Dans un article consacré au chaos social qui suivra le coronavirus, j’écrivais hier qu’il fallait s’attendre à un scénario “à la grecque” avec baisse des pensions et des salaires, ainsi qu’à des ponctions sur notre épargne.

En ce qui concerne la baisse des salaires, cela démarre déjà dans différents pays d’Europe.

Il y a quelques jours, c’est la compagnie aérienne scandinave SAS qui proposait de réduire de 20 % les salaires de ses employés.

Aujourd’hui, c’est en Belgique que plusieurs patrons de presse demandent à leurs journalistes d’accepter une baisse de 7,5 % de leur salaire, vu la situation économique difficile provoquée par le coronavirus.

“Les personnes dont la fonction est critique ou vitale pour l’entreprise continueront à prester leur temps de travail à 100%. Par solidarité et afin de participer à l’effort commun, il leur sera demandé toutefois d’accepter une réduction temporaire de leurs rémunérations mensuelles brutes de 7,5%”

Message de la direction de Rossel à son personnel

Comme la loi belge ne permet pas à l’employeur de décider unilatéralement d’imposer une baisse de salaire, les patrons de presse demandent à leurs employés de l’accepter volontairement.

L’association des journalistes professionnels, a très rapidement réagi dans un courrier envoyé à Rossel :

“L’attitude de la direction adoptée à l’égard des rédactions du Groupe est indécente. La solidarité est une manifestation individuelle et collective à l’égard de semblables éprouvant des difficultés et non celle d’une société réclamant la contribution de ses employés. La solidarité à son égard imposée aux rédactions par l’actionnaire, sauf démarche active personnelle, est en effet inacceptable.”

D’autres rédactions belges signalent des mesures dans le même sens. Mediafin (L’Echo et De Tijd) propose une base salariale de 5%. IPM (La DH, La Libre, Paris-Match Belgique) réfléchit à la proposition qui ne devrait plus tarder.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. Daflon says:

    Des reductions de salaires pour les travailleurs, n’auront pour seuls résultats que d’engraisser davantage leurs patrons. Si on pousse le raisonnement plus loin, on peut aussi voter une loi qui transforme tous les travailleurs en serfs,” taillables et corvéables à merci”. Leur “bon” patron, en échange, prend soins d’eux en les logeant en dortoir et en leur assurant leur bol de riz journalier, avec une journée de repos tous les 10 jours comme au goulag. Alors, elle serait pas belle la vie des patrons?
    Tous les travailleurs doivent faire bloc pour refuser toute détérioration de leur niveau de vie et de rémunération. Nous sommes tous des “gilets jaunes”.

  2. Cyrille says:

    La BCE imprime à tout va pour les banques ce qui va finir par créer de l’inflation.
    Les patrons demandent des baisses de salaires ce qui va créer une baisse de la demande.
    Avec cet effet ciseau, j’imagine la suite du film…

  3. Pierre Mary de Montamat says:

    Vous avez raison dans votre 1° § c’est bien ce qui advient peu à peu.
    Vous avez tort dans votre 2° § les gilets jaunes n’auront jamais gain de cause.

    C’est la dure loi de la dictature des riches qui se pointe. A eux la jouissance qui profiteront de leurs esclaves ‘éduqués’ en ce sens depuis plus de 200 ans en France.

    Nous voyons beaucoup trop de désordres depuis beaucoup trop longtemps sans vraiment réagir. Tous les mouvements ‘contestataires’ sont à l’essouflement ou récupérés. CQFD.

    Prière & Pénitence…

    PS même les évêques français sont paniqués: il n’y a plus de quêtes le dimanche, vous pensez bien qu’ils vont licencier à tour de bras !

  4. REGINA says:

    Oui Pierre Mary de Montamat
    oui il faut prier beaucoup pour Notre Seigneur et la Sainte Vierge Marie pour qu’ils puisse nous aider et nous libérer le chapelet de libération
    Régina

  5. Etienne says:

    Pour les journaleux de la presse officielle, ça fait rire de bon coeur : très bien fait pour leurs g… .