Il existerait dans l’Église officielle un mouvement anti-Bergoglio qui voudrait mettre à sa tête le cardinal Müller :

« On risque une séparation qui pourrait déboucher sur un schisme. Je reste avec Bergoglio mais qui pose des questions doit être écouter. »

C’est ce que laisse entendre lors d’un entretien avec le quotidien italien Le Corriere della Sera l’ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard Müller :

« Il y a un front de groupes traditionalistes, ainsi que progressistes, qui voudraient me voir chef d’un mouvement contre le pape »,

déclare-t-il au journaliste Massimo Franco.

« Mais je ne le ferai jamais. J’ai servi l’Église pendant 40 ans comme prêtre, 16 ans comme professeur de théologie dogmatique et 10 ans comme évêque diocésain. Je crois en l’unité de l’Église et je ne permets à personne d’instrumentaliser mes expériences négatives des derniers mois. Les autorités de l’Église, cependant, doivent écouter qui émet des demandes sérieuses ou des réclamations justes ; non l’ignorer ou, pire, l’humilier. Autrement, sans le vouloir, on court le risque d’une lente séparation qui pourrait déboucher sur un schisme d’une partie du monde catholique, désorientée et déçue. L’histoire du schisme de Martin Luther d’il y a 500 ans devrait nous enseigner surtout quelles erreurs évitées. »

Le théologien allemand semble faire référence à l’absence de réponse du pape François aux dubia soulevés par quatre cardinaux sur Amoris laetitia l’an dernier. Si deux d’entre eux sont décédés, les cardinaux Burke et Brandmuller attendent toujours.

Dans la suite de l’entretien, il laisse transparaître ses critiques envers les méthodes introduites au Vatican depuis l’élection de Jorge Maria Bergoglio  et apparaître sa préoccupation quant à la déplorable atmosphère ainsi créée :

« Attention : si ressort la perception d’une injustice de la part de la Curie romaine, presque par force d’inertie on pourrait mettre en route une dynamique schismatique, difficile à récupérer. Je crois que les cardinaux qui ont exprimé des doutes sur Amoris laetitia, ou les 62 signataires d’une lettre de critiques, même si excessives, adressée au pape doivent être écoutés, et non liquidés comme des « pharisiens » ou des personnes grincheuses. La seule façon de sortir de cette situation est un dialogue clair et franc. Au lieu de ça, j’ai l’impression que dans « le cercle magique » du pape il y a plutôt des personnes qui se préoccupent surtout d’espionner des présumés adversaires, en empêchant ainsi une discussion ouverte et équilibrée. Ranger tous les catholiques selon les catégories d’« ami » ou d’« ennemi » du pape est le dommage le plus grave qu’ils causent à l’Église. On reste perplexe lorsqu’un fameux journaliste athée se vante d’être un ami du pape tandis qu’en parallèle un évêque catholique et cardinal comme moi est diffamé comme étant un adversaire du Saint Père. Je ne crois pas que ces personnes puissent me donner des leçons de théologie sur le primat du Pontife romain. »

Si le cardinal Müller ne considère pas l’Église actuelle plus divisée qu’au temps de Benoît XVI il la voit plus affaiblie à cause des collaborateurs du pape :

« Je la vois plus affaiblie. Nous avons des difficultés à analyser les problèmes. Les prêtres sont rares et ils donnent des réponses plus organisationnelles, politiques et diplomatiques que théologiques et spirituelles. L’Église n’est pas un parti politique avec ses luttes pour le pouvoir. Nous devons discuter sur les questions essentielles, sur la vie et la mort, sur la famille et les vocations religieuses, et non en permanence sur la politique ecclésiastique. »

Quant à la popularité de François, il la décrit, subtilement, comme stérile :

« Le pape François est très populaire, et cela est bien. Mais les personnes ne participent plus aux sacrements. Et sa popularité parmi les non-catholiques qui le citent avec enthousiasme ne change pas malheureusement leurs fausses convictions. Emma Bonino, par exemple, loue le pape mais reste ferme sur ses positions concernant l’avortement que le pape condamne. Nous devons être attentifs à ne pas confondre l’énorme popularité de François, qui est aussi un énorme patrimoine pour le monde catholique, avec une vraie reprise de la foi. »

« Ni la théologie populaire de certains monsignori ni la théologie trop journalistique d’autres ne suffisent »,

continue-t-il.

« Nous avons besoin aussi de la théologie au niveau académique. »

« D’accord pour la communication. François tend justement à souligner la superbe des intellectuels. Cependant, parfois, les superbes ne sont pas uniquement eux. Le vice de l’orgueil est une empreinte du caractère et non de l’intellect. Je pense à l’humilité de Saint Thomas, le plus grand intellectuel catholique. La foi et la raison sont amies. »

« J’ai la sensation que François veut écouter et intégrer tout le monde. Mais les arguments des décisions doivent être discutés auparavant. […] Le rapport entre le pape et la Congrégation pour la doctrine de la foi était et sera toujours la clé pour un pontificat fructueux »

déclare-t-il. Le cardinal semble n’avoir toujours pas digéré la « blessure », ainsi la nomme-t-il, de ses trois collaborateurs licenciés un peu avant sa propre destitution due à des dénonciations anonymes :

« Le pape me confia : « Certains m’ont dit anonymement que vous êtes mon ennemi » sans préciser dans quelle mesure »,

raconte-t-il dans l’entretien.

