Nous ne reprendrons pas ici les commentaires multiples qui honorent chaque année le souvenir de la mort tragique du roi Louis XVI et qui rappellent la première grande imposture historique dite “nationale” : l’inique “procès” et l’assassinat déguisé en forme d’exécution du roi par les “représentants” de la monstrueuse mutation de notre pays en “nation” dite française, en devenir.

Si on y réfléchit bien, il s’agit de la première manifestation publique et politique des suppôts de la Grande Loge d’Angleterre recrutés en France, derrière et avec les Encyclopédistes, le prince d’Orléans, etc.
La mort du roi, toute symbolique qu’elle était, allait apparaître d’abord comme la caution de tous les massacres révolutionnaires, des 18 000 guillotinés, des noyés de Nantes, etc., etc.
Voire même du génocide vendéen.
Et bien sûr, au nombre des assassinés allaient figurer la reine Marie Antoinette et madame Elisabeth.

Les tueurs de la nation s’enfoncèrent dans une folie sanglante, dans un vertige de meurtres “légitimes” et légalisés, qui ne s’achèvera – justice immanente – que par la liquidation, toute aussi officielle et légale, de ses instigateurs avec l’exécution des Robespierre, Danton et leurs complices.

C’était la première fois dans l’histoire moderne qu’un tel acharnement se manifestait : la volonté d’éradication systématique de la légitimité royale par la liquidation de toute une famille, l’anéantissement préventif planifié de toute résurgence de la royauté au motif de la continuité.
Et comme on va le voir le sort du roi Louis XVI va faire école… quelques cent trente ans plus tard !

Le seul précédent historique de ce genre avait été l’exécution de Charles I d’Angleterre (30 janvier 1649) par les séides de Cromwell à qui on doit reconnaître la triste paternité des procès politiques dynastiques.
On lui doit aussi, en remerciement de leur appui enthousiaste, le rappel des juifs – négocié par Manoel Dias Soeiro, dit Manasse ben Israël, rabbin kabbaliste originaire de Madère : Cromwell abolit en 1656 le décret de 1290 qui avait expulsé la communauté juive d’Angleterre.
Mais la disparition du roi n’avait pas mis un terme à la continuité dynastique, sa famille ayant été préservée, et la monarchie fut rapidement restaurée en Angleterre.
Elle s’y maintient toujours aujourd’hui, forte d’une indéniable ferveur populaire.
Le souvenir des massacres de Cromwell a mis durablement l’Angleterre à l’abri de la république !

En cette année de commémoration du centenaire de la Grande Guerre, il n’est pas inutile de rappeler que la Grande Guerre s’est cristallisée autour de deux protagonistes : Triple Entente contre Triple Alliance.
Et soyons clairs, aucun historien, aucun commentateur, n’oserait aujourd’hui soutenir que les armées des empereurs François Joseph et Guillaume II n’avaient pas l’avantage.
Jusqu’en 1917, les armées alliées purent limiter les dégâts grâce à l’existence du fameux front de l’est qui mobilisait nombre de régiments austro-allemands qui auraient permis d’emporter la victoire s’ils s’étaient déployés sur le front occidental.
Dans ce contexte l’avènement de la révolution russe, et surtout la paix de Brest-Litvosk furent ressenties comme une catastrophe pour les armées de l’ouest… Mais pas du tout par nos politiques !
(L’avènement de la révolution russe était annoncé à la Chambre, par Clemenceau, dès août 1916 !)

