L’accord tant redouté par le cardinal chinois Jospeh Zen, évêque émérite de Hong-Kong, vient d’être signé entre la Chine communiste et le Vatican.

Les deux parties viennent de publier, ce 22 septembre 2018, un communiqué officiel sur cet accord « provisoire » qui traite « de la nomination des évêques, question de grande importance pour la vie de l’Église, et crée les conditions pour une plus large collaboration bilatérale ». Il est le « fruit d’un rapprochement graduel et réciproque », rédigé après « un long parcours de négociations réfléchies » et qui prévoit « des évaluations périodiques ».

Des négociations discrètes entre le Saint-Siège et la Chine populaire avaient repris depuis 2014. Régulièrement, des délégations de Pékin ont été accueillies à Rome, et des représentants du Vatican se sont rendus en Chine.

Pour faire avaler ce blanc-seing donné au gouvernement athée de Chine de peser sur les nominations des prélats et de faire reconnaître les évêques schismatiques de l’Église officielle, le Saint-Siège use de l’argument-massue sensé fermer la bouche des récalcitrants : l’accord a été signé, dit-il, en vue d’un grand bienfait futur, la « paix dans le monde ». Le communiqué  insiste sur le « souhait partagé » des deux signataires :

« que cette entente favorise un parcours de dialogue institutionnel fécond et à long terme, et qu’il contribue positivement à la vie de l’Église catholique en Chine, au bien du Peuple chinois et à la paix dans le monde ».

Greg Burke, directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, a conclu en précisant :

« L’objectif de l’accord n’est pas politique mais pastoral, et il permet aux fidèles d’avoir des évêques en communion avec Rome et en même temps reconnus par les autorités chinoises. »

En Chine populaire, il existe quelques 17 millions de baptisés, selon l’agence AsiaNews : 4 ou 5 millions dans l’Association patriotique et quelques 12 millions dans l’Église clandestine qui n’adhère pas à cette Association reconnue par l’État. Avec cet accord, le Vatican livre l’Église souterraine à l’Association patriotique chinoise, courroie de transmission du Parti Communiste au pouvoir.

C’est cette terrible réalité qu’a maintes fois dénoncé le cardinal Zen en mettant en garde contre l’”unification” proposée de l’Église de Chine, entre une Église officielle et une Église souterraine : cette unification

« obligera quiconque [à entrer] dans cette communauté. Le Vatican donnerait ainsi sa bénédiction à une Église schismatique nouvelle et plus forte, lavant la mauvaise conscience de ceux qui sont déjà volontairement des renégats et des autres qui sont prêts à les rejoindre ».

Loin d’accepter benoîtement le raisonnement du Saint-Siège qui considérait nécessaire un accord pour éviter un schisme, il osait rappeler la réalité du schisme chinois :

« Certains disent que tous les efforts pour parvenir à un accord [entre la Chine et le Saint-Siège] visent à éviter un schisme ecclésial. C’est ridicule! Le schisme est déjà là, dans l’Église indépendante. Les papes ont évité d’utiliser le mot ‘schisme’ parce qu’ils savaient que beaucoup dans la communauté catholique officielle n’y étaient pas de leur plein gré, mais sous une forte pression ».

Sa voix courageuse n’aura pas été entendue par le pape François avide de s’unir avec tout et son contraire pour construire un monde de paix, utopique dessein messianiste de l’idéologie progressiste maçonnique. Mais quelle paix universelle pourrait donc sortir de tels accords désaccordés qui relèguent Dieu et sa Vérité à la dernière place ?

La paix ne peut se trouver que par le règne du Christ : “pour ramener et consolider la paix, Nous ne voyions pas de moyen plus efficace que de restaurer la souveraineté de Notre Seigneur.” (Quas Primas, lettre encyclique de Sa Sainteté le pape Pie XI, 11 décembre 1925).

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. Saint-Plaix says:

    En gros c’est ce qui s’est passé en URSS avec les patriarches de Moscou “proches du KGB”, sauf que les églises autocéphales et patriarcales orthodoxes n’ont pas, par nature, une structure fédératrice centralisée telle qu’elle l’est avec la papauté dans l’église catholique…
    Une situation contextuelle qui ne doit de toute façon pas déplaire au premier destructeur de l’Église, un certain François…

  2. Conclusion l’Église souterraine en date 22 septembre 2018 devient une Église schismatique par défaut.
    À quand l’heure où un chinois évêque de cette église patriotique et communiste donc, deviendra par cet artifice diabolique pape ?
    Un communiste revendiqué pourra maintenant devenir pape, incroyable mais vrai!

