uniforme-austro-hongroisPour le 60e anniversaire de la révolte du peuple hongrois de 1956, plutôt que de refaire la chronologie des évênements qui est lue partout ailleurs, procédons à une lecture alternative des événements, en mettant le projecteur sur des faits oubliés.

On ne peut pas comprendre la révolution contre l’oppression communiste de 1956 et la répression féroce qui s’en suivit sans avoir à l’esprit le rôle important qu’à joué en Hongrie la communauté juive. Le 20 mars 1919, les communistes s’emparaient déjà du pouvoir en Hongrie et faisaent régner la terreur. Leur chef était un petit gratte-papier vivant d’escroqueries dans le milieu des assurances, un certain Aaron Cohen qui se faisait appeler Bela Kun. Il composa son gouvernement dont la répartition ethnique était totalement en décalage avec celle du peuple hongrois : les Juifs y détenaient 18 postes sur 26, dont le secrétaire général du gouvernement (Kuhn), le Commissaire du Peuple pour les affaires intérieures (Landler) et son adjoint (Weiss dit Bela Vago), le commissaire à l’agriculture (Hamburger), celui aux finances (Weichselbaum dit Varga) et son adjoint (Schlesinger dit Szkely), celui à l’éducation (Kunstater dit Kundi) et son adjoint (Löwinger dit Lukacs), celui à la guerre (Schwartz dit Pogany) et son adjoint (Tibor Szamuelly), celui à la justice (Rosentegl dit Ronal) et son adjoint (Ladai)… En bref, tous les postes clés. On assistant à des massacres de masse de religieux catholiques et même d’agressions sexuelles massives contre les gamines des écoles catholiques, ce qui n’est guère étonannt quand on sait que toute la hierarchie policière de Budapest avait été recrutée dans le ghetto et que le responsable de la liquidation des biens de l’Eglise était Oszcar Faber, en ficelle du même métal.

La Hongrie retrouvant la liberté suite à une intervention franco-roumaine, les années trente marqua une prise de conscience très forte du peuple hongrois. Alliée à l’Allemagne dès 1938 pour reprendre les terres qui lui avait été volées par le Traité de Trianon, la Hongrie fut avec l’Italie légitime le seul allié qui lui resta fidèle jusqu’au bout. Défendant pied à pied Budapest, la Hongrie dut céder et connu à nouveau le cauchemar. Deux anciens ministres de Bela Kun étaient d’ailleurs dans les fourgons de l’armée rouge. Une nouvelle fois, la même ethnie minoritaire fournit la majorité des bourreaux, toujours au poste clés, comme au même moment la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie et bien sur l’Ukraine martyre, connaissait le même sort.

A la tête du pays, Rosenkrenz dit Rakosi remplace le Bela Kun de 1919. Dans ce régime communiste là, ce n’est plus Landler à l’Intérieur, mais Gerö puis Szebeni. Ce n’est plus Hamburger à l’agriculture, mais Egry. Varga revient aux finances. Plus Kundi à l’éducation mais Rabinovtis dit Revai. Plus Pogany à la guerre, mais Freedmann dit Farkas et plus Ronal à la justice mais Dessi… ejusdem farinæ… Quant au journal stalinien Szabad Nep, si chéri de Telerama, on comprend mieux pourquoi quand on sait que son directeur était Moises Kahana dit Josef Revai…

L’Eglise catholique est bien entendue, comme en Pologne avec PAX et le fameux « agent Lolek », infiltrée par les communistes, également par la même utilisation de marranes. Si certains hauts dignitaires hongrois furent d’ascendance juive mais défendirent la Sainte Eglise Catholique (Mgr Vilmos Fraknoi,), d’autres s’avérèrent des marranes infiltrés, tels le tristement célèbre Mgr Laszlo Paskai, fait cardinal par Jean-Paul II et agent de la police politique hongroise (mais son nom de code à lui n’était pas Lolek…) La réunion de l’école des cadres de Moscou de 1935 ayant déjà portée ses fruits, des postes-clés du Vatican étaient déjà sous contrôle soviétique, notamment par le biais du jésuite Tondi, agent du NKVD depuis 1936, qui fit arrêter de nombreux prêtres antimodernistes de l’autre côté du rideau de fer, du bénédictin Brammertz recruté en 1960 par la Stasi et l’ami personnel de Jean-Paul II, le père Hejmo. Le poids de l’infiltration communiste dans l’église empêcha l’élection du cardinal Siri en lieu et place de Jean XXIII (qui bénéficiait aussi depuis 1947 de soutiens fraternels).

