Nouvelle victoire pour Salvini et l’Italie, défaite pour la France et la bien-pensance européenne !

Le nouvel épisode d’invasion migratoire qui a lieu actuellement en Italie, mettant aux prises la politique anti-immigration de Salvini avec les pseudo-humanitaristes de l’Union Européenne, se clôt avec un arrangement trouvé pour les « migrants » bloqués à bord du navire des gardes-côtes italien, le Gregoretti, à l’arrêt au port militaire de Augusta avec interdiction de débarquer les clandestins.

Le ministre de l’Intérieur italien Salvini sur son profil Facebook a fait savoir où seront envoyés les 116 migrants illégaux présents sur l’embarcation : ils ne resteront pas en Italie !

« Cinq pays européens et des structures des évêques italiens, voilà où iront les 116 migrants à bord du bateau Gregoretti : travail fait, mission accomplie. »

Pour Salvini, le « problème est résolu » : les clandestins iront donc « en Allemagne, au Portugal, en France, au Luxembourg et en Irlande, plus certaines structures des évêques italiens. »

Le vice-président du Conseil italien est revenu aussi sur les déclarations du ministre de l’Intérieur allemand, Horst Seehofer :

« Encore aujourd’hui le ministre de l’Intérieur allemand a demandé d’ouvrir les ports aux bateaux des ONG. Au cours des prochaines heures je donnerai l’OK pour le débarquement parce que nous avons la certitude que ces migrants ne resteront pas à notre charge. »

Et il a conclu :

« Le bateau Gregoretti est arrêté, tranquille au port. Je répète notre ligne de conduite :  les ports restent fermés à qui arrive sans permis. »

La France s’est engagée ce mercredi à accueillir trente « réfugiés » parmi cette centaine de migrants qui vont pouvoir débarquer en Italie, après avoir été bloqués une semaine par Matteo Salvini sur le Gregoretti.

Le ministre français de l’Intérieur Christophe Castaner « a donné son accord » pour que « trente personnes, des réfugiés et non des migrants économiques », soient accueillies en France dans les prochains jours, a indiqué son ministère.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

5 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :