Sanctoral

Octave de saint Jean – Apôtre et évangéliste

Sainte Geneviève, Vierge.

Sainte Geneviève, patronne de Paris, naquit au village de Nanterre, vers l’an 422. C’est bien dans une vie comme la sienne que l’on reconnaît la vérité et que l’on trouve la réalisation de cette parole de saint Paul : “Dieu choisit dans ce monde les instruments les plus faibles pour confondre l’orgueil et les prétentions des hommes.” Elle était âgée de sept ans quand saint Germain, évêque d’Auxerre, traversa le village de Nanterre, où elle habitait. Éclairé par une lumière divine, le Saint discerna cette modeste enfant parmi la foule accourue sur ses pas : “Béni soit, dit-il à ses parents, le jour où cette enfant vous fut donnée : Sa naissance a été saluée par les anges, et Dieu la destine à de grandes choses.” Puis, s’adressant à la jeune enfant, il la confirma dans son désir de se donner tout à Dieu : “Ayez confiance, ma fille, lui dit-il, demeurez inébranlable dans votre vocation ; le Seigneur vous donnera force et courage.” Depuis ce moment, Geneviève se regarda comme consacrée à Dieu ; elle s’éloigna de plus en plus des jeux et des divertissements de l’enfance et se livra à tous les exercices de la piété chrétienne avec une ardeur bien au-dessus de son âge. Rarement on vit, dans une existence si humble, de si admirables vertus. Elle n’était heureuse que dans son éloignement du monde, en la compagnie de Jésus, de Marie et de son Ange gardien. Geneviève reçut le voile à quatorze ans, des mains de l’archevêque de Paris, et, après la mort de ses parents, elle quitta Nanterre pour se retirer à Paris même, chez sa marraine, où elle vécut plus que jamais saintement. Malgré ses austérités, ses extases, ses miracles, elle devint bientôt l’objet de la haine populaire, et le démon jaloux suscita contre elle une guerre acharnée. Il fallut un nouveau passage de saint Germain de Nanterre pour rétablir sa réputation : “Cette vierge, dit-il, sera votre salut à tous.” Bientôt, en effet, le terrible Attila, surnommé le Fléau de Dieu, envahissait la France ; mais Geneviève prêcha la pénitence, et, selon sa prédiction, Paris ne fut pas même assiégé. La sainte mourut à quatre-vingt-neuf ans, le 3 janvier 512. D’innombrables miracles ont été opérés par son intercession. Son tombeau est toujours entouré de vénération dans l’église de Saint-Étienne-du-Mont, à Paris. Elle est une des grandes Patronnes de la France.

Martyrologe

A Rome, sur la voie Appienne, l’anniversaire de saint Anthère, pape et martyr, qui souffrit sous Jules Maximin et fut inhumé dans le cimetière de Callixte.

A Vienne, en Gaule, saint Florent évêque: relégué là en exil au temps de l’empereur Gallien, il y consomma son martyre.

Dans la cité d’Aulone en Palestine, la passion de saint Pierre, qui périt par le supplice de la croix.

Dans l’Hellespont, les saints martyrs Cyrin, Prime et Théogène.

A Césarée de Cappadoce, saint Gorde centurion, martyr : il nous reste un remarquable discours que Basile le Grand prononça à sa louange le jour de sa fête.

En Cilicie, les saints martyrs Zosime et Athanase le greffier.

De plus, les saints Théopempte et Théonas, qui subirent un glorieux martyre durant la persécution de Dioclétien.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Les commentaires sont fermés