En 1956, le peuple Hongrois se révolte, comme les Polonais quelques mois plus tôt, comme les Allemands en 1953, comme les Baltes et les Galiciens depuis 1945. L’Espagne est prête à leur envoyer des armes. Ils ne savent que trop, dans la péninsule ibérique, ce que c’est que de subir la schlague des moscoutaires. Ignoblement, les radios américaines incitent les Hongrois à se révolter mais avec la ferme intention de les laisser tomber. USA et URSS, surtout à cette époque, avaient un accord tacite : l’URSS pouvait écraser l’Est, Hongrie, Tchécoslovaque et Pologne seraient abandonnées à leur triste sort. Les USA, en contrepartie, pouvait liquider les partis ou régimes communistes dans sa zone, Moscou n’irait pas plus loin que les mêmes appels non suivis d’effets.  Les deux capo del capi savaient jusqu’où ne pas aller. En 1956, c’était même l’idylle entre les deux camps, cousinage oblige. Qui dirige l’URSS une fois Staline assassiné en 1953 ? Commence à poindre la figure de Salomon Perlmutter, alias Nikita Khrouchtchev. L’un des pères du génocide ukrainien de 1933 avec Lazare Moïsevitch Kaganovitch, ce que les historiens juifs Montefiore et Halfin définirent comme le plus grand crime juif de l’histoire, et ce, à tous les niveaux (il est d’ailleurs intéressant de noter que toutes les négationnistes de l’Holodomor pratiquent la solidarité ethnique, je ne mets pas de noms n’étant pas un délateur, mais je les ai en stock). Qui dirige la répression sauvage en Hongrie ? Le fils d’un grec de Russie appelé Andropoulos, nom russifié en Andropov.  Mais Andropoulous n’est que son père adoptif, le nom de son père biologique est inconnu. Maman Andropov, née Faynstein, n’ai jamais donnée l’identité du père.

Et de l’autre côté du rideau de fer, qui est président des Etats-Unis ? Dwight David Isaac (« Ike ») Eisenhower. Les livres d’histoires le donne comme de confession protestante. Soit. Personnellement, je préfère me fier à l’annuaire 1915 de l’académie militaire de West Point où il se présente comme un juif suédois. Ce qui permettrait de comprendre pourquoi il a fait mourir de faim 900.000 prisonniers de guerre allemands, donnant ordre à ses hommes de tuer les enfants voulant nourrir leurs pères, et pourquoi il a fait assassiner le général Patton, mettre au placard le général Ward (20e division blindée) pour le crime suivant : avoir demandé aux soldats américains de donner leur ration de chocolat aux enfants allemands mourant de faim…  sans parler du « suicide » de l’amiral Forrestal, ami de Joseph Kennedy. On peut aussi expliquer par ce cousinage sa haine contre Joseph McCarthy que l’histoire et l’ouverture des archives soviétiques réhabilita (la quasi-totalité des personnes qu’il avait désigné comme traitres communistes l’étaient !), sa volonté de détruire l’indépendance européenne, tant en Indochine qu’en Algérie ou à Suez. C’est d’ailleurs en 1954 qu’un visionnaire de génie, profondément catholique, prophétisa : «La Troisième Guerre Mondiale n’aura pas lieu entre l’URSS et les Etats-Unis, mais entre l’Europe et un islam armé et instrumentalisé par les Etats-Unis ».  Le nom de ce génie ? L’Amiral canadien William Carr… On parle des Etats-Unis, mais y a aussi la Grande-Bretagne : elle est dirigée par Anthony Eden, neveu par alliance de Churchill, né des amours adultérins entre le roi Edouard VII et la cocotte Jenny Jerome (Jacobson jadis, comme l’admis la presse israélienne). La fille de Churchill, Sarah, eut pour impresario Théodore Kaufman, l’homme qui projeta en 1941 l’extermination de la population allemande, projet repris partiellement par Henry Morgenthau Jr  en 1944 (plan approuvé par Churchill et Roosevelt) mais annulé en 1948 suite à la rupture d’alliance par Staline après avoir été rempli au tiers (6 millions de morts de faim sur les 20 millions prévus)…  Comme disait une personne qui savait ce qu’elle disait, Walter Rathenau : « Trois cents hommes, qui se connaissent tous personnellement, dirigent les destinées économiques de l’Europe et choisissent entre eux leurs successeurs »…