Le communisme soviétique a été initialement financé par les cercles financiers juifs, mais aussi soutenu par des loges maçonniques, notamment celles dépendant ou ralliées au « Grand Orient », obédience devenue athéiste depuis le passage d’Adolf Crémieux, et, pour ce fait, exclue de la maçonnerie régulière par la Grande Loge d’Angleterre.
Winston Churchill, souligne dans un article publié dans l’édition du 8 février 1920 de l’Illustrated Sunday Herald que le Bolchevisme était
«une conspiration à l’échelle mondiale pour le renversement de la civilisation et pour la reconstitution de la société sur la base de l’arrêt du développement [économique], de la malveillance envieuse, et de l’impossible égalité».
Il poursuit :
« Il n’y a pas de raison d’exagérer la part jouée dans la création du Bolchevisme et l’apport réel à la Révolution Russe de ces Juifs internationaux, et pour la plupart, athées. Elle est certainement très grande et dépasse probablement en importance toutes les autres. »


A l’exception notable de Lénine (Vladimir Oulyanov), pourtant un quart juif par son grand-père maternel Israël Blank, la plupart des dirigeants communistes qui prirent le contrôle de la Russie en 1917-1920 étaient des Juifs. Léon Trotsky (Lev Bronstein) fut le chef de l’Armée Rouge, et pendant un temps, fut le responsable des Affaires Etrangères des Soviets. Yakov Sverdlov (Yankel Solomon) était à la fois le Secrétaire de l’Exécutif du Parti Bolchevik et — en tant que président du Comité Central Exécutif — chef du gouvernement des Soviets. Grigory Zinoviev (Radomylsky) dirigeait l’Internationale Communiste (Komintern), l’agence centrale pour répandre la révolution dans les pays étrangers, le Commissaire à la Presse, Karl Radek (Sobelsohn), le Commissaire aux Affaires Etrangères Maxim Litvinov (Wallach), Lev Kamenev (Rosenfeld), Moisei Uritsky pour ne citer que les principaux commissaires juifs nommés alors.
– Sur les 22 membres du «Sovnarkom», il y avait trois Russes, un Géorgien, un Arménien, et 17 Juifs.
– Sur les 61 membres du Comité Central Exécutif, cinq étaient Russes, six étaient Lettons, un était Allemand, deux étaient Arméniens, un était Tchèque, un était Imeretian, deux étaient Géorgiens, un était un Karaïm, un était Ukrainien, et 41 étaient Juifs.
– Sur les 36 fonctionnaires dirigeants de la Tchéka, un était Polonais, un Allemand, un Arménien, deux Russes, huit Lettons, et 23 étaient Juifs.
Chez tous ces gens, l’idéologie jacobine est très prisée.
L’exemple français est dans toutes les têtes des idéologues et des chefs des soviets, tout comme l’échec du Commonwealth d’Angleterre du temps de Cromwell.


Très vite une idée s’impose, même si certains osent dire aujourd’hui, pour préserver sa légende, que

« Lénine n’était pas au courant et n’a donné aucun ordre » alors qu’on a des témoignages directs et accablants : il faut liquider toute la famille du Tsar pour asseoir la révolution, tout comme les Français l’ont fait avec la famille du Roi !

Et la liste des massacres est longue !

Du 13 juin 1918 au 28 janvier 1919, dix-huit membres de la famille impériale seront assassinés, parfois dans d’atroces conditions.

Le premier fut Michel Alexandrovitch de Russie… L’éphémère dernier tsar de toutes les Russies!

Grand-duc de Russie, héritier présomptif du trône de 1899 à 1904, pendant une période où l’empereur Nicolas II n’avait pas encore d’héritier mâle, il fut aussi membre du Conseil d’État (1901), membre du Conseil des ministres (1902), inspecteur général de cavalerie (19 janvier 1917), général de division de l’armée impériale de Russie pendant la Première Guerre mondiale.

Il a été brièvement empereur sous le nom de Michel II entre le 15 et le 16 mars 1917, après l’abdication de son frère Nicolas II.

Le grand-duc Michel fut le premier membre de la famille impériale à être assassiné, le 12 juin 1918 à Perm dans l’Oural, extrait de son hôtel puis liquidé par deux sbires…

Le massacre de la maison Ipatiev

L’assassinat de son frère aîné, le tsar Nicolas II et de sa famille, eut lieu le 17 juillet 1918, dans l’entresol de la maison Ipatiev à Ekaterinbourg, avec les fidèles qui l’accompagnaient dans son exil : le Dr Evgueni Sergueïevitch Botkine, Anna Stepanovna Demidova, Alekseï Egorovitch Trupp et Ivan Kharitonov.


