eric-zemmour-rtlJean-Luc Mélenchon, étant incapable d’exister par lui-même, trouve le besoin de faire parler de lui par les autres. C’est ainsi qu’il s’en prend à Eric Zemmour, auquel il ne pardonne pas son livre Le suicide français, et s’attache à le faire passer pour le partisan d’un exode forcé des musulmans d’après des propos qu’il a relevé dans une interview à Corriere della Sera.

Zemmour ne fait que dresser un constat on ne peut plus factuel, celui d’une France envahie par l’immigration musulmane qui refuse toute intégration et impose même ses coutumes et ses modes de vie.

« Les musulmans ont leur code civil, c’est le Coran. Ils vivent entre eux, dans les périphéries. Les Français ont été obligés de s’en aller. »

Il est évident que, pour qui regarde l’histoire, deux peuples dont les religions et la culture s’opposent ne peuvent vivre en paix et encore moins ensemble. Récemment, le Liban et le Kosovo – ainsi que la Syrie dans une certaine mesure – nous en ont donné les illustrations dramatiques.

« Je pense que nous nous dirigeons vers le chaos. Cette situation d’un peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile. Des millions de personnes [vivent ici], en France, [mais] ne veulent vivre à la française. »

Constat simple, évident, de bon sens tout simplement, dont les conséquences sont tout aussi évidentes : il n’y a pas d’issue de paix possible notamment entre l’Islam et d’autres religions, là encore l’actualité le démontre à l’envie. Toutes les autres constructions intellectuelles ne sont que des rêves chimériques, des idéologies dangereuses. Il est toujours possible de jouer les vierges effarouchées, de crier à la xénophobie, la nature humaine est ainsi faite, elle n’aime pas le mélange.

A la question du journaliste « Mais alors que suggérez-vous de faire ? Déporter 5 millions de musulmans français ? » Eric Zemmour répond : « Je sais, c’est irréaliste mais l’Histoire est surprenante. Qui aurait dit en 1940 que un million de pieds-noirs, vingt ans plus tard, seraient partis d’Algérie pour revenir en France ? Ou bien  qu’après la guerre, 5 ou 6 millions d’Allemands auraient abandonné l’Europe centrale et orientale où ils vivaient depuis des siècles ? »

Réponse peut-être surprenante, mais encore une fois tellement conforme aux leçons de l’histoire.

Charles de Foucauld écrivait à René Bazin le 29 juillet 1916 :

« Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s’y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l’un, celui du medhi, il n’y en a pas : tout musulman, (je ne parle pas des libres-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu’à l’approche du jugement dernier le medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l’islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants ; s’il est soumis à une nation non musulmane, c’est une épreuve passagère ; sa foi l’assure qu’il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l’ engage à subir avec calme son épreuve; ” l’oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s’il se tient tranquille, il se trouve intact le jour de la libération “, disent-ils ; ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu’aux Allemands, parce qu’ils savent les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d’honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècle mais, d’une façon générale, sauf exception, tant qu’ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du medhi, en lequel ils soumettront la France.

De là vient que nos Algériens musulmans sont si peu empressés à demander la nationalité française : comment demander à faire partie d’un peuple étranger qu’on sait devoir être infailliblement vaincu et subjugué par le peuple auquel on appartient soi-même ? Ce changement de nationalité implique vraiment une sorte d’apostasie, un renoncement à la foi du medhi… »

Les musulmans sont restés musulmans, la France a même encouragé ces populations musulmanes à conserver leur religion et leur culture. Mélenchon qui s’agite a dans la préparation de la grande tragédie qui se prépare sa part de responsabilité.

La prophétie d’un siècle de Charles de Foucauld se réalise sous nos yeux, Eric Zemmour comme nous tous ne fait que le constater.

Xavier Celtillos

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

20 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Les mieux notés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires

Le mariage chrétien. Allocutions du pape Pie XII

Au cours de ses audiences, le pape Pie XII avait l’habitude de s’adresser aux nouveaux mariés, venus à Rome pour leur voyage de noces.

Le Saint-Père leur parlait du rôle respectif de l’homme et de la femme, de leur harmonieuse collaboration, de l’amour qui les lie, des grâces sacramentelles auxquelles ils ont droit, des épreuves qu’ils pourront rencontrer, mais surtout des joies qui leur seront données, de la bénédiction des enfants et de l’éducation qui en est le corollaire.

Le Pasteur angélique possédait, à un degré étonnant, le don de renouveler un sujet, de varier son discours ou d’aborder un même thème sous des aspects différents. Chacune de ses allocutions est ainsi profondément originale et ouvre au lecteur des perspectives inédites.

De ces textes riches de doctrine, de fine psychologie, de conseils avertis, Pie XII n’a pas voulu faire un exposé technique. C’est une âme vivante et sensible qui s’exprime, celle d’un père qui communique à ses enfants son espérance surnaturelle en la valeur inestimable du mariage chrétien.

%d blogueurs aiment cette page :