Aujourd’hui, la Hongrie est libre mais sous la menace d’une nouvelle mouture tyrannique : l’Union européenne, née dans les cartons de l’occupant américain mais que le génial Boukovski avait surnommée l’UERSS… Comptant sur la Hongrie pour savoir se défendre contre la 3e génération, celles des Merkel, des Hollande, Attali, Camerone… Il y a de sinistres atavisme céans. Comme dit la chanson :

Dans le jardin de nos pères

tout va de mal en pis (bis)

tous les vautours du monde

viennent y faire leur nid…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

19 commentaires

  1. Selak SASPAS says:

    Après ça on fait la guerre au burkini !

  2. Imposture says:

    Les secrets du communisme par l’historien estonien Jüri Lina :

    Partie 1

    https://www.youtube.com/watch?v=PMB8Y2LR1Zs

    Partie 2

    https://www.youtube.com/watch?v=YZhIoCr1-ME

    Ne mourrez pas ignorant, un natio averti en vaut 1000 !

  3. Eisenhower juif ? Au moins autant que Lénine. A ce train là je dois être juif moi aussi.
    Ceci dit j’aime bien votre façon de réécrire l’histoire, assassinat de Patton par exemple. Mais Hollywood vous a déjà devancé.

    • Lénine était juif. Sa mère s’appelait Blank et son grand-père était devenu marranne pour devenir médecin.
      Poutine a déclaré devant les dirigeants juifs russes que 80 % des chefs bolcheviks étaient juifs. Ils n’ont pas mouftés…

      • Les parents de Lénine étaient des chrétiens orthodoxes. Mais bon la même rumeur a existé pour Staline.

        • Faux… Lisez Orlando Figes, A People’s tragedy : the Russian revolution 1891-1924, Penguin Books, 1998 (ISBN 978-0712673273) C’est un fait NOTOIRE et ADMIS.
          Pour Staline, il l’était par son père, fut formé par le docteur Weisbrod et fut marié à 3 juives… Même s’il a pris ses distances avec les Juifs de 1936 à 1939 et de 1949 à 1953,d’où sa réutilisation aujourd’hui.

          • Faux pour Lénine ou pour Staline ? Parce que pour Lénine je vais reprendre un commentaire que j’avais déjà posté : Vladimir Ilitch Oulianov naît à Simbirsk le 22 avril 1870 (selon le calendrier grégorien) dans la famille d’un fonctionnaire anobli par le tsar.
            Ses parents sont orthodoxes comme la grande majorité des Russes. Dans son ascendance, on note un arrière-grand-père serf, très tôt affranchi. Un grand-père marié à une Kalmouke. Un grand-père maternel lui-même fils d’un Juif et d’une Suédoise, marié à la fille de riches propriétaires allemands, luthérienne convaincue.
            En me plaçant un instant dans une perspective « racialiste », sachant que le père de son grand-père maternel était juif, je pourra estimer que Lénine avait 12,5 % de « sang » juif. Mais que ferait-on des 87,5 % qui restent ? En vertu de quel principe un huitième prévaudrait vis-à-vis de sept huitièmes ?

