Belgique – Le MRAX (mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie), un avatar à la belge du MRAP, réclame d’enlever de l’hôtel de ville de Schaerbeek le buste d’un ancien bourgmestre, Roger Nols. Imitant la traque du politiquement correct qui a suivi l’affaire de Charlottesville et se propage des Etats-Unis à toute l’Europe de l’Ouest, le président du MRAX revendique de déboulonner ce buste de l’édile politique local au motif qu’il véhiculait des idées… d’extrême droite. Tremblez, braves gens !

Bourgmestre de Schaerbeek, l’une des dix-neuf communes de Bruxelles particulièrement affectée par l’immigration depuis les années 1970, Roger Nols était un homme politique très populaire en raison de son franc parler.

Tract-affiche de Roger Nols en 1984
Affiche de Roger NOLS en 1987
La dernière campagne de Roger Nols…

A l’époque, les lois liberticides n’avaient pas encore muselé la parole et Roger Nols multipliaient les campagnes d’affichages contre l’immigration.

Avec humour, il s’était même promené en 1986 à dos de chameau et en djellabah dans les rues de sa commune pour sensibiliser les habitants sur la transformation des coutumes en raison d’une immigration qu’il qualifiait déjà d’invasion.

Roger Nols avait aussi franchi le Rubicon en invitant un certain… Jean-Marie Le Pen à prendre la parole au cours d’un dîner-débat que l’extrême gauche était venu chahuter. A l’époque, les copains du MRAX avaient joué aux casseurs et attaqué le lieu qui abritait ce dîner-débat. Déjà de vrais démocrates…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A commander sur MCP

Appuyée sur des faits indéniables, fondée par des citations autorisées donnant la parole aux juifs comme aux non-juifs et justifiée par des milliers de références, cette étude donne une synthèse de la Question juive aussi complète et précise que possible. Tous les points importants ont été traités, sans haine, sans faiblesse et sans tabou : de la crucifixion du Christ à la Synagogue de Satan, du Talmud aux droits de l’homme, des marranes aux Khazars, du trafic d’esclaves à l’usure banquière, du ghetto au sionisme, du communisme au noachisme, de la névrose suicidaire à l’hystérie médiatique, de l’espérance messianique au projet mondialiste, du culte de Mammon à l’adoration d’Israël, de la haine des non-juifs au génocide des nations…

450 pages – format 15×21 cm – prix 21 €

A commander sur MEDIAS CULTURE ET PATRIMOINE.

%d blogueurs aiment cette page :