SDF

6 730 morts dans la rue en trois ans en France. S’ils avaient été clandestins, paradoxalement, ils auraient bénéficié des aides destinées aux prétendus réfugiés. Mais dans leur grande majorité il s’agit de simples français, souvent de souche, écorchés par la vie. De ceux qu’on abandonne au profit des étrangers, surtout lorsqu’ils sont clandestins, vers qui se portent tous les fonds de solidarité publics, anciens et nouveaux. C’est le Quotidien du Médecin, peu suspect d’inventer des histoires, qui donne ce chiffre.

Près de 7 000 « sans domicile fixe » seraient morts dans la rue entre janvier 2008 et décembre 2010. “Rien que pour l’Ile-de-France nous recevons des signalements de décès tous les jours, un peu par hasard. (…). Là, c’est énorme » (Source: le Quotidien du Médecin)

Et encore, ce chiffre n’est-il pas  exhaustif!

“On meurt des mêmes causes que dans la population générale, 30 ans plus tôt

Être sans domicile fixe constitue un risque très élevé de mortalité, rappellent les auteurs. Les études menées à l’étranger, notamment aux États-Unis et au Canada, rapportaient un taux de mortalité entre 3 et 13 fois supérieur à celui de la population générale. Et ce sont surtout les hommes jeunes qui meurent dans la rue. «  Les causes de décès ne sont pas très différentes de celles de la population générale, explique Lise Grout. Il s’agit pour les hommes de cause cardiaque, ou externe, agressions, suicides, qui sont celles que l’on retrouve dans la population masculine au même âge. Sauf que l’âge moyen de décès dans la rue est de 45 ans contre 77 ans dans la population générale ».

La population SDF reste un problème en France. L’INSEE reportait une augmentation de 50 % des SDF au cours de la dernière décennie et estimait à 144 000 le nombre de personnes vivant dans la rue en 2012.” (Source le Quotidien du Médecin)

Quand le nombre de Sans-domicile-fixe atteint de tels chiffres, il ne s’agit plus de marginaux, mais d’un phénomène de société. Une société qui ouvre ses portes et le fruit de ses impôts aux jeunes étrangers d’autres continents, en quête de conditions économiques meilleures, mais qui les ferme à ses propres ressortissants.

Le retour d’un paganisme agressif qui chasse la civilisation chrétienne

Le phénomène SDF était quasiment inexistant en France il y a 50 ans, où faut-il en rechercher la cause? Dans le nouvel ordre mondial hégémonique actuel, qui abaisse massivement le niveau de vie des classes moyennes en Occident à travers le chaos organisé d’une crise compensatoire: économique, démographique et migratoire qui ne profite qu’aux très riches de plus en plus riches, qui se servent de l’islam pour abattre les dernières barrières du monde chrétien.

Le retour du paganisme que l’Empire romain décadent avait connu, est en train de chasser les marques de la civilisation chrétienne, quin’est [pourtant] plus à inventer”. Il ne” [s’agirait] “que de l’instaurer et la restaurer sur ses fondements naturels et divins contre les attaques toujours renaissantes de l’utopie malsaine, de la révolte et de l’impiété : Omnia instaurare in Christo”, écrivait Saint Pie X en 1910 dans sa célèbre encyclique rédigée en version originale en français : “Notre charge apostolique”.

A présent que les maîtres de la Révolution permanente ont enseigné à tous les petits occidentaux, comme une vérité première, que les civilisations sont multiples et égales entre elles, le retour d’un paganisme agressif chasse les valeurs du Christ qui avaient adouci les mœurs et établissaient toujours plus de justice parmi les hommes, entre riches et pauvres. Ces valeurs chrétiennes avaient hissé l’Occident au sommet de la civilisation.

Après avoir lavé les cerveaux avec la multiplicité des civilisations égales entre elles, l’aspiration finale des maîtres révolutionnaires consiste à raboter toutes les formes de cultures pour les réduire en un seul modèle, avec une seule religion, ceux d’une société de consommation au sommet de laquelle un tout petit nombre de maîtres guident férocement une masse d’esclaves. Dans ce modèle globaliste, Le christianisme est l’ennemi à abattre et la religion islamique, la religion intermédiaire de remplacement, celle qui depuis des siècles promeut des soumis. (islam= soumission). (Lire à ce sujet des extraits de la colonisation saint-simonienne en PDF) .

C’est ainsi que le mondialisme abaisse massivement le niveau de vie des classes moyennes en Occident dans une crise du chaos économique, démographique et migratoire qui ne profite plus qu’aux riches qui dominent le monde et s’en servent selon leurs besoins:

  • Avortements promus en milieux chrétiens déchristianisés, et “migrations de remplacement” (selon le mot de l’ONU).
  • Guerres provoquées à partir de Printemps arabes manipulés en pays musulmans d’où s’en suivent les déferlements migratoires encouragés avec ouvertures des frontières et aides financières à la clef en milieux chrétiens déchristianisés et dépeuplés…

   -> Lire à ce propos la deuxième partie de cet article en lien ici : “la loi portant sur la réforme des statuts de la banque de France…”

Ceci explique amplement le phénomène de la misère des SDF dans les sociétés occidentales en général, et dans la société française en particulier, plongée qu’elle est depuis des décennies dans un chômage chronique qui est encouragé par ce libéralisme sauvage, le système mondialiste d’ouverture des marchés, avec les délocalisations d’une part et la robotisation systématique d’autre part. Les SDF ne sont que les victimes d’un système capitaliste sauvage indifférent à la misère humaine, pour qui les hommes ne sont que des pions dans un vaste jeu d’échec. Mais l’Empire romain a fini par s’écrouler sous le poids de ses péchés…

Emilie Defresne

emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

31 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
%d blogueurs aiment cette page :