Ce massacre, comme le confirme Trosky dans son journal, a eu lieu sur ordre express de Lénine.


L’exécuteur en fut le super intendant Ioukov Iourovski, huitième enfant d’une famille juive orthodoxe. Son père travaillait comme vitrier, sa mère comme couturière.

Au début de 1918, profitant de la prise du pouvoir par les Bolcheviks, il est élu député régional et est nommé Commissaire de justice. Il rejoint la Tchéka régionale et en devient l’un des chefs. Au début de juillet, il obtient le poste de commandant en chef de la villa Ipatiev et sera chargé du massacre de la famille impériale.

Selon la relation qui en est rapportée :

« Les tirs ont eu lieu à bout portant. Iourovski aurait levé son arme et tiré sur Nicolas, qui mourut sur le coup. Les autres bourreaux tirèrent jusqu’à ce que toutes les victimes tombent. Le tsarévitch rampa vers la porte, et le Commissaire bolchevik Peter Ermakov lui défonça le crâne à coups de baïonnette. Les dernières survivantes, Anastasia, Tatiana, Olga, et Maria (dont les diamants cousus dans leurs vêtements avaient servi un temps de gilet pare-balle) sont exécutées tout aussi sauvagement car leurs cris pouvaient être entendus de l’extérieur ! Les corps seront placés dans des draps, conduits en camion dans une fondrière à quelques kilomètres de là, et brûlés à la chaux vive et au vitriol.
Les corps n’étant pas complètement dissous à l’aube, les bourreaux revinrent la nuit suivante. »


Igor Shafarevitch, mathématicien russe mondialement connu, célèbre dissident, défenseur de Sakharov écrivit dans son livre « La Russophobie » :
« Cette action rituelle symbolisa la fin de siècles d’histoire russe, de telle manière qu’elle peut être comparée seulement à l’exécution de Charles 1er en Angleterre et de Louis XVI en France.


On s’attendrait à ce que les représentants d’une minorité ethnique insignifiante se tiendraient aussi loin que possible de cette action cruelle, qui se répercuterait dans toute l’Histoire. Pourtant…

L’exécution fut personnellement surveillée par Yakov Yurovsky qui abattit le Tsar, le président du Soviet local était Beloborodov (Vaisbart) ; la personne responsable pour l’administration générale à Ekaterinburg était Shaya Goloshtchekin.

Pour compléter le tableau, sur le mur de la pièce où eut lieu l’exécution se trouvait une citation d’un poème de Heinrich Heine (écrit en allemand) sur le Roi Balthazar, qui offensa Jehovah et fut tué pour cette offense. En effet le fait que quelqu’un ait cru bon de l’écrire sur un des murs de la chambre du massacre est hautement symbolique !

C’est ce que souligne Shafarevitch…
L’inscription dit :
«Belsatzar ward in selbiger Nacht / Von seinen Knechten umgebracht», c’est-à-dire «Belsatzar fut, la même nuit, tué par ses esclaves.»

L’allusion est limpide : Belshazzar, roi non-juif de Babylone, vit «l’inscription sur le mur» annonçant sa mort (Livre de Daniel, 5). Pour la bible, il fut tué en punition de ses offenses au Dieu d’Israël.

En jouant habilement de la citation de Heine, l’auteur inconnu de l’inscription, visiblement l’un des tueurs, a substitué «Belsatzar» à l’orthographe initiale de Heine «Belsazar», pour signaler encore plus clairement son intention symbolique.
Cette inscription de Heine révèle l’inspiration raciale et ethnique des meurtres :

un roi non-juif venait d’être tué, en un acte revendiqué de vengeance juive !

Le 15 août 2000, l’Église orthodoxe russe annoncera la canonisation des Romanov pour « son humilité, sa patience et sa douceur ».
Le 1er octobre 2008, la Cour suprême de la Fédération de Russie se prononce « pour la réhabilitation et estime que Nicolas II et sa famille ont été victimes de la répression politique ».

Les dernières analyses ADN effectuées prouvent de façon indiscutable que les restes retrouvés sont bien ceux de Nicolas II et de sa famille :

https://www.dna.fr/actualite/2018/07/17/tests-adn-les-restes-sont-bien-ceux-du-tsar-nicolas-ii

Ils pourront sans doute désormais bénéficier d’un enterrement solennel par l’Eglise Orthodoxe et être ensevelies conformément à leur rang.

Le Massacre d’Alapaïevsk

Dans la nuit du 17 au 18 juillet, donc le même jour, à Alapaïevsk (Oural), 5 autres princes de la famille impériale et la grande-duchesse Elisabeth Fiodorovna, sœur de la tsarine Aleaxandra, une autre religieuse et le secrétaire du prince, seront jetés blessés mais vivants dans un puits de mine où ils décèderont, plusieurs jours plus tard, morts de faim ou des suites de leurs blessures.
Sous prétexte de transférer les prisonniers d’Alapaïevsk vers l’usine Verkhine-Sinyatchikhinsky, un groupe de travailleurs dirigé par Piotr Startsev arriva à l’école Napolnaya où étaient gardés les prisonniers.

Vasili Ryabov, l’un des conspirateurs, en a fait cette relation :
« Nous sommes entrés dans le bâtiment de l’école, au travers d’une porte verrouillée, nous réveillâmes deux femmes et nous leur intimâmes l’ordre de s’habiller immédiatement car elles devaient être emmenées dans un endroit sécurisé, car, en ce lieu, il y avait un risque d’un raid armé.
Elles obéirent sans un murmure. Nous leur avons attaché les mains derrière le dos et bandé les yeux, nous les avons escortées, nous les fîmes asseoir dans une charrette qui les attendaient devant l’école. Puis nous sommes entrés dans la chambre des hommes. Nous leur avons dit la même chose. Le prince Ioann Konstantinovitch, le prince Paley ont obéi sans opposer de résistance. Nous les avons emmenés dans le couloir, nous leur avons bandé les yeux, lié les mains et nous les fîmes asseoir dans une autre charrette. Le grand Sergueï Mikhaïlovitch fut le seul à résister »

Le grand-duc Segueï Mikhaïlovitch reçut une balle dans le bras et rejoignit les autres détenus dans la seconde charrette. Les prisonniers furent emmenés hors de la ville vers l’une des mines abandonnées et après leur avoir asséné un coup derrière la tête, ils furent jetés dans la mine, puis il leur fut jeté des grenades, des poteaux, des rondins, certains sont restés en vie après leur chute, ils moururent des suites de leurs blessures et de faim.
Ainsi la blessure du prince Ioann, tombé à proximité de la grande-duchesse Elizaveta Fiodorovna, fut pansée avec son voile de religieuse, le corps du prince Paley fut retrouvé dans une position assise. Les paysans des environs entendirent des chants religieux venant des profondeurs de la mine.

La décision d’exécuter les prisonniers d’Alapaïevsk fut prise uniquement par le Parti Bolchevik d’Alapaïevsk, sans en référer au Parti communiste de l’Union soviétique.
Toutefois, le tchékiste Piotr Konstantinovitch Startsev indique que les exécutions de la plupart des prisonniers à Ekaterinbourg furent ordonnées par le membre du Présidium du Comité régional de l’Oural, Georgi Ivanovitch Safarov (dit Safarian).

