Le texte du projet de résolution du Parlement européen sur la santé et les droits sexuels et génésiques (SDGD) vient d’être renvoyé en commission malgré une tentative de passage en force faisant fi des règlements des institutions européennes. Il dépasse tout ce qu’on peut imaginer en matière de culture de mort. Outre l’avortement généralisé, il vise à légaliser les théories mortifères du gender, la PMA généralisée, à supprimer le droit à l’objection de conscience des médecins et soignants, et à tout se qui s’opposerait à la dénaturation de l’espèce humaine ; il s’en prend même à la liberté religieuse et prétend faire main-basse sur l’éducation des enfants dès leur plus jeune âge. Tout ceci s’opposant aux Droits de l’homme reconnus dans notre pays, l’Europe et de manière universelle. Trop de pays d’Europe ont connu le totalitarisme des idéologies : c’est avec bon sens qu’une majorité de parlementaires a pensé que le texte ne pouvait être adopté en l’état.

En tant que membres du corps médical, il nous appartient de souligner les aspects terrifiants de l’idéologie du gender dont on ne parle jamais. Vouloir faire changer de sexe à un enfant pour quelque prétexte que ce soit aboutit tôt ou tard à un abominable charcutage chirurgical et ceci de manière irréversible. Cette horreur appelée réassignement sexuel que pratiquent quelques rares mercenaires de la médecine au profit de leur porte-monnaie, doit être suivie d’un traitement hormonal à vie qui obère par ses complications la longévité de ceux (et celles) qui les subissent. De plus tout l’écosystème est déjà littéralement empoisonné par ces hormones : des espèces animales disparaissent tous les jours pour cette raison. Mais dans tous les cas le changement de sexe induit un mal-être et des troubles psychiques graves comme la dépression (un cas sur deux) aboutissant à des tentatives de suicides (41%)  suivis de décès dans 31 % des cas.( ref : sex change ; sex change regret ; sex reassignment therapy wikipedia etc)

Mais comme dans toutes les idéologies, les tenants du gender n’ont que faire des « dommages collatéraux ».

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

close

MPI vous informe gratuitement

Recevez la liste des nouveaux articles

Nous n’envoyons pas de messages indésirables ! Lisez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Les commentaires sont fermés

A lire absolument !

Ce numéro 80 de la revue Civitas est un numéro spécial de 100 pages.

On y trouvera d’une part un dossier consacré au Great Reset. Pour beaucoup cette expression (en français Grande Réinitialisation) demeure un peu mystérieuse. Pourtant, il ne s’agit pas d’une question anecdotique, bien au contraire.

On retrouve dans cette revue les interventions de Monseigneur Viganò, qui a exercé d’éminentes fonctions à la Curie et dans la diplomatie vaticane (Nonce aux États-Unis), Xavier Poussard directeur de la lettre confidentielle Faits et Documents, Lucien Cerise, Modeste Schwartz et Pierre Antoine Plaquevent spécialistes reconnus de cette question, Xavier Moreau, grand spécialiste de la Russie, Le général Delawarde ainsi que la courageuse Cassandre Fristot qui relate les persécutions et les condamnations dont elle a été victime pour avoir simplement porté, dans une manifestation, une pancarte avec la question QUI ?

On sait aujourd’hui qu’il est des questions qu’il est interdit de poser…

A commander dès maintenant sur MCP pour 10 € seulement !

 

%d blogueurs aiment cette page :