          • Dans sa jeunesse, Staline avait été séminariste, car sa mère, Ekaterina Gavrilovna Gueladzé, chrétienne orthodoxe fervente, voulait faire de lui un prêtre.
            dans le religion juive c’est la transmission par la mère pas par le père.
            Je regarderai demain si la bibliothèque du département histoire a votre livre.

  4. Bardamu says:

    Eisenhower est bien présenté dans les archives de West Point comme « Terrible juif suédois ». C’est bien lui qui a interdit de nourri les 900.000 prisonniers allemands. Qui donc réécrit l’histoire ici ? Nul autre que le troll perfectionné MCF68 !

    • Vous devriez évitez de prendre les références de gens qui ne sont pas chercheurs et encore moins historiens comme James Bacque. Après vous faîtes comme vous voulez.
      Si vous voulez vous ouvrir l’esprit (et je vous rassure, l’ouverture d’esprit çà ne limite pas à une fracture du crâne) je vous recommande ceci https://www.amazon.com/Faith-Presidency-George-Washington-Bush/dp/0195395964
      Maintenant être juif avec une mère qui fait partie des témoins de Jéhovah (?!?), çà doit être quand même curieux. Mais on dit que passer les bornes il n’y a plus de limites.

      • Quant à Bacques, ses travaux sont très sérieux. Il n’est pas moins historien que Wiesenthal, Karmazyn, Wiesel et autres… Il est historien au sens exact du mot. Prenons la définition de Wikipedia : «  »Un historien est une personne qui étudie ou communique sur l’histoire en produisant un discours respectant une méthode scientifique. Il a pour tâche de produire des recherches originales en rapportant des faits passés, de les catégoriser, puis d’en proposer une interprétation équilibrée et justifiée par des sources, sous le contrôle du public informé. Le titre d’historien n’est pas reconnu professionnellement »
        C’est exactement ce qu’il est…

        • Mais le titre de chercheur oui.Pour vous je ne sais pas mais pour moi Wiesenthal, Karmazyn, Wiesel ne sont pas des chercheurs en histoire.
          James Bacque (sans s pour moi) n’a publié dans aucune revue d’histoire. Et ses « travaux » ne sont cités d’ailleurs par personne dans le cadre de la recherche universitaire. Pour ce que j’en ai lu il n’y a même que des critiques. Un travail « bacquelé »en quelque sorte.

          • Vous avez mal lu alors… Recherche universitaire = gamelard tremblant pour son poste…
            Donc, Wiesenthal et Karmazyn ne sont pas fiables, merci de votre aveu.

            • « Donc, Wiesenthal et Karmazyn ne sont pas fiables ». Absolument. Ce ne sont pas des chercheurs en histoire. Des écrivains des essayistes mais pas des chercheurs; Je les mets dans la même catégorie que James Bacque
              Vous connaissez mal la recherche universitaire. En France tout du moins. Les maîtres de conférence et les professeurs d’université ne tremblent pas pour leur poste. Pour ces derniers (j’en sais quelque chose) ils sont d’ailleurs maîtres de leur recherche.

  5. Eisenhower est donné comme juif, se défini comme juif dans l’Annuaire de West Point de 1915, page 85. Le reste n’a aucune importance. Témoin de Jéhovah ? Ca sent une conversion…

    • Il n’y aucune preuve que ce soit autre chose qu’une plaisanterie.D’ailleurs d’après un de mes collègues l’annuaire l’appelle aussi Mr Incompétent.

      • Ce qu’il était d’ailleurs… Eisenhower était un officier lamentable, bien loin de Patton et Mc Arthur.

        • Si vous avez raison, mais je ne pense pas, ce n’est pas Eisenhower mais ceux qui l’on promu régulièrement du lieutenant de West-Point au général 5 étoiles qu’il est devenu. J’aimerai bien être incompétent comme çà.
          A titre personnel je trouve Omar Bradley supérieur à Patton.

          • ceux qui l’on promu régulièrement du lieutenant de West-Point au général 5 étoiles qu’il est devenu « qui étaient lamentables »

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com