Le 1er novembre 1981, les martyrs d’Alapaïevsk (à l’exception de Fiodor Semionovitch Remez) furent canonisés par l’Église orthodoxe russe de l’étranger.
La grande-duchesse Elizaveta Fiodorovna et la religieuse Varvara Yakovleva furent glorifiées par le Conseil des évêques de l’Église orthodoxe russe comme martyrs :
« La grande-duchesse Elizaveta Fiodorovna, fondatrice du monastère des Saintes-Marthe-et-Marie à Moscou, a consacré sa pieuse vie chrétienne à la charité, à l’aide aux pauvres et aux malades. Avec la nonne Varvara Yakovleva, elle mourut en martyre le jour de Saint Serge Radonège 5 juillet (vieux style) 1918. »

Le 8 juin 2009, le procureur général de Russie réhabilita les martyrs d’Alapaïevsk à titre posthume :
« Toutes ces personnes ont été victimes de la répression sous la forme d’arrestation, de déportation et furent soumis à une surveillance des organes du KGB sans raisons »

Et ce n’est hélas toujours pas fini :

le charnier de la forteresse Pierre et Paul

Le 29 janvier 1919, dans la forteresse de Pierre-et-Paul à St-Pétersbourg, les grands-ducs Georges, Nicolas, Dimitri et Paul sont exécutés….
Le grand-duc Paul et ses cousins seront inhumés en secret dans une fosse commune sous une dalle de béton dont le lieu reste encore inconnu à ce jour.
Leurs dépouilles ne seront jamais retrouvées.
En 2007, au cours de travaux entrepris dans l’enceinte de la forteresse Pierre-et-Paul, le hasard à permis de mettre au jour des ossements humains. Encouragé par cette découverte, l’archéologue russe, Vladimir Kildiouchevski dirigeant les fouilles a déclaré :

« Selon des témoignages sûrs, quatre grands-ducs Romanov ont été exécutés en 1919 dans la forteresse Pierre-et-Paul. Les restes de Georgui Mikahïlovitch, Nikolaï Mikhaïlovitch, et Pavel Alexandrovitch se trouvent probablement parmi ceux que nous avons trouvés ».

La présence de tous ces corps traduit en tous cas l’existence là de massacres de plus grande ampleur !
L’archéologue mandaté par le musée d’Histoire de la ville de Saint-Pétersbourg déclarera :

« Aujourd’hui nous essayons de déterminer qui exactement a été exécuté ici et il faut continuer les recherches ».
A ce jour, aucune certitude n’est hélas avérée.

Au total, moins de cent ans après les faits, les Romanoff martyres, retrouvés et identifiés, ont tous été réhabilités par le gouvernement russe et béatifiés par l’Eglise orthodoxe.
A l’emplacement de la maison Ipatiev a été construite l’église du Saint Sang versé.

Aux emplacements de tous ces massacres, des monuments ont été érigés, des plaques apposées.
La monarchie aujourd’hui jouit à travers les livres d’histoire d’un prestige considérable.

La Russie a su faire amende honorable, reconnaître les crimes de la révolution soviétique et se les faire pardonner en réconciliant son peuple.

(On attend qu’il en soit fait autant par la république concernant la révolution française…)

Claude Timmerman

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. Gauvain says:

    On attend qu’il en soit fait autant par la république …
    https://www.youtube.com/watch?v=7uS_8Cj1xBQ

  2. Cadoudal says:

    le bolchevisme , c’est la religion de la haine; la volonté de détruire la civilisation chrétienne

    un bilan astronomique: 100 millions de morts

    sous le masque du Progrès.

  3. LANKOUDU says:

    micron a autre chose à penser .( voyages/piscine/vaisselle/crèmes de beauté (réparatrices)
    fête des bleus/fête africaine/ laisser passer envahisseurs / et très peu pour la vie des FRANCAIS !

  4. Et pauvre famille royale passant souvent à la trappe mémorielle : celle du Portugal

  5. Alexandre Sanguedolce says:

    Parmi les geôliers de la famille impériale, un groupe de Hongrois avec Imre Nagy.