  3. Tinatine says:

    Jean XIII et Paul VI ont trahi et abandonné les catholiques persécutés par les communistes ; à présent c’ est François qui trahit et abandonne les catholiques persécutés en pays musulmans ou communistes .
    Prions pour ces chrétiens fidèles et admirons leur courage ; ce sera peut-être bientôt notre tour …

  4. christine says:

    Avec la bénédiction du Vatican, l’Eglise Catholique de Chine est livrée au parti communiste ! à n’en point douter, un grand pas pour l’humanité lorsqu’on sait que tous les camps de concentration du XX eme s étaient aux mains de l’internationale marxiste !

    Des liens décidément très troublants entre Rome et le PC ! au moins autant que ceux qui unissent notre sainte république à cette idéologie athée, révolutionnaire et messianique, outil privilégié d’une certaine communauté qui depuis 2000 ans s’active à éradiquer les chrétiens !

    Le Vatican avide de s’unir avec tout et son contraire, vient de signer un accord avec la Chine communiste pour la nomination des prélâts. Selon François, ce séducteur hérétique qui siège sur le trône pétrinien et qui n’hésite pas une seule seconde à contredire à la fois les apôtres et le Christ, “l’objectif de l’accord n’est pas politique mais pastoral, il doit permettre aux fidèles d’avoir des évêques en communion avec Rome et en même temps reconnus par les autorités chinoises”

    Le Christ ne connait pas le “en même temps”, il est intransigeant car la foi qui consiste à conserver intact l’amour de Dieu, exige de faire des choix ! Celui du moindre mal conduit toujours au pire (une certaine Eglise, malgré tous les échecs des ralliements successifs, ne semble pas l’avoir encore compris !). Il faut faire sienne la vérité en mettant toujours Dieu à la première place (messire Dieu, premier servi J D’arc), ce à quoi le pape a renoncé depuis longtemps. Voilà qui explique pourquoi il bénéficie d’une grande couverture et d’une grande complaisance médiatique. Il est mondialisto compatible, tolérant, syncrétique, oecumenique, progressiste, égalitariste, cosmopolite en diable ! très marxiste en somme !

    « parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche” (apocalypse 3:16)

    “Le seul moyen d’échapper au règne du diable c’est de se soumettre au règne de Dieu”. La paix ne peut se trouver que dans le règne du Christ. Il ne voulait pas les hommes égaux mais respectueux d’un monde ordonné par Lui. François est le malin, “le faux prophète qui sait se faire séducteur, qui calomnie la voie de la vérité, qui se délecte de ses tromperies, qui sert son propre corps par des paroles douces et flatteuses, qui ne craint pas d’injurier les gloires, qui promet la vérité quand il est lui même esclave de la corruption”… celui par qui le scandale arrive !

    Bergoglio aussi bien que la RF ou le communisme sont “cette fontaine sans eau” dont parle JC !

    « Maudit soit l’homme qui se confie dans l’homme, qui prend la chair pour son appui, et qui détourne son cœur de l’Éternel ! […] Béni soit l’homme qui se confie dans l’Éternel, et dont l’Éternel est l’espérance ! » (Jérémie 17:5,7).

    « Bien-aimés, n’ajoutez pas foi à tout esprit ; mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde » (1 Jean 4:1).

    « méfiez vous des faux prophètes, ils viennent à vous déguisés en brebis mais au dedans, ce sont des loups féroces Matthieu 7:15

    Si nous pouvons appréhender tout cela et que le Pape ne le fait pas, c’est qu’il est véritablement un imposteur qui roule pour une autre chapelle, celle des amateurs de pages blanches sur lesquelles, les matérialistes se donnent l’illusion insensée de pouvoir redessiner la nature !

    Et pendant que sa Sainteté baisse la soutane devant les autorités communistes, les iconoclastes mettent en oeuvre le programme de destruction de l’église catholique chinoise !

    … Marx disait que l’histoire ne repasse jamais les plats, pour mieux nous tromper sans doute !

    Puisqu’il nous a été donné de pouvoir choisir, je choisis le camp de Dieu, celui qui sera vainqueur lorsque toutes ces utopies judéo marxistes en auront fini de coloniser le monde.