Samedi dernier, durant l’acte XVIII des gilets jaunes à Paris, beaucoup de boutiques des Champs-Elysées et de leurs environs ont été pillées. Parmi les cibles, la boutique du PSG. Mais une vidéo sème le doute : certains policiers en profitent-ils pour se servir au passage ? Devant la boutique du PSG  sur les Champs-Elysées, le journaliste Remy Buisine a filmé une scène montrant un policier plier soigneusement des vêtements qu’il range ensuite dans un sac à dos. Un autre policier remarque que le journaliste filme la scène et lui assène un violent coup de matraque pour l’empêcher de continuer à filmer. Etrange, troublant,… La vidéo a rapidement fait le tour des réseaux sociaux. Au point d’être même diffusée au journal télévisé de RTL en Belgique ce lundi à 13h. Une enquête est d’ailleurs ouverte.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. “Une enquete est ouverte ” ha ha ,,expression consacree ,,1 nous sommes en dictature ,,donc impossible d expliciter ,,2 ,,tous les signes de republique bananiere sont la ,,3 dans un systeme en faillite ,,les fdp peuvent raketer popu pour se degager un salaire ,,et dans le pays des doigts de l homme ,,j ai connaissance de “prelevement “par des fils de putes ,,,Au fait ,,aujourdui les fdp servent ils la Loi ou la dictature oligarchique ,? ,,donc on a toutes les reponses aux questions ,,,quand aux “”casseurs “on sait a quoi s en tenir ,,pour discrediter les GJ ,quoi de mieux ,,et la les exemples de fdp casseurs ne manquent pas ,,

  2. IL va pouvoir les revendre à l’équipe macroniste , à bon prix
    Encore un flic “ripoux ?

  3. daflon says:

    Ah! le pillage, une des plus anciennes pratiques humaines. Même certains de nos defenseurs de la loi n’y échappent pas. La tentation est trop forte. A sa place j’aurais plutôt tenté ma chance chez “Van Cleef et Arpel” plutôt que de piquer quelques misérables maillots. Mais, comme on dit, l’occasion fait le larron.