Si le cardinal Müller n’est donc pas disposé à prendre la tête d’une fronde contre François et se déclare fidèle au pape, ces paroles publiées hier 26 novembre témoignent de l’existence d’une division interne à l’Église officielle que certains voudraient nier : tandis que François et certains collaborateurs veulent poursuivre en pratique, et cela en toute logique, la révolution moderniste et progressiste doctrinale, morale, liturgique, sacramentelle, initiée au concile Vatican II, et qui entraîne, pour reprendre le mot de Mgr Lefebvre « l’Église dans autre chose que l’Église catholique », certains autres ecclésiastiques conciliaires, que l’on considèrera comme conservateurs, aspirent à fixer des bornes à cette révolution qu’ils chérissent eux-aussi cependant. Là se situe la véritable problématique à laquelle est confronté le cardinal Müller sans le savoir.

Être ou ne pas être du concile Vatican II telle est la question salvatrice pour le monde catholique…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

14 commentaires

  1. Cadoudal says:

    un pape qui canonise Luther n’ est pas très catholique;

    c’est évident.

    mais aucun cardinal ne voterait aujourd’hui pour un nouveau st Pie X: toute la crise de l’ Eglise là.

    • Votre cardinal place la religion… au-dessus de Dieu.
      La religion doit survivre… et tant pis pour Dieu.

      • @Drago On voit bien ce que cela donne quand on met l’homme au-dessus de Dieu, comme toutes les idéologies mortifères, des Lumières à la Terreur , de Staline à Mao, de Hitler à Pol Pot , des Cathares aux protestants etc….C’est Jésus qui a fondé l’Eglise, porteuse du Salut, et Jésus est Dieu, au cas où vous l’auriez oublié

        • Non je ne l’ai pas oublié.
          Je suis orthodoxe et c’est lui qui est le seul Chef de notre Eglise et nul autre.
          Chez vous il semble bien qu’il ne soit que… « Christ Roi de France ».
          Rendons aux Rois leur trône…. et à Jésus le sien.

        • A signaler également vite fait que « Christ Roi de France » c’est, si je ne me trompe, rester coincé à la Deuxième Donation de votre Jeanne d’Arc (Triple Donation).

  2. Pardonnez-moi j’oubliais.
    « Christ Roi de France ». Les Rois de France devaient allégeance… au Vatican.

    • Oui, Drago, parce qu’ils avaient sécédé du saint Empire Romain. Par contre, quand l’archevêque et Prince-Électeur de Cologne, Archichancelier du Saint Empire pour sa nation italienne, couronnait le Saint Empereur (le plus récemment en 1792), il le faisait en député du pape. Quelle était la relation à Constantinople de l’Empereur de l’Est au Patriarche Œcuménique ?

    • cadoudal says:

      les rois de France faisaient serment à Reims , lors de leur sacre, de protéger l’ Eglise, de gouverner le peuple catholique de France , de lutter contre les hérésies..

      c’ était une autre civilisation, anéantie par la Révolution maçonnique anti-chrétienne.

      les Présidents de la République promettent, devant le B’Nai Brith , de lutter contre l’ antisémitisme, valeur fondamentale de la République et d’ exécuter les instructions du Crif

  3. anne collay says:

    Je vous recommande vivement la lecture du livre de Malachi Martin « La maison battue par les vents ». Tout y est expliqué… L’église a hérité, suite au complot contre Benoit 16, d’un Pape parfaitement et très subtilement mondialiste. Petit à petit, celui-ci prône le rassemblement de toutes les religions, il commence en rabaissant sans cesse le catholicisme, pratiquant ainsi une sorte de lavage de cerveau qui débouche sur la culpabilité à ne pas aimer suffisement les autres (religions), le scandale du prosélytisme qui agresse nos frères croyants…
    C’est ainsi que l’humanisme tend à devenir la religion mondiale. On est en plein dedans, tel qu’annoncé dans le livre de l’apocalypse. C’est pourquoi je me méfie beaucoup de ces histoires de complots de traditionnalistes, je pense plutôt que c’est un bon moyen de faire de ce pape une victime pour aveugler nos frères et soeurs mal informés…

    • On remarquera –sans offenser personne– que la laïcité est bien plus dévastatrice que le pire des Bolchévismes.
      Le Bolchévisme a détruit le corps mais pas l’âme.
      La laïcité… c’est l’inverse.
      Ce qu’on a renié librement en France… certains se font décapiter sans renoncer.

  4. ‹ « […] Je reste avec Bergoglio mais qui le demande doit être écouter. »

    ‹ C’est ce que laisse entendre lors d’un entretien avec le quotidien italien Le Corriere della Sera l’ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Gerhard Müller […] ›

    Si le quotidien italien comprend « qui le demande doit être écouter », il a plus de compréhension que moi.

    • ‹ « […] L’histoire du schisme de Martin Luther d’il y a 500 ans devrait nous enseigner surtout quelles erreurs évitées. » ›
      Il serait certainement intéressant d’être instruits sur ces erreurs évitées pour être sûr de ne plus les éviter.

      • « […] sa préoccupation quand à la déplorable atmosphère ainsi créée : […] » :
        quantum ≠ quando

    • Niicodème says:

      doit être écouté …

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

27,10 % récoltés 30.618 € manquants

11382 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 30.618 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com