Russie – Au cours de sa grande conférence de presse de ce 20 décembre, Vladimir Poutine a abordé des sujets très variés de politique nationale et internationale. Parmi les sujets évoques, Vladimir Poutine a parlé des Gilets Jaunes.

Le président russe a commenté la situation française, considérant que la hausse de l’essence a été le «prétexte» permettant de faire entendre un mécontentement plus général émanant en particulier «des Français de souche», et soutenu par «plus de 70 % de la population».

Vladimir Poutine a évoqué l’exemple des «Parisiens de souche qui ont été obligés de partir vivre en banlieue» mais doivent effectuer des allers-retours quotidiens pour se rendre au travail.

Mais Poutine a ajouté qu’«Il ne serait pas correct d’évaluer l’action des pouvoirs français», répondant ainsi indirectement à ceux qui l’accusent d’ingérence.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. Isabelle P says:

    Pas de souci, dans le genre “pas correct”, on a des spécimens.

  2. Les Français les vrais (ils existent) doivent ils supporter encore et toujours les invasions de plus en plus intrusives dans les médias, pub, ciné, fictions des chaines publiques au nom d’une diversité qui n a pas lieu d’être en France et en Europe !
    Si écrire cela c’est être un raciste alors je le suis !

    • DiesIrae says:

      Pas de panique. La propagande en place depuis au moins 40 ans a mis l’accent sur la culpabilisation. Nos aînés, nos pères, ont sué sang et eau pour bâtir ce pays et nous devons continuer sans chercher à savoir si nous sommes racistes ou non. Nous sommes ici chez nous, n’en déplaise aux bobos gauchos nomades qui veulent sauvegarder leurs prébendes.

  3. Gabriel Zallas says:

    Poutine… Trump… des hommes politiques que l’on écoute attentivement vu le poids de leur analyse. Cela rappelle un peu les conférences de presse du Général De Gaulle qui avait une vue d’ensemble et des points de vues responsables et non des coquilles vides de sens des derniers Présidents qui en fait n’ont rien à dire d’intéressant sinon de creuses banalité sussurées dans l’oreillette par leur conseillers. C’est là que l’on se rend compte du vertige de la chute de notre pays qui se paupérise avec nos guignols malfaisants.