis la mise sur le marché de son vaccin anti-covid à ARMm, Pfizer refuse d’en dévoiler la composition et garde très secrets les contrats signés avec les pays ou l’Union Européenne. Le juge Alejandro Recarey va-t-il obtenir gain de cause ? Si, oui cela sera un dur coup à encaisser pour le laboratoire américain déjà impliqué dans de nombreux scandales sanitaires, dont celui de la crise des opioïdes aux Etats-Unis. Pour rappel, Pfizer a été condamné à 2,3 milliards de dollars, la plus forte amende jamais infligée par la justice américaine à un groupe pharmaceutique.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Je veux recevoir la lettre d'information :

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

La clef des écritures


Voici une oeuvre qui mérite de vous être proposée.

Pour comprendre les Saintes Écritures, il faut dépasser l’intelligence de la lettre et en saisir l’esprit. « L’Écriture sainte, dit saint Grégoire le Grand, par la manière même dont elle s’exprime, dépasse toutes les sciences ; car, dans un seul et même discours, tout en racontant un fait, elle livre un mystère. »

Cliquez ici pour vous le procurer.

%d blogueurs aiment cette page :