MPI - 65 - 01 - euthanasie0

La stratégie est toujours la même : procéder lentement, petit à petit, pas à pas, et, par effet cliquet, essayer de rendre irréversibles des évolutions, prétendument inéluctables. Le sens de l’Histoire, le sens du Progrès, vous voyez la rengaine. Le but ultime des Pro-Euthanazie est de tuer, mais contrairement aux vrais Nazis, ils voudraient éviter un procès, une condamnation et la honte universelle qui s’y rattache. Un procès public, c’est trop sale. Il faut donc procéder pas à pas, et glisser lentement du « laisser mourir » au « tuer », en passant par le « faire mourir » et « l’aider à mourir ». Endormir les consciences lentement mais surement, l’air de rien. Voilà le plan. C’est le même qui est appliqué pour l’avortement et la démolition de la famille et du mariage.

Mais, voilà, dans le cas de Vincent Lambert, le rouleau-compresseur de la Culture de Mort s’est embourbé. Vincent Lambert est le grain de sable qui est en train de bloquer la Machine à Tuer.

Fin de vie ou mise à mort

Ce jeudi 23 juillet 2015 restera sans doute un tournant dans l’histoire de l’euthanazie en France. En effet, alors qu’on s’attendait au pire, la 3ème tentative de mise à mort de Vincent Lambert a été annulée par le CHU de Reims, qui le retient prisonnier dans ses locaux, sous la garde de deux vigiles et d’une caméra de surveillance. Cette annulation in extremis a été officiellement annoncée vers 14h30 par les « médecins », Daniela Simon et Ana Oportus, qui s’emploient depuis trois ans à le mettre à mort, sans succès jusqu’à présent.

Rappelons que Vincent Lambert a déjà survécu à deux tentatives de mise à mort ratées. Derrière l’écran de fumée du verbiage juridico-médical : protocole de fin de vie, arrêt des soins, arrêt des traitements, acharnement thérapeutique, il y a la réalité concrète, glauque, sordide, glaciale, de la mise à mort. Vincent Lambert n’est pas malade, il n’a aucune pathologie le conduisant à un décès rapide. Il n’est pas en état de mort cérébrale. Il n’est relié à aucune machine qui servirait à le maintenir en vie. D’autres personnes sont certainement plus atteintes, mais d’autres sont sorties de cet état de conscience floue, dit pauci-relationnel, après de longues années. Il n’est pas en fin de vie, son état n’est pas désespéré, il faut juste le nourrir et l’hydrater, prendre soin de lui.

Le paradoxe de la 1ère tentative de mise à mort est de prouver que Vincent Lambert est vivant et en excellente santé. En effet, entre le 10 avril et le 9 mai 2013, il n’a reçu aucune alimentation pendant 30 jours et juste l’équivalent d’un verre d’eau par jour. Et il n’est pas mort ! Bien, au contraire, depuis lors, il a même retrouvé le réflexe de la déglutition et les essais de le faire manger et boire par la bouche ont été couronnés de succès en juin 2015. Par une sorte de miracle, il n’a même pas de séquelles des précédentes tentatives de mise à mort ratées.

L’alibi de la soi-disant fin de vie pour le mettre à mort ne tient pas. Il n’est pas du tout en fin de vie.

On notera aussi l’imposture consistant à parler de « traitement », alors qu’il s’agit de nourrir. Donner le sein à son enfant serait donc un « traitement médical » ? On croit rêver. Honte à la CEDH, la Commission soi-disant Européenne des Droits de l’Homme, qui a justifié les tentatives de mise à mort. Pour comble, les juges minoritaires (cinq) qui ont voté contre ne sont pas européens : géorgien,  azéri, etc. C’est tout dire sur le niveau de putréfaction mentale et morale des Européens si les seuls juges qui s’opposent à la mise à mort et à l’euthanazie sont extérieurs à l’Europe. Quelle décadence lamentable.

La dignité pour les morts et l’anonymat pour les (doc)tueurs

La fiche wikipédia consacré à Vincent Lambert (consultée le 26 juillet 2015) ne mentionne pas les noms des « médecins », Daniela Simon et Ana Oportus, les deux opératrices dévouées à la mise à mort. Le droit de mourir « dans la dignité », comme disent les Pro-Euthanazie, apparemment c’est le droit de mettre à mort dans l’anonymat. Tuer, oui, mais sans laisser sa carte de visite sur le cadavre. On mesure bien toute la lâcheté et l’hypocrisie de ce concept fétide de « dignité ». Qui sont ces « médecins », ces doctueurs, qui prétendent tuer « dans la dignité », sans qu’on voit ce qu’ils font, sans qu’on sache comment ils s’appellent ? On appelle ça « l’équipe médicale », c’est-à-dire personne, nobody, rien, mais à la fin, il y a la mort.

On notera aussi que pour les Pro-Euthanazie, il est digne de tuer Vincent Lambert et il est indigne de montrer qu’il est vivant. Honte au CSA, le Comité de Sécurité Audiovisuelle, qui voulait censurer la vidéo qui le montre bien vivant et réactif. Il paraît que ses réactions ne seraient que des espèces de réflexes neuro-musculaires. Il n’en reste pas moins que cette vidéo est le début du déraillement du rouleau-compresseur de la Culture de Mort. Des millions de personnes ont pu voir que Vincent Lambert est bien vivant. Même les Polonais proposent de le soigner chez eux !! Le problème commence à prendre une ampleur mondiale.

Panique chez les marchands de mort

Pour les Pro-Euthanazie, il apparaît de plus en plus clairement que Vincent Lambert est une mauvaise pioche, une mauvaise proie, pour faire avancer leur agenda mortifère. En effet, l’alibi de tuer en faisant semblant de laisser mourir ne tient pas debout, car la proie est bien vivante et ne mourra pas toute seule avant longtemps. Il y a un gros hic.

C’est la panique chez les marchands de mort. Si la 3ème tentative de mise à mort de Vincent Lambert a été annulée par le CHU de Reims, c’est parce que la situation est de plus en plus intenable sur le plan moral, juridique et médiatico-politique. Avec un sens de l’humour très particulier, l’indescriptible MST, le ministre de la Santé MariSol Touraine, et le CHU de Reims considèrent que les conditions de sérénité (sic!!) ne sont pas réunies pour prendre une décision d’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert. En clair, il faut comprendre qu’on ne peut pas le faire crever en douce, sans que ça ne se voit trop qu’il y a un problème. Zut alors, c’est raté…

Comment justifier de tuer quelqu’un, qui n’est pas en fin de vie ? Les 2 tentatives de mise à mort font d’ailleurs l’objet d’une plainte depuis le 18 juillet 2015 pour tentative d’assassinat, séquestration et maltraitance devant le tribunal de Reims. Pour les opératrices de la mise à mort du CHU de Reims, ça commence à chauffer. En outre, elles font aussi l’objet d’une plainte auprès du Conseil de l’ordre des Médecins. C’est raté, et en plus il y a maintenant au procès au pénal.

Comme on dit dans les milieux de la communication, l’heure est au contrôle des dommages, au « damage control ». La situation commence à partir sérieusement en vrille. Il n’est plus possible de faire crever Vincent Lambert en douce, en s’abritant derrière du verbiage médico-légal et des procédures opaques pour emballer la mise en mort dans un paquet-cadeau présentable. Rien ne va plus dans le monde enchanté de l’euthanazie dans la dignité.

Attendons de voir comment le Système va gérer le déraillement du rouleau-compresseur de la Culture de Mort.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP : Les vaccins en question

Les vaccins en question – avec une préface d’Alexandra Henrion-Caude

Le livre de la biologiste américaine Pamela ACKER “Les vaccins en question”, ouvrage préfacé dans sa version française par la généticienne Alexandra HENRION-CAUDE, ancienne directrice de l’INSERM et spécialiste de l’ARNm, avec une postface du Docteur Roullet bien connu de nombreux poitevins .

Ce livre a le grand mérite d’aborder la biologie et la technique vaccinale mais avec l’éclairage de la morale, et la mise en perspective des conséquences secondaires réelles mais bien souvent ignorées. Les intérêts et les manipulations des grands groupes pharmaceutiques ne sont pas oubliés !

17 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :